Actualités

Témoignages

Estelle, SVE en Albanie

" À l’avenir, je pourrai évoquer cette expérience professionnelle à l’étranger pour ma recherche d’emploi. "

Je m’appelle Estelle, j’ai 24 ans et j’ai participé à un Service Volontaire Européen à Tirana, en Albanie.

Mon séjour a duré quatre mois et demi et ma mission était d’enseigner le français à des enfants de 8 à 11 ans dans une école primaire. J’étais toujours assistée d’une maîtresse titulaire pour communiquer avec les enfants. Par la suite j’ai aussi effectué une mission de distribution de denrées alimentaires auprès de personnes démunies.

Je me suis engagée dans un tel projet d’abord parce que cela faisait des années que je voulais faire une mobilité à l’étranger et jusque-là cela n’avait pas été possible. De plus, la mission d’enseignement du français me plaisait beaucoup et cela me fait toujours plaisir de constater que des étrangers peuvent s’intéresser à ma langue, et donc je suis contente de pouvoir les aider à progresser. Enfin j’ai choisi l’Albanie en raison de son histoire qui m’intéresse beaucoup, de son architecture et de ses arts visuels.

La plus grosse difficulté pour moi a été la barrière de la langue. L’albanais est une langue qui ne ressemble à aucune autre et je n’avais aucune base en arrivant. De même, je n’ai pas toujours trouvé des interlocuteurs anglophones pour pouvoir communiquer. Donc j’ai pu bénéficier de leçons d’albanais pour me débrouiller au quotidien.

Ce qui me rend le plus fière, c’est donc d’avoir appris quelques phrases dans une langue toute nouvelle pour moi. À l’avenir, je pourrai évoquer cette expérience professionnelle à l’étranger pour ma recherche d’emploi, si je venais à travailler dans le domaine de l’enseignement. Finalement j’ai dû écourter mon séjour car mon activité s’est arrêtée à la fermeture des écoles en raison de la nouvelle épidémie.

Si je devais résumer mon expérience de mobilité en un mot, ce serait sans l’ombre d’un doute : « aventure ».