Projets de coopération internationale en cours

  • HVM – Accompagner au volontariat humanitaire

    L’ADICE est chef de file du projet européen HVM – Reinforcement and sustainability in Humanitarian Volunteering Management(financé par le programme EU Aid Volunteers) qui a commencé début 2017. Depuis, où en est-on ?

    La première phase de formation des partenaires internationaux (gestion de la sécurité) s’est déroulée en avril dernier à Roubaix.

    Depuis, les partenaires travaillent dans leur structure respective à améliorer leurs outils pour assurer la sécurité de leurs équipes et de leurs volontaires.
    Les prochaines étapes du projet se dérouleront en octobre prochain à Tirana, Albanie et à Oran, Algérie. Les partenaires du projets suivront un séminaire ayant pour thématique l’Analyse des besoins et la Logistique. Ces deux sujets sont essentiels pour mettre en place des missions de volontariat cohérentes et pertinentes en fonction des besoins des organisations et des communautés locales.

     

     

    A l’issue du projet, si les partenaires du projet HVM répondent aux exigences de la Commission Européenne pour obtenir la certification EU Aid Volunteers, ils pourront accueillir des volontaires humanitaires via ce programme très prochainement.

     

    Plus d’infos sur le programme EU Aid Volunteers, des missions sont déjà disponibles ici

    Partagez !
  • Les vidéos présentant tous les partenaires PHASE !

    Durant la 1ère année du projet de renforcement des capacités EU Aid Volunteers PHASE, tous les partenaires ont pu présenter succinctement leur organisation ainsi que les enjeux et objectifs à participer à ce programme.

    • Les partenaires européens (ADICE, ASPEm, MONDO):

    • Les partenaires ukrainiens et palestiniens (HRC Postup d’Ukraine et HSA de Palestine):

    • Les partenaires sud américains (APINA et APRODEH du Pérou, Fundacion Munasim de Bolivie):

    • Les partenaires asiatiques (OSVSWA d’Inde, VIN du Népal, Dalaa de Thaïlande):

    • Les partenaires africains (WEFOCO du Kenya, KoCDA du Ghana, UPA du Ouganda):

    Partagez !
  • Bilan de l’année 1 de PHASE et perspectives

    Voici un peu plus d’un an que le projet de renforcement des capacités EU Aid Volunteers PHASE a débuté et l’heure d’un premier bilan est arrivé.

    Ce projet incluant 3 partenaires d’Europe (France, Estonie, Italie) et 11 partenaires du reste du monde (Ukraine, Palestine, Kenya, Ouganda, Ghana, Pérou, Bolivie, Thaïlande, Népal, Inde) a pour objectif de renforcer les compétences, méthodes et outils de nos partenaires afin qu’ils puissent assurer la gestion de volontaires dans des contextes d’aide humanitaire.

    Tout au long de la première année, les partenaires ont pu réaliser différentes activités de promotion et diffusion du projet PHASE sur internet ou lors d’événements. 6 vidéos ont été réalisées durant cette 1ère année pour présenter le projet, la formation PHASE, l’ensemble des partenaires, leurs attentes et objectifs dans le cadre de ce projet EU Aid Volunteers PHASE:

    Durant la première année du projet PHASE, les activités ont été nombreuses pour l’ensemble des partenaires impliqués. Entre mai et septembre 2016, les 3 partenaires européens ont construit une 1ère formation en se basant sur les besoins des partenaires non européens sur les thématiques telles que la sécurité, l’identification des besoins, la logistique et la gestion de volontaires.

    Une fois la formation finalisée, des représentants des organisations ADICE, ASPEm et MONDO ont réalisé des sessions de formation en Italie, au Pérou, en Inde et au Kenya auprès de tous leurs partenaires pour les former sur ces outils et méthodes de septembre 2016 à Janvier 2017.

     

     

     

     

     

     

     

    Suite à ces formations, les organisations non européennes ont pu travailler sur différents outils leur permettant d’assurer la gestion  de projets de volontariat humanitaire de haute qualité. Ils ont ainsi pu mettre à jour ou construire des documents tels que le plan de gestion de la sécurité, l’offre de volontariat et la description du projet, la charte des valeurs, le guide d’accueil du volontariat, les formulaires de suivi de projets…

     

     

     

     

     

     

     

    Entre Novembre 2016 et mai 2017 de nombreuses réunions skype ont été réalisées pour assurer le suivi de la construction et finalisation de tous ces outils par les partenaires.

    Dans le même temps, les organisations non européennes ont pu travailler sur leur certification EU Aid Volunteers (afin d’envisager leur participation dans un potentiel projet de déploiement EU Aid Volunteers de volontaires européens humanitaires).

    Alors que l’ADICE avait obtenu sa certification EU Aid Volunteers en Janvier 2016, les deux autres partenaires européens (ASPEm et MONDO) ont pu obtenir leur certification en avril 2017.

    En mai 2017, 10 partenaires non européens ont pu soumettre leurs dossiers complets de demande de certification EU Aid Volunteers qu’ils ont obtenu en Juillet 2017 !!

    Cela offre de belles perspectives pour les années à venir avec la possibilité de construire tous ensemble des projets de déploiement EU Aid Volunteers !

    Les partenaires du projet PHASE ayant obtenu leur certification ont d’ailleurs pu déposer un projet de déploiement commun ayant pour objectif l’envoi de volontaires humanitaires dans tous les pays du projet PHASE dès 2018. Nous espérons la réponse pour l’automne 2017.

     

     

     

     

     

    En plus de ces perspectives, le projet PHASE va se poursuivre jusqu’en mai 2018 avec la construction et l’animation d’une deuxième formation PHASE entre juillet 2017 et janvier 2018 portant sur les thématiques telles que la diffusion, la formation de formateurs ou encore la durabilité avec la mise en place d’une plateforme en ligne de gestion de projets de volontariat humanitaire. Cette plateforme est actuellement en cours de finalisation.

    Suite à ces sessions de formation, les partenaires non européens pourront développer de nouveaux outils pour assurer la pérennité et la démultiplication de leur bonne gestion de projet de volontariat dans des contextes d’aide humanitaire.

    Enfin, en mars 2018, Un événement final sera organisé en France pour clôturer le projet et présenter tous les outils réalisés et les résultats obtenus.

    Ainsi, nous pouvons considérer que les résultats de cette première année ont été largement à la hauteur de nos espérances et nous rendent donc très enthousiastes pour la suite de notre collaboration avec tous les partenaires impliqués !!

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partagez !
  • Kick off meeting du programme JA 2017

    29 lycéens et 6 Acteurs Associatifs des quatre coins de la France se retrouvent à Paris pour préparer une mobilité aux Etats-Unis sur le thème de l’engagement grâce au programme « Jeunes Ambassadeurs de l’Engagement Associatif ».

     

    Comprendre les enjeux et objectifs du programme Jeune Ambassadeur de l’Engagement Associatif, telle est la première tâche des jeunes français qui se rendront à Washington DC en octobre et l’ambition de la formation nationale qui s’est tenue du 10 au 13 juillet 2017 à Paris.

    A leur arrivée à Paris, les jeunes ambassadeurs des 6 régions françaises participantes (Ile de France, Occitanie, Auvergne Rhône Alpes, PACA, Hauts de France et Nouvelle Aquitaine) ne se connaissent pas encore. Certains n’ont même jamais visité la capitale. Il s’agit de lycéens triés sur le volet pour leur engagement auprès d’associations locales et de jeunes adultes, les « Acteurs Associatifs », dont l’expérience associative n’est plus à démontrer. Ce mélange des publics est une composante importante du programme qui favorise le partage d’expérience et le tutorat.

    Réunir le groupe des futurs jeunes ambassadeurs à Paris vise à créer les conditions d’une mobilité réussie aux Etats-Unis, où la découverte se change en questionnement et apprentissage grâce à l’échange. Hasard du calendrier, celle-ci a coïncidé avec la visite du Président Trump en France pour la célébration du 14 juillet… mais était-ce vraiment un hasard ?

    Au cours de ces 3 jours intenses de formation, les futurs jeunes ambassadeurs ont été amenés à réfléchir sur les questions d’interculturalité et de représentation propre à la fonction d’ambassadeur. Ils en ont appris plus sur le fonctionnement institutionnel et politique américain ainsi que sur les différences entre les pratiques d’engagement des jeunes français et américains dans le secteur associatif.

    Mr Kaïs Marzouki, chef de bureau de la participation, vie associative, jeunesse et sport au Commissariat Général à l’Egalité des Territoire (CGET) a permis au groupe de comprendre les liens entre le programme JAEA et l’action du gouvernement français de lutte contre les inégalités par le biais de la politique de la ville. Mr Brian Bauer, attaché culturel à l’ambassade des Etats-Unis en France a répondu aux questions des jeunes concernant la société et la culture américaine.

    Confronter les futurs jeunes ambassadeurs à la langue anglaise était aussi l’un des enjeux de la formation nationale : pari réussi ! L’atelier de théâtre d’improvisation en anglais et la visite de la « American Library of Paris » ont rassuré les jeunes sur leur capacité à comprendre et se faire comprendre en anglais.

    Les Jeunes Ambassadeurs en sont au tout début de l’aventure mais une chose est sûre, ils ont maintenant toutes les clefs en main pour faire de cette opportunité une expérience grandissante.

    Partagez !
  • Séminaire final du projet 2IQM

     

    Les partenaires du projet  International Initiative for a Qualitative Mentoring (2IQM) (projet financé par Erasmus+ Renforcement des capacités dans le secteur de la Jeunesse) se sont réunis à Palerme le 10 et 11 juillet pour la dernière rencontre du projet.

     

     

    Grâce au projet qui visait à améliorer l’accompagnement et le tutorat des volontaires dans leur organisation d’accueil,

    • 6 volontaires (4 français et 2 italiens) ont pu effectuer des missions de volontariat en Thaïlande et au Vietnam
    • 1 site internet a été créé
    • 3 vidéos pédagogiques ont été réalisées
    • 1 guide du bon tutorat a été édité

     

    Les outils créés sont actuellement en cours de finalisation et seront bientôt disponibles gratuitement pour toutes les organisations d’accueil qui souhaitent enrichir leurs méthodes de tutorat.

     

     

     

    Merci à nos partenaires CESIE (Italie), Vietnam And Friends (Vietnam), Volunteers Spirit Association (Thaïlande) et Liberty’s Promise (Etats-Unis)

    Partagez !
  • Séminaire de travail sur la 2ème formation PHASE

    Du 12 au 14 juin 2017, à Tallin, en Estonie, MONDO a accueilli les 2 autres partenaires européens (ADICE et ASPEm) pour commencer à travailler sur la 2ème formation du projet PHASE sur la durabilité et la démultiplication de la bonne gestion des EU Aid Volunteers.

    Chaque partenaire européen sera chargé de construire et d’animer une session spécifique au sein de cette nouvelle formation.

    ADICE sera responsable de la session relative à la durabilité via l’utilisation d’une plateforme en ligne de gestion de volontaires humanitaires.

    Cette plateforme qui est actuellement en construction sera accessible à tous les partenaires non européens impliqués dans ce projet pour les soutenir dans la gestion des volontaires qu’ils recevront (préparation, suivi, évaluation, sécurité…).

     

    MONDO sera le leader pour la séance de formation liée à la diffusion / communication. Une telle session permettra à tous les partenaires de connaître les méthodes et les outils afin d’assurer une communication parfaite de leurs projets et de l’initiative EU Aid Volunteers.

    ASPEm sera chargé de la formation de formateurs afin de donner quelques méthodes et conseils pour permettre aux partenaires de partager dans leurs propres structures et leurs réseaux locaux et nationaux les connaissances et outils acquis dans le cadre de ce projet visant à démultiplier les impacts l’initiative EU Aid Volunteers.

    Cette 2ème formation PHASE vise à développer de nouvelles compétences et connaissances pour nos 11 partenaires non européens impliqués dans ce projet de renforcement des capacités EU Aid Volunteers pour utiliser parfaitement cette plateforme de gestion de volontaires humanitaires et partager largement avec leurs équipes et réseaux des informations approfondies sur leurs nouvelles connaissances, méthodes et les outils acquis dans ce projet PHASE et l’Initiative EU Aid Volunteers.

     

    D’ici septembre 2017, les organisations européennes travailleront à la construction et à la finalisation de cette 2ème formation et de la plateforme en ligne puisque la 1ère session de cette nouvelle formation se déroulera en septembre 2017 à Roubaix avec nos partenaires palestiniens et ukrainiens.

     

    Puis, de Novembre 2017 à Janvier 2018, ADICE, MONDO et ASPEm poursuivront l’animation de cette nouvelle formation avec les partenaires sud-américains, asiatiques et africains.

    Partagez !
  • Séminaire du projet HVM à Roubaix

    La semaine dernière, l’ADICE a accueilli des représentants de 12 organisations internationales pour un séminaire EU Aid Volunteers.

     

     

     

    Le projet HVM (Reinforcement and sustainability in Humanitarian Volunteering Management) a pour objectifs de renforcer les capacités de partenaires du Maghreb, du Caucase et des Balkans sur les thématiques suivantes :

    • Gestion de la sécurité
    • Identification des besoins et logistique
    • Gestion du volontariat humanitaire
    • Durabilité et dissémination des résultats

     

    La première formation sur la gestion de la sécurité s’est déroulée du 17 au 19 mai à Roubaix. Elle a permis d’échanger de bonnes pratiques et d’imaginer de nouveaux outils afin d’assurer la sécurité des volontaires accueillis chez nos partenaires.

     

    Merci à ADRA SK, MONDO, ADRA AL, NCCS, MERKURI, SMALL PROJECTS ISTANBUL, ASSOCIATION AICHA, ISSAAF JERADA, APCS, NADA, AEC AKBOU.

    Partagez !
  • Les partenaires PHASE en vidéos!

    L’ADICE et plusieurs de ses partenaires du projet de Renforcement des Capacités PHASE ont pu intervenir dans des vidéos de la Commission Européenne pour partager leurs expériences et témoignages et faire la promotion du programme EU Aid Volunteers.

    Dans cette première vidéo réalisée lors de l’événement Infoday à Bruxelles du 5 avril 2017, Djamel Benia (directeur de l’ADICE) et Eudes Bastid (Coordinateur du pôle mobilité) ont pu partager leur témoignage sur les programmes dans le cadre de l’initiative EU Aid Volunteers:

    Dans cette deuxième vidéo réalisée par la Commission Européenne lors d’un événement en Février 2017, le directeur de notre partenaire népalais (VIN) a pu partager son témoignage sur le programme.

    Nous poursuivrons tout au long de cette deuxième année du projet, d’autres activités de diffusion du programme EU Aid Volunteers.

    Partagez !
  • Communication PHASE et EU Aid Volunteers

    Depuis le début du projet, l’ADICE a réalisé diverses activités et outils de communication dans le cadre du projet EU Aid Volunteers.

    En plus des nombreux articles sur notre site et sur les réseaux sociaux, nous avons réalisé par exemple des affiches et des goodies (stylo, tee-shirts, sacs, carnets…) qui ont été distribués aux partenaires afin qu’ils soient relayés auprès de leurs partenaires locaux et des communautés locales.

    De plus, l’ADICE a participé à divers évènement pour présenter son projet PHASE, expliquer les activités mises en œuvre, les résultats envisagés et la gestion globale de ce projet.

    Ces présentations visaient à promouvoir le projet mais aussi le programme EU Aid Volunteers de manière générale à des représentants d’organisations ne connaissant que peu ou pas le programme.

    Depuis début 2017, l’ADICE a notamment participé à différents séminaires durant lesquels nous avons présenté notre projet.

    En février 2017, nous avons participé à un grand séminaire à Bruxelles, organisé par la Commission Européenne (EACEA et DG ECHO) auquel la majorité de nos partenaires ont participé. Durant ce séminaire, nous avons pu animer une session à propos du développement et la gestion de projets et de partenariats. Ce fut une excellente opportunité pour présenter également notre projet PHASE !

    En mars 2017, nous avons également pu participer à un séminaire chez France Volontaires à Paris durant lequel nous avons pu présenter nos projets et activités réaliser dans le cadre du programme EU Aid Volunteers.

     

     

     

     

     

     

    Durant l’année à venir, nous allons poursuivre nos activités de diffusion pour notre projet PHASE afin de faire connaitre à toujours plus de partenaires et au grand public nos actions mais aussi le programme EU Aid Volunteers de manière générale.

    Partagez !
  • Formation PHASE 2017 au Kenya

    Dans le cadre du projet de renforcement des Capacités EU Aid Volunteers PHASE, l’ADICE a poursuivi ses activités de formation avec ses deux partenaires européens ASPEm et MONDO.

    Du 9 au 15 janvier 2017, une nouvelle formation PHASE visant à développer les compétences de nos partenaires dans les thématiques de sécurité, identification des besoins, logistique et gestion du volontariat dans des contextes d’aide humanitaire a eu lieu à Kakamega au Kenya.

    Durant cette semaine, les organisations ont également pu découvrir les projets mis en place par le partenaire Kenyan (WEFOCO) et organiser une réunion de travail avec des bénéficiaires et des leaders communautaires sur les thématiques de la sécurité et de l’identification des besoins.

    Nos partenaires KoCDA du Ghana, UPA de l’Ouganda et WEFOCO du Kenya ont fait part d’un grand intérêt pour le contenu de cette formation qui va leur permettre de consolider leurs outils de gestion des volontaires humanitaire.

     

    Suite à cette formation, les différents partenaires vont travailler durant plusieurs mois pour finaliser ces outils afin de pouvoir certifier leur organisation en tant qu’organismes d’accueil dans le cadre du programme EU Aid Volunteers et ainsi participer à un éventuel projet de déploiement.

    Durant cette formation les représentants de chaque organisation partenaire d’Afrique ont eu l’opportunité de témoigner sur leurs motivations et leur implication dans ce projet PHASE:

     

    Partagez !
  • Suite prometteuse pour les JAEA2016

    Le week-end du 20 au 22 janvier a été l’occasion pour les Jeunes Ambassadeurs de l’Engagement Associatif français de se réunir une dernière fois à Paris, pour faire une évaluation de l’expérience JA.

     

    Ils y ont échangé sur leur parcours depuis leur voyage à Washington, leur cheminement dans le monde associatif et leurs idées pour pérenniser les apports du programme dans leur vie future. Accompagnés par l’ADICE depuis mars 2016, ils se sont impliqués de manière exemplaire tout au long du programme des JA 2016, et sont repartis avec de nombreuses pistes d’avenir sous le bras, développés à travers  plusieurs  ateliers et discussions.

    Ainsi :

    -Alexandre monte une association d’animation pour les jeunes des quartiers de Bordeaux

    -Sarah veut organiser des ateliers d’expression orale pour les jeunes en région parisienne

    -Les filles des Hauts-de-France et leur mentor associatif Jamal vont organiser des diners-débats

    -Hugo veut développer le volontariat dans les associations de la protection animale

    – Maéva veut organiser des manifestations culturelles thématiques sur le féminisme, l’africanité…

    -Les JA de Bordeaux vont organiser un forum sur la mobilité internationale pour les jeunes

    … Et bien d’autres projets prometteurs !

     

    Charlotte Bardsley, en charge du programme JAEA pour l’Ambassade des Etats-Unis à Paris, a fait part au groupe des opportunités futures dans le domaine de la diplomatie et Marwane Chamaki, président de l’association des Jeunes Ambassadeurs Alumni (JAA) a présenté les perspectives en termes d’engagement associatif au sein du réseau des anciens.

    L’Adice leur souhaite réussite dans tous ces projets à venir, et relaie le message qu’ils ont souhaité enregistrer pour promouvoir l’engagement associatif des jeunes en France. Ceci est donc leur premier engagement suite au programme, collectif et immédiat :

    Ce message a été exprimé lors   de la cérémonie de remise des diplômes de Jeunes Ambassadeurs à l’ambassade des Etats Unis, en présence de la Chargée d’Affaires de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique, Madame Uzra Zeya, et le représentant du Commissariat général à l’égalité des territoires, Monsieur Kaïs Marzouki :

    https://fr.usembassy.gov/fr/2016-remise-des-diplomes-aux-jeunes-ambassadeurs/

    Partagez !
  • Les Jeunes Ambassadeurs américains à Paris 2017

    L’hiver n’entame pas la détermination des jeunes qui participent à nos projets de coopération internationale. Du 16 au 22 janvier, 12 jeunes américains originaires du Maryland ont traversé l’Atlantique pour participer au programme des Jeunes Ambassadeurs de l’Engagement Associatif 2016.

    Au programme:

    • Rencontre avec les institutions partenaires du programme: le Commissariat Général à l’Égalité des Territoires (CGET), l’Ambassade des États-Unis et le Ministère des Affaires Étrangères et du Développement International (MAEDI).
    • Activités de bénévolat avec l’association parisienne Le Carillon (aide aux sans-abris)
    • Participation à des ateliers: – La politique étrangère française – L’égalité des chances en France – lutte contre l’abstention des jeunes aux élections avec l’association VOXE
    • Et quelques visites incontournables  (Louvres, Montmartre, musée de l’Immigration, …)

    Cette semaine s’est terminée par une réception organisée par l’ambassade des Etats-Unis à Paris, dans les locaux de l’Hôtel Talleyrand, en présence de la Chargée d’Affaires de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique, Madame Uzra Zeya, et le représentant du Commissariat général à l’égalité des territoires, Monsieur Kaïs Marzouki , et leurs homologues français arrivés le soir-même de toute la France.

    Remise des diplômes aux Jeunes Ambassadeurs 2016

    Partagez !
  • Lancement du projet HVM

    Le mois de février a commencé par le lancement du nouveau projet EU Aid Volunteers porté par l’ADICE. Le projet s’appelle HVM – Reinforcement and sustainability in Humanitarian Volunteering Management et rassemble 12 partenaires d’Union Européenne, des Balkans, du Caucase et du Maghreb.

    Plusieurs objectifs pour ce projet :

    1 – Renforcer les organisations dans la construction et le management de politiques et d’outils de sécurité dans le contexte de l’aide humanitaire

    2 – Renforcer les organisations dans l’analyse des besoins et dans la logistique pour assurer des missions de volontariat humanitaire pertinentes

    3 – Renforcer les organisations dans la construction de méthodes et d’outils solides de management du volontariat dans le contexte de l’aide humanitaire

    4 – Renforcer les organisations pour assurer un impact durable du management du volontariat humanitaire grâce à une plateforme en ligne

    5 – Assurer une dissémination globale des résultats du projet et renforcer les organisations à développer une large dissémination et multiplication de méthodes et d’outils du management du volontariat

    Le premier séminaire s’est déroulé du 1er au 3 février à Bratislava où notre partenaire ADRA Slovakia nous a accueilli. Il a été l’occasion de préparer les prochaines étapes du projet, à savoir la mise en place de formations visant à renforcer les capacités des partenaires. La première session de formation se déroulera en mai à Roubaix et abordera la sécurité des volontaires.

    Partagez !
  • PHASE 1 Pérou et Inde: formation de 6 partenaires

    L’ADICE, Mondo et ASPEm ont animé la formation « PHASE 1 – Empowerement of High quality Volunteering management in Humanitarian Aid context» auprès de 6 partenaires non-européens à Cusco au Pérou, et à Bhubaneswar en Inde.

    photAinsi, les partenaires APRODEH et APINA du Pérou et Fundacion Munasim de Bolivie ont suivi une formation leur permettant d’acquérir de nouvelles méthodes de gestion de volontaires dans des contextes humanitaires entre le 7 et le 11 Novembre 2016 à Cusco au Pérou.

    Durant 5 jours, les partenaires ont acquis des compétences en matière de sécurité, identification des besoins, logistique et gestion du volontariat.

     

    fgCette formation a été très appréciée puisqu’elle a permis d’envisager une meilleure gestion du volontariat pour développer de future collaboration avec les partenaires européens pour mener à bien leurs projets. Une visite de terrain des projets mis en œuvre par le partenaire APINA a également permis d’identifier les actions et enjeux concrets dans cette région du Pérou.

    Durant la semaine du 12 au 16 Décembre 2016, des représentants de l’ADICE, de Mondo et d’ASPEM sont partis à Bhubaneswar, dans le nord-est de l’Inde, pour animer la formation PHASE 1 auprès de leurs partenaires VIN du Népal, DaLaa de Thaïlande et OSVSWA d’Inde.

    La formation de 5 jours s’est révélée très pertinente au vue des expériences et activités menées par les 3 partenaires qui ont pu acquérir de nouvelles compétences afin de gérer leurs volontaires de manière toujours plus qualitative. La formation s’est déroulée dans les locaux du partenaire OSVSWA.

    dgfhdfgb

    Une dernière formation PHASE 1 sera présentée auprès des partenaires du Ghana, d’Ouganda et du Kenya lors de la formation de Janvier qui se déroulera à Kakamega au Kenya. Suite à ces formations, les partenaires ont débuté la période de mise en œuvre qui vise à construire et finaliser des outils de gestion dans les thématiques suivantes : Sécurité, Identification des besoins, Logistique et gestion du volontariat qui leur permettront d’avoir des documents concrets pour gérer parfaitement leurs volontaires dans des contextes d’aide humanitaire.

    logo-phaselogo-eu-aid-volunteers

    Partagez !
  • Comprendre qui sont les Jeunes Ambasssadeurs

    Entretien à Washington avec Sarah, Jeune Ambassadrice de l’Engagement Associatif originaire d’Épinay-Sur-Seine (93)

    img_0262-1

    Bonjour, peux-tu nous expliquer comment s’est passé ton entrée dans les JAEA 2016 ?

    « Salut, je m’appelle Sarah, je fais partie de la promotion des JAEA 2016. J’ai candidaté en mars 2016 avec une amie, et on a été toutes les deux sélectionnées, on l’a appris en juin .Il fallait parler un minimum anglais, être lycéen, et avoir un engagement associatif dans notre vie. On faisait partie des quatre lycéens de Seine-St Denis sélectionnés, avec une actrice associative confirmée, Line. Une association locale nous a préparées aux tâches qui nous attendaient au sein du programme ; il y a eu une formation pré-départ au mois de juillet, 3 jours inoubliables, avant de pouvoir partir à Washington en novembre. Tout s’est donc très vite enchaîné. »

    En France, comment t’engages-tu?

    « En France, mon engagement associatif se porte plus au niveau de la vie lycéenne. J’ai mené plusieurs actions pour la qualité de vie des lycéens avec le conseil de la vie lycéenne. On est dans un quartier chaud et il y a souvent des rixes. Les autorités ne font pas grand-chose, alors on a contacté nous-mêmes les gens compétents ainsi que les médias et on a organisé un sitting pacifique dans la cour. On a eu une voiture de police stationnée devant le lycée, pendant plusieurs mois, et grâce à nos autres actions il n’y a plus de problèmes aux alentours de l’école. Ca a même stoppé d’autres rixes dans la ville. On a relancé le bal du lycée, qui avait été annulé depuis dix ans pour des raisons de sécurité. On fait d’autres choses aussi qui rythment la vie lycéenne en général.

    En réalité, l’engagement, je baigne dedans depuis toute petite, ma mère travaille dans des associations et m’a appris à prendre parti, à m’engager. J’ai envie de faire bouger les choses, je ne peux pas supporter de ne rien faire dans ce monde. Je veux faire bouger les choses, changer les mentalités. Et je commence par ma famille, je n’hésite pas à les remettre en place quand ils font preuve d’intolérance. »

    Qu’as-tu pensé de l’engagement associatif aux USA, en comparaison avec la France ?

    « Je trouve qu’ils ont un super bon système. C’est une très bonne idée que le fait de s’engager soit nécessaire à l’entrée à l’université des lycéens. Je pense que l’engagement associatif est nécessaire au bien-être d’une société !
    Quand on a été travaillé à Sheperd’sTable [équivalent US des Restos du Coeur], on a vu sourire des personnes qui venaient avec tout ce qu’ils possèdent dans une main, ça nous a fait prendre conscience de la chance qu’on avait. C’est ça qui me plait, le contact avec les gens, du concret. Heureusement qu’on a pu faire du community service, je vous souhaite d’en faire beaucoup plus l’année prochaine. »

    Que retiens-tu du programme à Washington au sein des JA 2016 ?

    « La première semaine nous a permis de voir des choses, des lieux que je n’aurais jamais cru voir dans ma vie, ou juste à la télé.  Notre tête est bien chargée, on en a appris beaucoup sur un temps aussi court, mais c’est un enrichissement énorme.

    Avant, j’avais une vision assez utopique des Etats-Unis ; j’ai un peu relativisé depuis le séjour, tout n’est pas « great » ici. Je pensais que les jeunes de mon quartier étaient chauds, mais j’ai vu pire aux Etats-Unis.

    Les deux semaines étaient très différentes, mais très complémentaires. On a eu un truc un peu plus sérieux, et le temps dans les lycées plus terre-à-terre, plus réel aussi. Une vision de l’extérieur et de l’intérieur. Et une note un peu plus légère : la nourriture aux États-Unis je dis non non et non. »

    Quelle a été l’importance du groupe dans le déroulé du séjour ?

    « Déjà, on s’est tous très bien entendu, et l’ambiance a été super. J’ai rencontré des personnes qui resteront dans ma vie pendant très longtemps ! En plus, le groupe, ça nous apporte un réseau. Maintenant, je connais des gens de Marseille, Lyon, Lille, Toulouse, Bordeaux, de toutes les religions, origines, même de la même religion que moi mais pas qui ne pratiquent pas de la même manière…

    Même avec les acteurs associatifs, ça a été très riche ! Ils ont été là pour nous, j’ai eu des discussions avec eux, ils nous supportaient, nous remettaient sur le bon chemin quand il fallait. Ils sont tous impliqués dans des associations, politiquement, émotionnellement. Line c’est pour moi un modèle. Même vous les accompagnateurs, on a appris de vous, même si on râlait vous avez été là pour gérer ce qu’il faut, à l’écoute, tout est super bien organisé. »

    A l’avenir, penses-tu  que ce programme va avoir une influence sur ta vie ?

    « Quand on aime ce qu’on fait, on n’est jamais fatigué. Je vais continuer à m’engager encore et encore, dans mon quartier, ma ville, mon pays. J’ai déjà vécu des revers émotionnels à force de m’engager sur des causes difficiles, mais une personne heureuse sur mille ça me suffit, j’ai fait le pas d’accepter ça, j’y vais petit à petit.

    Mon but, c’est de promouvoir l’échange interculturel, mais aussi entre les milieux sociaux, enfin l’échange quoi. Je veux aussi m’engager pour le vivre ensemble. Je trouve que c’est n’importe quoi ce qu’il se passe en France en ce moment, il faut faire quelque chose. On peut faire de toutes les différences quelque chose de beau, tu vois. Ça n’est pas en effaçant les différences qu’on mettra tout le monde à égalité. Ici, aux USA, j’ai vu des types venir en cours avec une kipa, normal. Dans le lycée, il y a des « clubs de musulmans », mais très ouvert sur les autres. Ça n’est pas parce que tu travailles en communauté que tu es forcément fermée sur celle-ci.

    Après le lycée, je veux faire des études de médecine, et la finalité ça serait de travailler à Médecins sans frontières. Je veux parcourir le monde, me faire ma propre vision, je ne veux pas qu’on m’influence, je veux tout découvrir de moi-même. »

    Le mot de la fin ?

    « Les JA, c’est une expérience que je n’oublierai jamais ! Un grand merci à tous les gens qui ont fait que cette expérience soit possible, c’était un rêve pour moi. Je ne sais pas mettre de mots sur l’enrichissement que ça m’a apporté, mais c’était… grandiose ! Voilà ! »

    Partagez !
  • Les Jeunes Ambassadeurs 2016 témoignent

    Les Jeunes Ambassadeurs 2016 débattent ensemble de ce qu’ils ont pensé du séjour de 2 semaines à Washington, et réfléchissent déjà à l’impact qu’aura cette expérience sur leur vie associative.

    img_0284
    ‘Exercice de communication politique avec un diplomate’

    [Les visites de la première semaine]

    Medhi : « Pendant les JA, l’avantage c’est qu’on a tout vécu de l’intérieur, ça n’était plus des profs qui nous apprenait des choses, on les a expérimentés. »

    Moukadim : « On a visité les mémoriaux d’Iwo Jima, de Lincoln, Jefferson, les Archives Nationales, la Maison Blanche, les musées de la Smithsonian Insitution, Le Département d’Etat, le Capitol… J’y ai aussi appris beaucoup de choses sur l’histoire des Etats Unis, l’histoire de la démocratie. »

    Lyna : « La première semaine m’a apportée énormément au niveau personnel. Je suis sortie de ma bulle « réseaux sociaux », ça fait du bien. Les rencontres avec les diplomates étaient très intéressantes, ça n’est pas parce qu’on était jeunes qu’ils ne nous ont pas pris au sérieux, ils s’intéressaient à ce qu’on disait. »

    wp_20161022_09_32_51_pro

    [L’engagement associatif français et le community service américain]

    Mehdi : « En France, j’aide les personnes âgées dans les maisons de retraite ; ce que j’ai fait à la Sheperds’ Table [équivalent américain des restos du Cœur] pendant le community service, c’était un peu la même chose, mais avec des « lunettes » différentes, vu d’un œil neuf. En Amérique, on est beaucoup plus proche des gens, beaucoup plus de monde s’engage. Ca contribue à forger ma passion pour l’aide à la personne.
    Je me fiche de savoir où j’ai envie de m’investir et agir, chez moi ou chez les autres peu importe, tant que je peux être utile. A l’étranger effectivement l’échange interculturel fait qu’on apprend beaucoup, et que les personnes apprennent aussi beaucoup de nous ».

    Sihem : « J’ai réalisé que le côté excitant, exotique de l’engagement associatif qu’on a découvert ici, il pouvait aussi exister en France chez moi. Ça n’est pas la question de savoir où on s’engage, mais le ressenti que j’ai eu à m’engager ici m’a fait comprendre que c’est important pour moi de me sentir utile, de rendre des gens heureux. Je préfère même m’engager dans ma ville, je pourrais être plus efficace là-bas parce que je connais déjà ».

    Giacomo : « L’élément que je retiens de ma participation au programme, c’est la rencontre avec les diplomates américains hauts placés, c’est quelque chose que je n’aurais jamais pu vivre sans le programme. J’ai compris qu’il y a deux côtés dans l’engagement associatif, le côté institutionnel et le côté plus proche des gens. Les deux sont complémentaires.

    Lyna : « L’expérience de community service m’a montré qu’on peut être utile en faisant très peu de choses. Franchement j’ai juste épluché des légumes [rires], mais les gens souriaient quand on leur tendait les plateaux, et ça c’est quelque chose ! »

    Moukadim : « Ce que j’ai le plus apprécié, ça a été le community service, d’avoir rencontré les gens et de voir qu’une petite action de quelques heures peut changer la journée des gens. En plus, c’est quand même bien organisé ici, c’est très valorisé et valorisant de savoir que l’Etat et tes études te poussent à avoir un engagement associatif et reconnaissent son importance ».

    wp_20161023_15_02_44_procs-jaea-sheperds-table-copie

     

    [Accueil dans les lycées et les familles US la deuxième semaine]

    Giacomo : « La deuxième semaine était bien pour le fait qu’on vivait comme des américains, je les ai trouvé très aimables, sympathiques. Ce qui est fou ici c’est que tout le monde parle la même langue et semble partager la même culture, alors qu’en réalité ils viennent du Vietnam, d’El Salvador, du Mexique… Tous ces gens sont réunis, c’est un pays qui a réussi la mixité sociale. »

    Medhi : « Plus j’accumule des expériences, plus je peux faire des comparaisons, et ça va me pousser à faire de plus en plus de voyage. Ici on a dû s’adapter aux familles d’accueil, ça nous a chamboulés, mais c’est intéressant, rien n’est similaire et pourtant rien n’est vraiment différent, on peut toujours comprendre ce qu’il se passe. »

    Grâce-Noëlla : « La deuxième semaine, je n’ai pas compris. On est ambassadeurs de l’engagement associatif, on aurait pu aller dans des associations, voir des responsables associatifs. Je me suis ennuyée dans les cours. Ça n’est pas le même programme éducatif, pas la même année de cours parfois, heureusement qu’il y avait quelques activités organisées. »

    Moukadim : « La deuxième semaine m’a semblé plus détendue, on rencontre plus concrètement les américains, après avoir vu surtout le côté institutionnel. Moi qui suis un peu timide, ici je me sens plus à l’aise qu’en France, les gens sont plus ouverts, intéressés. »

    [Esprit du collectif, importance du groupe]

    Lyna : « Le groupe a été un élément moteur, on a tous des personnalités différentes et je pense qu’on a tous appris les uns des autres, et aussi appris à vivre au milieu de gens aussi différents. On a beaucoup échangé sur tous les sujets possibles et imaginables [parfois jusqu’à tard dans la nuit]. »

    Sihem : « J’ai adoré l’esprit du collectif  dans le programme ; on savait pourquoi on était là et ça nous a porté à partager sur nos ressentis, nos expériences, tout en profitant beaucoup. »

    Giacomo : « Le groupe était super, maintenant on a des contacts dans toute la France ! »

    img_0321aerport

     [Réflexions d’avenir] :

    Moukadim : « A l’ avenir, je veux faire d’autres projets de mobilité pour découvrir d’autres personnes, d’autres villes, d’autres régions, j’ai envie de vivre beaucoup plus d’expérience comme ça. Ce voyage m’a aidé à vaincre ma timidité. »

    Giacomo : « Tout ça m’a donné envie de voir d’autres pays, vivre d’autres expériences de mobilité. C’était amazing ! »

    Grâce-Noëlla : « J’ai été un peu déçu par les Etats-Unis, honnêtement, ça n’était pas du tout comme on peut l’imaginer, le côté grandiloquent. J’ai envie de me recentrer sur l’Europe, de promouvoir la mobilité européenne. »

    Sihem : « Des expériences de mobilité, je veux bien en refaire mais pas trop longtemps, deux semaines pas plus, après c’est trop et je suis triste. Je suis trop attachée à mes habitudes. Ça a été une expérience qui restera gravée à vie dans ma tête. »

    cget-logo us-embassay-logo

    Partagez !
  • Jeunes Ambassadeurs 2016: le programme

    img_0943Visiter Washington D. C. lors des derniers jours de l’ère Obama, en pleine lutte électorale entre Clinton et Trump, constitue une expérience forte en soi, unique dans une vie. 24 lycéens français et 6 acteurs associatifs confirmés, sélectionnés en tant que « Jeunes Ambassadeurs de l’Engagement Associatif » 2016, ont eu cette chance.

    Pendant deux semaines, du 20 octobre au 2 novembre, le groupe est parti à la rencontre du community service (l’engagement associatif) outre-Atlantique et représenter la France dans les institutions et les lycées de la capitale américaine.

    L’Adice avait été, pour la 5° fois consécutive, conventionnée par l’ambassade des Etats-Unis en France et le CGET (Commissariat Général à l’Egalité des Territoires) pour assurer l’organisation générale du programme binational.
    Nous avons conservé la structure originale du programme, qui a prouvé son efficacité les années précédentes :

    • 1° semaine : visite de Washington et ses institutions (Capitole, Département d’Etat, Maison Blanche, mémoriaux de Lincoln, Jefferson, Iwo Jima…)
    • 2° semaine : découverte de la vie de lycéen américain à Glenelg et Northwood High Schools, en familles d’accueil

    cs-jaea-sheperds-table-copie

    Nouveauté cette année, les JAEA ont pu participer durant une journée à des activités de terrain de community service (préparation de repas pour les sans-abris, assistance matérielle aux familles défavorisées et protection de l’environnement), ce qui a évidemment constitué pour la plupart le temps fort du séjour.

    Les échanges interculturels, la richesse du programme et l’ambiance de groupe détonante ont permis une assimilation réussie des objectifs du programme par les jeunes. En tant que « chaperons » du programme, nous sommes très fiers de la promotion des #JAEA2016 et de l’impact positif qu’elle a eu sur le terrain auprès des institutions et des lycées d’accueil. Nous les retrouverons lors d’un weekend de bilan à Paris, et pour accueillir les JA américains en France.

    Ci-joint l’article que le journal les Echos a publié à propos du programme :

    http://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/0211394428258-comment-les-americains-couvent-nos-talents-2037618.php#

    img_0272img_0636phototastic-02_11_2016_c9a71cec-8f5d-4e9e-a765-803e0cfbb54bimg_0222

    cget-logous-embassay-logo

    Partagez !
  • Vidéos explicatives du projet ‘Phase’

    Le projet PHASE (Platform in Humanitarian Aid for a Sustainable Empowerment) a pour objectif de renforcer les capacités de partenaires hors UE dans la gestion de volontaires dans des contextes d’aide humanitaire.

    Dans le cadre de ce projet, plusieurs vidéos ont été créées afin de présenter le contenu, les objectifs et activités de ce projet.

    Dans la première vidéo, les partenaires européens présentent le projet, leur structure, leur rôle dans ce projet (création et animation de formation, management…) mais également les raisons pour lesquels ils ont décidé de participer à ce projet PHASE.

    Dans la deuxième vidéo, les partenaires européens présentent succinctement la thématique sur laquelle ils ont travaillé afin de constituer un contenu de formation pertinent (Sécurité, Identification des besoins, logistique et gestion du volontariat) et les raisons pour lesquelles celles-ci sont essentielles dans la bonne gestion du volontariat dans des contextes humanitaires.

    Dans les mois à venir, d’autres vidéos seront réalisées et publiées. Celles-ci incluront notamment les témoignages de nos partenaires non-européens quant à leur implication et perspectives dans ce projet.

    logo-phaselogo-eu-aid-volunteers

    Partagez !
  • EU Aid Volunteers: 1e formation de partenaires

    La 1ère formation PHASE 1 a été réalisée auprès des partenaires ukrainiens et palestiniens ! Cette formation s’est déroulée du 28 au 30 septembre à Cantù en Italie dans les locaux de notre partenaire italien ASPEm.

    1-session-formation

    Suite au 2ème séminaire de travail, l’ADICE, Mondo et ASPEm ont pu animer la première formation « PHASE 1 – Empowerement of High quality Volunteering management in Humanitarian Aid context» auprès de 2 partenaires non européen : Human Supporters Association de Palestine et Vostok SOS d’Ukraine.

    Cette formation était organisée selon les différentes étapes de gestion du volontariat (avant le départ, durant le projet et au retour du projet). Les sessions de formation portaient sur des thématiques essentielles liées au volontariat en contexte humanitaire : La Sécurité, l’identification des besoins, la logistique et la gestion du volontariat.

    Ainsi, durant trois jours, des membres d’ADICE, ASPEm et Mondo ont pu former 2 employés de chacune de ces organisations partenaires (HSA Palestine et Vostok SOS Ukraine) pour leur permettre de développer des outils et des méthodes de gestion du volontariat dans des contextes d’aide humanitaire.

                            ukraine                       ukrayane

    La formation fut intensive et très « riche » selon les participants qui ont pu acquérir comme convenu de nouvelles compétences et connaissances dans ce domaine. Cela va leur permettre d’initier convenablement la période de mise en œuvre durant laquelle ils vont devoir développer concrètement des outils et méthodes permettant d’assurer l’accueil de volontaires (juniors et experts) dans des contextes d’aide humanitaire.

    L’un de nos objectifs est également que nos partenaires puissent être certifiés dans le cadre du programme EU Aid Volunteers afin de pouvoir, par la suite, développer ensemble, un projet de déploiement de volontaires dans le cadre de ce programme.

    logo-phaselogo-eu-aid-volunteers

    Partagez !
  • EU Aid Volunteers: 2e séminaire de travail

    2ème séminaire de travail dans le cadre du projet EU Aid Volunteers PHASE à Cantù, Italie.
    Dans le cadre du programme EU Aid Volunteers Initiative, l’ADICE coordonne le projet de renforcement des capacités PHASE.

    image-phase
    Ce projet débuté en mai 2016 a permis de créer une formation destinée à renforcer les capacités de potentiels partenaires d’accueil travaillant dans des contextes humanitaires dans la gestion de volontaires.

    Durant ce 2ème séminaire qui s’est déroulé les 26 et 27 septembre 2016 à Cantù, Italie, l’ADICE a pu travailler avec ses deux partenaires européens MONDO Estonie et ASPEm Italie pour finaliser la formation PHASE 1 portant sur les thématiques telles que la sécurité, l’identification des besoins, la logistique et la gestion du volontariat.

    phase-2Ainsi, durant 2 jours, les partenaires européens ont travaillé sur les trames d’outils à partager aux participants dans chacune des sessions mais également sur le contenu pédagogique et les exercices pratiques sur lesquels les membres des associations non européennes travailleront.

    Ce séminaire a également été l’occasion d’échanger à propos des étapes suivantes et notamment de la période de mise en œuvre du projet (planning des activités, suivi des activités réalisées…) qui se déroulera d’octobre 2016 à mai 2017. Durant cette étape, les partenaires non européens travailleront sur la création d’outils et de méthodes leur permettant d’assurer une bonne gestion de volontaires en tant qu’organisation d’accueil dans des contextes humanitaires. Les structures européennes assureront le suivi et soutien de ces activités durant cette période de mise en œuvre.

    Enfin, ce second séminaire de travail a permis de débuter des échanges sur la future plateforme en ligne qui sera créée dans le cadre de ce projet PHASE et qui permettra d’assurer une gestion de volontaire pérenne et renforçant l’impact de l’intervention de volontaires auprès des organisations d’accueil et des communautés locales.

    logo-phaselogo-eu-aid-volunteers

    Partagez !
  • Dissémination – EU Aid Volunteers

    Lors les mois de Mai et Juin 2016, l’ADICE a eu l’occasion de participer à plusieurs temps forts durant lesquels nous avons pu échanger et présenter le programme EU Aid Volunteers et notre projet PHASE.

    Tout d’abord, du 19 au 21 mai 2016, l’ADICE a tenu un stand lors du salon des solidarités 2016 qui s’est déroulé au Parc des expositions à la porte de Versailles à Paris.

    SDS16 SDS

    Durant ce salon, l’ADICE a eu l’occasion de présenter ses projets et les programmes sur lesquels elle travaille dont notamment le programme EU Aid Volunteers. Ce salon important sur la thématique de la solidarité regroupant un grand nombre d’acteurs français et internationaux travaillant dans ce domaine a permis à l’ADICE de rencontrer des professionnels et de potentiels participants à ce programme.European Development Days

    Les 15 et 16 juin 2016, l’ADICE a eu l’occasion de participer aux European Development Days 2016 à Bruxelles. Durant ces deux journées représentant le plus grand salon européen sur l’aide au développement et l’humanitaire, l’ADICE a eu l’opportunité de rencontrer également d’autres structures travaillant dans ces domaines d’intervention et leur présenter le programme EU Aid Volunteers ainsi que le projet « Platform on Humanitarian Aid for a Sustainable Empowerment – PHASE ».

    Partagez !
  • Séminaire de lancement du projet PHASE

    Séminaire de lancement du projet EU Aid Volunteers Capacity Building  PHASE

    Dans le cadre du projet PHASE – Platform on Humanitarian Aid for a Sustainable Empowerment, l’ADICE a accueilli le séminaire de lancement du 9 au 11 mai 2016. Ce projet est financé par le programme EU Aid Volunteers, géré par l’Agence Exécutive Education, Audiovisuel et Culture et la DG ECHO de la Commission Européenne.

    Les trois partenaires européens ADICE, ASPEm et MONDO  ont  eu l’occasion d’échanger sur les meilleures pratiques de gestion des volontaires dans des contextes d’aide humanitaire et ont travaillé sur les contenus d’ateliers de formations PHASE 1:

    • sécurité : assurer la sécurité des volontaires, comment agir en cas de crise et d’évacuation,
    • analyse des besoins: identifier les besoins réels de l’organisation d’accueil, la façon dont les volontaires peuvent être impliqués et les compétences nécessaires pour mettre en place les activités,
    • logistique : outils et méthodes pour assurer la bonne mise en œuvre des actions et éviter des situations imprévisibles,
    • gestion de volontaires : élaborer un cadre commun pour la gestion des volontaires et assurer une gestion de qualité.

    partenaires EU Aid Volunteers

    L’objectif est de former les organisations partenaires agissant dans le contexte humanitaire pour la préparation et le suivi des volontaires dans le cadre de leurs activités avec les communautés locales.

    Pendant le mois de Juin des réunions de lancement du projet ont été réalisées via Skype avec les 11 autres partenaires dans les pays non Européens : Asociacion pro Derechos Humanos et Asociacion Pueblo Indigena en Accion Apu au Pérou; Fundacion Munasim Kullakita en Bolivie ; Human Rights Center Postup en Ukraine ; Human Supporters Association en Palestine ; International Volunteers for Social Development Association en Thailande ; Kongo Community Development Organisation au Ghana; Orissa State Volunteers and Social Workers Association en Inde; Uganda Pioneers Association au Ouganda; Volunteers Initiative Nepal au Népal; Western Focus Community Organisation au Kenya. Grace à ces réunions les partenaires ont eu l’occasion de se connaitre et d’échanger sur les objectifs et activités du projet.skype EU Aid Volunteers

    Dans les mois à venir, les organisations européennes vont construire le contenu et la forme de la formation PHASE 1 en s’appuyant sur les besoins et les attentes des partenaires des pays tiers. En septembre un nouveau séminaire de travail entre partenaires européens aura lieu pour finaliser cette formation PHASE 1. Puis, cet automne, les séminaires débuteront avec notamment la première formation pour les partenaires Human Rights Center Postup (Ucraine) et Human Supporters Association (Palestine) en Italie fin Septembre.

    Partagez !
  • Certification EU Aid Volunteers

    Le mécanisme de Certification du Programme EU Aid Volunteers

    L’initiative European Aid Volunteers offre des opportunités aux citoyens européens ayant diverses compétences et expériences professionnelles de participer à des projets d’aide humanitaire.

    L’objectif de cette initiative permettra à la Commission Européenne de fournir une aide humanitaire à travers les contributions des volontaires.

    Les acteurs de cette initiative sont:

    • les organisations d’envoi: participent à la sélection, au déploiement et au suivi de volontaires,
    • les organisations d’accueil: reçoivent les volontaires et travaillent avec eux pour mener leurs activités auprès des communautés locales,
    • les volontaires: travaillent auprès des organisations des pays tiers pour mener des activités dans des contextes d’aide humanitaire.

    Les Organisations d’envoi et d’accueil qui veulent participer à l’initiative European Aid Volunteers doivent suivre ces étapes:

    1. Réaliser la certification de son organisation (organisation d’envoi ou accueil)
    2. Construire un consortium d’organisations européennes et de pays tiers
    3. Présenter une proposition de projet pour le déploiement de volontaires

    Toutes les organisations qui souhaitent envoyer ou accueillir des volontaires dans l’initiative European Aid Volunteers doivent être certifiées. Le processus de certification permet de garantir la qualité de la gestion et du suivi des volontaires avant le départ et sur le terrain.

    Ce processus de certification passe notamment par une auto-évaluation des organisations pour vérifier les normes et les procédures de protection et gestion des volontaires pendant leur expérience. Les organisations doivent fournir des données pertinentes montrant leur expérience dans le secteur humanitaire (procédures et politiques en matière de sécurité, de logistique et de gestion de l’administration, expérience dans le domaine de l’aide humanitaire, procédures de protection des données de protection des personnes vulnérables, procédures de sélection…).

    Fin 2015, l’ADICE a réalisé les démarches pour obtenir la certification EU Aid Volunteers en s’appuyant sur toutes les procédures et outils qu’elle a développé tout au long de ses années d’expériences dans le domaine de la gestion du volontariat dans l’aide humanitaire et notamment durant la phase pilote du programme (EVHAC).

    En Janvier 2016, l’ADICE a été certifiée dans le cadre de ce programme de gestion du volontariat dans un contexte d’aide humanitaire. Cette certification est valable pendant une durée de 3 ans. L’ADICE est donc désormais en mesure de participer ou de coordonner un projet visant à déployer des volontaires européens dans le cadre de cette initiative EU Aid Volunteers. L’ADICE, qui dispose d’un grand réseau de partenaires internationaux dans le domaine de l’aide humanitaire (développement communautaire, santé, éducation), va appuyer ses structures partenaires afin qu’elles puissent également être certifiées en tant qu’organisations d’accueil au sein du programme EU Aid Volunteers (notamment à travers le projet EU Aid Volunteers Capacity Building « PHASE »).

    Pour plus d’informations sur le mécanisme de certification du Programme EU Aid Volunteers : https://eacea.ec.europa.eu/eu-aid-volunteers/actions/certification-mechanism-for-sending-and-hosting-organisations_en

    Eu aid volunteers logo

    Partagez !
  • Séminaire de formation 2IQM

    InstagramCapture_4d90aaa6-c55c-4f53-9f57-d4e8ba1ba0b5

    Dans le cadre du projet 2IQM (Initiative for an International Qualitative Mentoring), l’ADICE a accueilli et animé un séminaire de formation sur le thème du tutorat des volontaires internationaux du 22 au 26 février. Ce projet est financé par la Commission Européenne via le programme Erasmus+ (KA2 – Coopération en matière de d’innovation et d’échange de bonnes pratiques).

    2iqm

    Ce fut l’occasion de réunir les partenaires participant au projet : le CESIE (Italie), Vietnam and Friends (Vietnam), Volunteer Spirit Association (Thailande) et Liberty’s Promise (Etats-Unis).

    WP_20160223_11_40_35_Pro (2)La semaine de séminaire a été l’occasion d’échanger de nombreuses bonnes pratiques en matière de tutorat que ce soit avant, pendant et après la mission de volontariat internationale. De nombreux thèmes ont été abordés comme : le tutorat renforcé, l’autonomisation du volontaire, la sécurité, le séminaire à l’arrivée, les outils de suivi, le management du stress, le portfolio de compétences, etc.

    Chacun des participants au séminaire a pu apporter son expertise pour l’amélioration et la création d’outils facilitant le bon déroulé des projets de volontariat. L’objectif est que chacun des volontaires puisse vivre une expérience enrichissante et contribuer de manière optimale aux activités menées par les structures d’accueil et à destination des communautés locales.

    Prochainement, pour la phase d’expérimentation, 6 volontaires SVE (Service Volontaire Européen) auront l’occasion d’être accueillis par ces structures et seront suivis avec les outils développés lors de ce séminaire.

    WP_20160226_11_01_50_Pro (2)

    Une plateforme en ligne, OMT (Online Mentoring Tool) sera créée à l’issue du projet afin de faciliter la communication entre structure d’envoi, structure d’accueil et volontaire. Un guide sur les bonnes pratiques de tutorat élaborées et testées grâce au projet 2IQM sera aussi édité.

     

    L’ensemble des partenaires se retrouvera désormais au printemps 2017 à Palerme pour le séminaire final de 2IQM.

    WP_20160226_11_19_43_Pro (2)

    Print

    Partagez !
  • Jeunes Ambassadeurs de l’Engagement Associatif

    Pour favoriser l’ouverture culturelle et l’engagement associatif des jeunes des quartiers défavorisés

    Ce programme est proposé par l’Ambassade des États-Unis d’Amérique en France en collaboration avec le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET). Il est l’un des programmes culturels les plus importants de l’Ambassade des États-Unis.

    Il comporte deux volets complémentaires :

    • l’accueil de quinze jeunes Américains en France
    • l’envoi de vingt-quatre lycéens français ainsi que l’envoi de six jeunes acteurs associatifs français aux États-Unis d’Amérique

    Ce système d’échange réciproque entend favoriser l’amitié franco-américaine en rapprochant la jeunesse des pays partenaires. Le programme « Jeunes Ambassadeurs de l’Engagement Associatif » sélectionne :

    • Quinze jeunes Américains issus des quartiers défavorisés pour valoriser leur ouverture à d’autres cultures en leur permettant notamment de découvrir la France, sa culture, son paysage associatif et institutionnel, ainsi que la façon de vivre de sa jeunesse.
    • Trente jeunes Français (lycéens et acteurs associatifs) issus des quartiers prioritaires pour valoriser l’engagement associatif et permettre la réalisation de projets locaux, portés par les jeunes, au service des habitants des quartiers et de l’intérêt général.

    Les jeunes Français sont sélectionnés au sein de 6 régions :

    • Aquitaine : Gironde (Bordeaux)
    • Ile-de-France : Département de Seine-Saint-Denis
    • Nord-Pas-de-Calais : Nord
    • Provence-Alpes-Côte d’Azur : Bouches-du-Rhône (Marseille)
    • Rhône-Alpes : Rhône (Lyon)
    • Midi-Pyrénées : Haute-Garonne (Toulouse)

    L’historique du programme

    Le programme « Jeunes Ambassadeurs de l’Engagement Associatif » fusionne depuis 2014 deux anciens programmes en son sein : le programme « Jeunes Ambassadeurs » et le programme « Ambassadeurs de l’Engagement Associatif ».

    Le programme « Jeunes Ambassadeurs » existe depuis 2008 sur l’initiative de l’Ambassade des États-Unis d’Amérique. A partir de 2009, l’Acsé – Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (désormais le CGET depuis le 2 avril 2014) vient s’associer au programme afin de permettre aux jeunes Français issus des quartiers de la politique de la ville de concrétiser leur engagement pour l’intérêt général, qu’il soit citoyen ou associatif.

    En 2013, le programme expérimental « Ambassadeurs de l’Engagement Associatif » a été lancé par l’Ambassade des États-Unis d’Amérique. Il a permis à des jeunes issus des quartiers de la politique de la ville et engagés dans le milieu associatif en tant que salariés ou bénévoles de découvrir non seulement la culture et l’histoire des États-Unis mais également le fonctionnement du monde associatif et de l’engagement américain tout en représentant le monde associatif français grâce à des rencontres institutionnelles et professionnelles.

    A partir de 2014, le programme innovant « American Youth Ambassadors » a également été lancé avec l’accueil en France de 15 jeunes lycéens (une semaine à Paris et une semaine dans 3 régions sélectionnées). Cela a permis une réciprocité du programme et a ainsi renforcé le lien franco-américain par un enrichissement mutuel et des découvertes de la culture des deux pays par des jeunes français et américains.

    Durant leur séjour à l’étranger, les jeunes assurent des fonctions de représentation.

    Les partenaires du programme

    Ce programme binational repose sur une véritable dynamique institutionnelle et associative entre :

    • l’Ambassade des États-Unis d’Amérique en France
    • les consulats des États-Unis
    • le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET)
    • les préfets délégués à l’égalité des chances et les sous-préfets ville
    • l’Association pour le Développement des Initiatives Citoyennes et Européennes (ADICE)
    • l’Association Nationale des Jeunes Ambassadeurs Alumni (JAA)
    • l’Ambassade de France à Washington, D.C.

    Cette dynamique institutionnelle et interétatique favorise le respect des principes de l’éducation populaire.

    Les objectifs du programme

    • Agir pour l’égalité des chances en favorisant la participation des jeunes issus des quartiers défavorisés et de milieux modestes
    • Encourager le partage des connaissances et l’échange interculturel entre les jeunes Français et les jeunes Américains
    • Faire découvrir aux participants les modèles, logiques et systèmes de fonctionnement français afin de favoriser leur compréhension d’une culture différente et les inspirer pour la réalisation d’actions concrètes à leur échelle au retour de leur séjour en France
    • Faire découvrir aux participants des méthodes, logiques et systèmes de fonctionnement innovants du secteur associatif américain, afin de les inspirer pour la réalisation d’actions concrètes à leur échelle au retour des États-Unis
    • Favoriser la mobilité internationale des jeunes grâce à une expérience d’échange en France et aux États-Unis
    • Permettre aux participants de mieux connaître la culture, l’histoire et le monde associatif français et américain, tout en étant eux-mêmes ambassadeurs de la culture, de l’histoire et de la citoyenneté de leur pays d’origine
    • Assurer des fonctions de représentation de la jeunesse de leur pays et démontrer un engagement citoyen à l’étranger
    • Développer le potentiel d’engagement civique et d’action en faveur de l’intérêt général des participants par le biais des échanges intergénérationnels entre participants.
    Partagez !
  • EU AID Volunteers – Capacity building

    Plateforme sur l’aide humanitaire pour un renforcement durable (phase).

    Eu aid volunteers

    L’ADICE, en partenariat avec 13 organisations, coordonne le projet PHASE (plateforme sur l’aide humanitaire pour un renforcement durable) dans le cadre du programme European Aid Volunteers géré par l’Agence Exécutive Éducation, Audiovisuel et Culture et la DG ECHO de la Commission Européenne.

    14 organisations sont impliquées dans ce projet: trois associations européennes (ADICE, ASPEm et MONDO) et 11 structures dans les pays en voie de développement (Pérou, Inde, Ouganda, Népal, Thaïlande, Kenya, Ghana, Ukraine, Bolivie et Palestine).

    Le projet, qui dure deux ans et débute en mai 2016, vise à améliorer et à renforcer les capacités de ces 11 organisations dans la gestion des volontaires dans des contextes de l’aide humanitaire afin d’acquérir des méthodes et des outils de gestion du volontariat et de transférer ces capacités à d’autres associations dans leurs propres réseaux. Le projet vise également à développer une plateforme en ligne accessible pour tous les partenaires du projet afin d’avoir accès aux modules de formation en gestion du volontariat humanitaire mais aussi de stocker des outils, méthodes et projets développés par les volontaires accueillis.

    L’intervention de volontaires dans le contexte de l’aide humanitaire est très intéressante: pour les volontaires c’est une occasion unique d’avoir une expérience dans le domaine de la coopération internationale qui permettra d’enrichir leur parcours, pour les organisations et les communautés locales c’est une opportunité d’acquérir des nouvelles compétences et connaissances afin de mettre en œuvre leurs projets. Cependant, travailler dans le contexte de l’aide humanitaire peut s’avérer très compliqué sur différents aspects (administration, logistique, sécurité). Cela exige le développement et la mise en application de règles et de procédures pour assurer les conditions permettant le bon déroulé du projet (niveau de sécurité suffisant, logistique assurée, procédures administratives et opérationnelles optimales…).

    Le projet PHASE est centré sur la réalisation de séminaires de travail et d’ateliers de formations en Europe et dans les pays des organisations partenaires visant à échanger les meilleures pratiques et former les organisations partenaires agissant dans le contexte humanitaire pour la préparation et le suivi des volontaires dans le cadre de leurs activités avec les communautés locales.

    Le projet se déroulera en 2 phases:

    1 – Renforcement de la gestion du volontariat de haute qualité dans l’aide humanitaire: la formation permettra aux organisations dans les pays en voie de développement de renforcer la gestion du volontariat local et international et d’obtenir de nouvelles méthodes pour évaluer les besoins, prévenir des risques, et acquérir des capacités pour développer de nouveaux projets de volontariat notamment dans le cadre du Programme European Aid Volunteers (certification, déploiement).

    2- Pérennité et démultiplication des impacts de la gestion du volontariat dans le contexte de l’aide humanitaire : des outils seront créés (comme une plateforme de gestion de volontariat en ligne et des publications) pour permettre aux organisations qui travaillent dans des contextes humanitaires d’être renforcés durablement dans la gestion du volontariat, et de diffuser les connaissances et les compétences liées à la gestion du volontariat dans l’aide humanitaire auprès de leurs réseaux.

    Partagez !
  • Capacity Building 2IQM

    Initiative for an International Qualitative Mentoring (2IQM)

    L’ADICE est chef de file d’un projet de renforcement de capacité cofinancé par Erasmus +. Ce projet réunit des partenaires italiens, vietnamiens, thailandais et américains.

    Objectif général

    2IQM vise à renforcer et à professionnaliser les capacités de tutorat des organisations de jeunesse, et  à améliorer la qualité du tutorat des jeunes volontaires internationaux tout au long de leur expérience de mobilité. Ce projet entend optimiser l’impact sur leur parcours personnel et/ou professionnel tout en renforçant les activités de la structure d’accueil.

    Objectifs spécifiques

    2IQM vise plus spécifiquement à :

    • Soutenir un tutorat des volontaires de qualité, et en conséquence, la qualité des projets de volontariat menés
    • Construire le tutorat des jeunes volontaires comme un tout cohérent, en développant une stratégie partagée de coordination à toutes les étapes du travail des organisations de jeunesse impliquées
    • Renforcer les compétences des travailleurs de jeunesse impliqués dans le tutorat de jeunes volontaires
    • Renforcer la prise en compte du contexte local dans la formation des travailleurs de jeunesse et la préparation des jeunes volontaires
    • Elaborer, expérimenter et déployer des outils de tutorat dans le cadre de programmes de volontariat transnationaux dans et entre les différentes régions du monde
    • Favoriser la coopération et les échanges dans le domaine de la jeunesse entre les pays programme (France, Italie) et les pays partenaires de différentes régions du monde (USA, Vietnam, Thailande)
    • Renforcer les connaissances des organisations de jeunesse des dispositifs et programmes de financement du volontariat afin de leur permettre de renforcer les ressources allouées au tutorat des jeunes volontaires
    • Diffuser les résultats du projet (outils, formation) pour démultiplier le renforcement de la qualité du tutorat

    Objectifs en termes de productions concrètes

    Le projet aboutira à la production :

    • D’un module de formation destiné aux travailleurs de jeunesse impliqués dans le tutorat de volontaires, abordant de manière ciblée les besoins identifiés en amont et au cours de la 1ère étape du projet
    • D’un « Guide du bon tutorat», document recensant les bonnes pratiques identifiées en matière de tutorat de jeunes volontaires, et proposant des outils pour soutenir les tuteurs impliqués dans les organisations de jeunesse, incluant en particulier des solutions de coordination du tutorat entre organisations d’envoi, de coordination et/ou d’accueil, et une cartographie des dispositifs de financement disponibles afin de renforcer les moyens alloués au tutorat
    • D’un Outil de Tutorat en ligne (Online Mentoring Tool –OMT), basé sur un cahier des charges défini par les partenaires, qui impliquera organisation d’envoi, organisation d’accueil et volontaire lui-même, afin de mieux coordonner le processus de tutorat à toutes les étapes du volontariat.

    Les partenaires du projet :

    Print

    Partagez !