Bruno, SVE et stage

Dans mon cas c’est un peu particulier car je ne suis pas parti une fois, mais bien deux, grâce à l’ADICE.

DSC02427

La première fois d’août 2008 à janvier 2009, dans le cadre du SVE, à Yalova, en Turquie. J’étais censé participer au développement des échanges de jeunes entre la structure et d’autres associations européennes, mais dans les faits ça a été impossible, les procédures de visa pour les turcs étant trop compliquées pour réussir à les faire participer à un quelconque échange hors du pays à court terme. L’expérience était donc assez décevante de ce point de vue, mais très enrichissante sur d’autres points : j’y ai bien sûr pris des cours de Turc, mais y est aussi enseigné le Français en cours collectifs et particuliers, ainsi que l’Anglais, dans des cours de conversation (langue que je maitrisais alors assez peu moi-même). J’y ai aussi fait quelques interventions dans des lycées sur l’histoire de France, le programme Jeunesse en action, mon expérience de Français en Turquie.

Pour être honnête, l’expérience humaine à Yalova a été assez douloureuse : je ne m’y suis jamais senti chez moi, je ne m’y suis fait aucun ami, et dès que l’occasion se présentait je quittais la ville pour explorer le reste du pays (que j’ai adoré). A vrai dire, je suis rentré assez déprimé et heureux de retrouver mes proches. Je pense que la raison principale était mon manque de maturité et de motivation. Avec le recul, je pense que le meilleur terme pour me décrire à l’époque serait « sale gosse », j’avais pourtant 24 ans :-/ J’étais de toute façon parti pour de mauvaises raisons : suivre ma copine de l’époque qui faisait un Erasmus à Istanbul…

Bien que ça se soit fait dans la douleur donc, cette expérience a été bien plus qu’enrichissante, elle m’a permis de me construire en bonne partie, et notamment de développer une appétence pour les voyages, de connaitre ce pays fascinant, et de prendre conscience que la réalité d’un pays est beaucoup plus riche et complexe que l’idée que l’on peut s’en faire à travers les médias.

Bruno, VET, Espagne

Ma seconde expérience avec l’ADICE était un stage Leonardo da Vinci à Madrid, au sein du petitjournal.com, un site web traitant de l’actualité des français à l’étranger, entre septembre et décembre 2010. Alors que l’ADICE proposait des stages clefs en main, j’ai demandé leur support pour réaliser ce stage dans cette entreprise en particulier, qui n’était alors pas de leurs partenaires. Cette expérience m’a permis de muscler mon CV de journaliste débutant, de découvrir un autre pays fascinant, d’apprendre l’Espagnol, que je parle couramment aujourd’hui, et d’écrire des articles sur des sujets passionnants. Quelques mois après mon retour, j’ai été démarché et embauché par un groupe d’édition, sur un poste de rédacteur web en CDD de 6 mois. Les principales difficultés lors de ce stage était mon niveau approximatif en Espagnol (dur pour réaliser une interview par téléphone), l’absence de bureau ou de collègue (c’est une micro-entreprise), je travaillais donc depuis mon appartement minuscule, ce qui était parfois éprouvant nerveusement.

Partagez !