La parole aux volontaires

Suite à leur mobilité, les participants sont venus à l’ADICE dans le cadre d’un bilan au retour afin d’échanger et de partager leur expérience à l’étranger (service civique, stage professionnel, service volontaire européen). Ce bilan a pour objectifs d’aider les volontaires à s’auto-évaluer, à valoriser leurs compétences et ainsi être acteur de la suite de leur projet de mobilité.

Chacun des participants a présenté son projet, mettant en avant les connaissances et le savoir-faire qu’il a acquis. Parmi eux : Slimane, 27 ans, parti 3 mois à Lisbonne au Portugal afin de réaliser un stage professionnel au sein d’un studio de photographie.

Il nous raconte, lors d’une interview, son expérience de mobilité qu’il qualifie « d’exceptionnelle ».

Quel a été ton parcours avant de faire ton expérience à l’étranger ?

J’ai fait des études de commerce, j’ai été jusqu’au bac mais ça ne me plaisait plus vraiment donc j’ai décidé d’arrêter. Comme je suis passionné par la photographie, et ayant déjà fait de la photo, j’ai voulu me tourner vers ce domaine. Il y a 2 ans, j’ai également participé  à un concours, organisé dans ma ville à Tourcoing, qui s’appelle : « Tourcoing talents jeunesse » suite auquel j’ai gagné un prix. 

Pourquoi as-tu choisi de réaliser un stage ?

Ayant effectué un service volontaire européen en Hongrie avec l’association ADICE, on m’a parlé de la possibilité de faire un stage professionnel, toujours à l’étranger, alors j’ai voulu enchaîner avec un stage pour en apprendre plus sur la photographie. En plus d’avoir une passion pour la photo, je voulais aussi découvrir un autre pays et connaitre le fonctionnement d’une entreprise de photographie. 

Comment as-tu été accueilli et encadré au sein de ta structure ?

La structure m’a très bien accueilli et m’a mis en confiance. Mon intégration s’est très bien passée. Les membres de l’équipe m’aidaient et m’apportaient beaucoup tant sur le plan professionnel qu’humain. J’échangeais régulièrement avec ma tutrice, je lui montrais les photos prises, les endroits repérés… 

Peux-tu nous décrire une journée type ?

J’assistais la photographe, on allait dans un studio photo pour effectuer des réglages, pour faire des shooting. Je faisais également des repérages de lieux, via internet, pour les prochaines séances photo. Je travaillais en équipe avec la directrice de production et une assistante de production. Il m’arrivait de rechercher des accessoires pour les séances photo. 

Comment as-tu vécu la vie en communauté ?

J’ai vécu dans une auberge de jeunesse, c’était super, j’ai rencontré des gens venant de pays différents, des Coréens, des Jordaniens, des Espagnols, des Marocains. On a pu discuter, échanger et apprendre les uns des autres.

Qu’est-ce-que cela t’a apporté professionnellement et personnellement ?

D’un point de vue professionnel, j’ai acquis de nouvelles techniques de photographie, je me sens plus à l’aise, je m’y connais mieux, et je me sens prêt à me lancer dans ce domaine plus sérieusement. D’autant plus que je voudrais devenir photographe et créer ma propre entreprise.

Personnellement, je suis plus autonome, j’ai gagné en confiance, j’ai fait de superbes rencontres. Je parle plusieurs langues maintenant, je peux aller vers les personnes et échanger avec elles. Je suis encore plus ouvert d’esprit et j’ai découvert que le Portugal est un vivier de différentes cultures. 

Cela t’a-t-il aidé à développer ton réseau ?

Oui, j’ai plus de contacts. Ça fait deux semaines que je suis rentré et je suis en contact avec un organisme à Lille qui aide les personnes à créer leur entreprise.

Recommanderais-tu cette expérience de mobilité à l’étranger ? Si oui, quels conseils donnerais-tu aux personnes qui souhaitent partir ?

Oui, je recommande cette expérience. Je leur dirais tout simplement de foncer, qu’elles pensent à ce qu’elles veulent faire et qu’elles se lancent. 

Un mot sur ton stage ?

Exceptionnel. J’ai beaucoup appris sur les Portugais qui sont vraiment sympathiques et ouverts, et sur moi-même. 

Autre chose à ajouter ?

Ça me plairait de vivre à l’étranger comme en Espagne, en Angleterre, ou au Portugal … 

Suite à cette expérience, certains ont obtenu un contrat de travail au sein de la structure où ils ont effectué leur stage. Une expérience qui leur a ouvert des portes et donné l’envie de repartir voire même de travailler et vivre à l’étranger.

Suivez Slimane sur son compte Instagram : « heyslimane »

 

Partagez !