Actualités

Témoignages

Nicolas, SVE en Sicile

"Une expérience extraordinaire en terme d’acquisition de compétences et de rencontres humaines."

Je suis arrivé à Mussomeli le 8 avril aux alentours de 19h30 alors que j’avais quitté Lille le matin à 5h30 ; je vous laisse faire le calcul et vous comprendrez à quel point Mussomeli est un coin bien caché dans le centre de la Sicile. J’ai découvert un paysage hors du commun et fait la rencontre des volontaires ainsi que des encadrants de l’association. Nous sommes allés manger avec les
volontaires (dans une pizzeria bien-sûr) et ils m’ont tout de suite mis à l’aise. Le repas terminé, je suis rentré dans ma chambre et je n’ai pas pu m’empêcher de me poser une tonne de question « Dans quel genre d’aventure me suis-je lancé ? Comment tenir ici pendant 2 mois en parlant anglais tous les jours ? Pourquoi ne suis-je pas resté chez moi dans mon espace de confort ? etc… ». Avec le recul je pense que ces interrogations font partie du processus du départ à l’étranger.

Je me suis engagé dans ce projet pour développer mes compétences linguistiques et professionnels. Jour après jour, je m’ouvrais de plus en plus à mon environnement et aux gens qui en faisaient partie, je sentais mon anglais qui se libérait à tel point que je commençais à rêver en anglais à la fin de la première semaine.

Les missions étaient très variées, je me suis fait un plaisir de toutes les essayer, certaines m’ont moins plu que d’autres mais je suis volontaire et je suis curieux de découvrir de nouvelles choses. Nous avons eu le chance de passer la période de Pâques en Sicile, ce sont des fêtes très respectées des habitants puisque ici en Sicile la quasi totalité de la population est très religieuse. Nous avons également profité de ces vacances pour faire un road-trip en Sicile avec trois autres volontaires (un catalan, un hondurien et un français), ce fut une vraie aventure puisque nous changions tous les jours de villes et nous nous déplacions en transport en commun avec chacun un gros sac.

Revenons en aux missions proposées par l’association ; mon projet principal fut l’éducation : j’étais assistant de deux professeurs de français dans deux écoles différentes pour des jeunes entre 11 et 14 ans. Ils n’avaient pas un super niveau donc les cours étaient simples et basés sur de la prononciation et de l’apprentissage de mots/phrases utiles et simplistes. J’ai pu me découvrir un côté pédagogue et je me suis attaché à ces élèves, moi qui n’aime pas vraiment les enfants. Si bien que, lors du dernier cours, ils m’avaient préparé une surprise et ont demandé de faire des photos avec moi : un des meilleurs souvenirs que j’ai emmené avec moi ici en France.

Nous passions également 6 heures par semaine à nettoyer le parc de l’association, les missions n’étaient pas passionnantes puisqu’il s’agissait de ramasser les détritus mais avec tous les volontaires nous arrivions à installer une bonne ambiance, nous mettions de la musique et rigolions en même temps, j’en garde d’excellents souvenirs également.

Je ne vais pas m’attarder sur les autres missions comme l’aide aux personnes en situation de handicap ou encore la librairie puisqu’il s’agissait, pour mon cas, que de 1 ou 2 heures par semaine et ce ne sont pas les missions que j’ai préféré mais ce fut intéressant. Je pense qu’il est bien de savoir ce que l’on aime mais il est également important de savoir ce que l’on n’aime pas pour savoir ce que l’on ne veut pas faire, cela aide à définir son projet et ses objectifs.

La plus grosse difficulté était de s’adapter à la langue anglaise et italienne. J’ai fais des réels progrès en anglais, je peux communiquer aisément, l’italien reste compliqué mais je fais des efforts. Je suis fier d’avoir pu m’intégrer au sein d’une équipe de volontaires exceptionnels ainsi que d’avoir découvert une nouvelle culture.

Nous avons le droit à des jours de congés durant le volontariat, je les ai passé avec mon meilleur ami qui m’a rejoint sur Palerme au bout d’un mois et demi de projet, ça m’a fait du bien de le retrouver, ça m’a reconnecté avec ma vie en France, de part le fait que je parlais français avec lui aussi. Nous n’avons pas eu un super temps, comme pendant l’ensemble de mon volontariat, juste mes 3 derniers jours en Sicile étaient très chauds (environ 35° avec un soleil plein).

Cette expérience va m’aider dans ma vie future parce qu’elle m’a permis de gagner confiance en moi.

Cela fait moins d’une semaine que je suis en France et ma vie en Sicile me manque déjà, j’ai vécu énormément de choses formidables que je souhaite à toute personne voulant faire un volontariat.