Séminaire à Ankara Transfert d’innovation

Les 4 partenaires du projet de Transfert d’Innovation se sont réunis les 13 et 14 février 2014 à Ankara, dans les locaux du partenaire Projinal. Ils ont travaillé sur les suite du projet, et sur la préparation d’une brochure et de l’événement final.

C’est à Ankara que se sont réunis que les partenaires du projet afin de discuter des suites du projet, et d’analyser leur progrès dans l’appropriation des outils de mobilité mis en place par l’ADICE.

En effet, dans le cadre de ce projet, l’ADICE a transféré trois outils:

– son livret de mobilité destiné aux participants à des projets de mobilité

– son manager’s portfolio, c’est-à-dire son schéma pédagogique et sa matière de suivre les participants

– sa base de données, qui permet le suivi financier et administratifs des projets et qui sont nécessaires à la gestion des projets.

Les partenaires ont donc pu faire le point sur les modifications et adaptations qu’ils ont apportés aux outils et qui leur permettent d’utiliser au quotidien ces outils dans leur organisation. La discussion s’est également portée sur la manière d’enrichir et d’améliorer ces outils et chaque partenaire s’est engagé à créer de nouveaux outils.

Il s’agissait également d’échanger les points de vue de chacun sur la mobilité et sur la manière dont elle est perçue dans chaque pays. La clef est d’analyser dans quelle mesure la mobilité professionnelle permet d’améliorer l’employabilité des jeunes, et dans quelle mesure un soutien pédagogique et administratif est nécessaire pour permettre la réussite d’un projet.

Voici un aperçu de la discussion :

La mobilité  internationale est de plus en plus soutenue par les institutions publiques qui n’ont eu de cesse de multiplier les programmes, particulièrement les institutions nationales et européennes. La conséquence directe est visible à travers l’augmentation continue des chiffres des personnes effectuant une mobilité internationale ces dernières années. Cependant, de nombreuses personnes ignorent encore l’existence des programmes européens de mobilité dont ils pourraient bénéficier.

 Les apports de la mobilité sont multiples notamment en termes d’acquisition de compétences aussi bien personnelles que valorisables sur le marché du travail. Au niveau personnel, la mobilité permet aux personnes de développer autonomie, estime de soi et, souvent, fierté. Aussi, en s’ouvrant à la diversité culturelle, les participants aux programmes de mobilité se confrontent aux stéréotypes et développent un regard nouveau et un esprit critique sur leur pays d’origine. La mobilité nous interroge sur qui nous sommes et ce que nous voulons.

De plus, la mobilité dans un monde globalisé est particulièrement valorisable professionnellement et permet de faire la différence, en termes de compétitivité, sur le marché de l’emploi. La mobilité est, en effet, un atout majeur en développant la flexibilité, l’adaptabilité et les compétences linguistiques des participants.

En matière de citoyenneté, une expérience de mobilité internationale représente le meilleur moyen de renforcer l’engagement civique en permettant aux personnes de sortir de leurs communautés.

 L’accompagnement à la mobilité par des structures spécialisées est et une réelle plus-value et permet d’exploiter au maximum les avantages de la mobilité. En effet, le suivi de la mobilité est, d’une part, rassurant, et permet à des personnes qui ne sont pas au fait des procédures de quand même bénéficier d’une expérience à l’étranger.

De plus, le participant est exempté des tracas administratif et peut se focaliser entièrement sur ce qu’il souhaite tirer de la mobilité, ses objectifs… Le suivi par des chargés de projet est également un gage de qualité du projet de mobilité, il permet d’adapter le projet à chaque participant et de mettre en place une évaluation post retour. Cette évaluation finale est importante aussi bien pour l’organisme d’envoi que pour le participant puisqu’elle va permettre de dégager précisément les acquis en comparaison aux objectifs de départ.

 Le développement de compétences est meilleur si les participants partent seuls. Cependant, des mobilités collectives peuvent être une première étape intéressante à la mobilité pour les personnes les moins autonomes.

Le séminaire s’est terminé avec la mise en place de nouveaux objectifs:

– rédaction d’un guide sous forme de brochure, qui permette de disséminer les résultats du projet et les outils mis en place. Il s’agira d’expliquer comment ils peuvent être adaptés et pourquoi ils sont nécessaires.

– mise en place d’un événement final les 26 et 27 mai à Palerme, en Italie. Cet événement, organisé par l’ADICE et le CESIE devrait réunir des organisations siciliennes intéressés par l’adoption de ces outils et permettra de présenter les résultats du projet.

llp_logo

Partagez !