Actualités

Témoignages

Violaine, SVE en Espagne

"Je me sens beaucoup plus légitime, capable et forte."

¡Hola todos!

Je m’appelle Violaine, j’ai 27 ans et je reviens de 6 mois de volontariat en Espagne. J’ai vécu dans un village de plus ou moins 800 habitants qui s’appelle Frómista. Là-bas, j’ai travaillé dans plusieurs structures très différentes : la bibliothèque, les offices de tourisme, la résidence de personnes âgées, la escuela de verano et la piscine estivale. Peut-être vous dites-vous que ça fait beaucoup pour un seul volontariat… À vrai dire, c’est bien vrai, mais c’est ce que j’ai le plus aimé dans ma mobilité. Chaque jour était différents puisque je ne travaillais jamais aux mêmes endroits. Je devais donc faire preuve de flexibilité et d’adaptabilité.

À la bibliothèque, j’aidais les gens dans leurs recherches de livres ou internet, je les conseillais, j’aidais à l’organisation de la bibliothèque et je participais aux différentes animations.

Aux offices de tourisme, j’apportais mon aide aux pèlerins et aux touristes, je les conseillais et parfois je leur racontais un peu l’histoire du village.

À la résidence, je venais en soutient à l’animatrice de la structure. Étant moi-même animatrice sociale, nous avons pu énormément échanger sur les différentes manières de faire l’animation et partager nos idées.

Enfin, à la escuela de verano et à la piscine, j’ai pu travailler avec des enfants de 3 à 12 ans pendant tout l’été. À la escuela pour y faire des animations en tout genre et à la piscine pour gérer la bibliothèque estivale et faire également des animations.

Comme vous pouvez-vous en douter, j’ai travaillé avec beaucoup de personnes différentes, de tous les horizons professionnels et principalement du village. Quant à mon public, ils avaient tous les âges et venaient de Frómista, mais aussi des villages environnent.
J’ai également participé à deux semaines différentes de formation avec d’autres volontaires d’Espagne. Ce fût l’occasion d’échanger sur nos volontariats, d’avoir des débats sur l’Europe, de parler de nos pays respectifs, etc. Ces semaines ont aussi été l’occasion de créer des liens avec les autres volontaires et de profiter qu’ils soient dans d’autres villes pour aller les voir et passer les vacances avec eux. Ces formations m’ont été également un bon moyen de prendre du recul sur mon volontariat, de faire des petites introspections sur moi-même et sur celui-ci et de pouvoir repartir sur des nouvelles bases.

Si je devais résumer mon volontariat, je dirais qu’il a été basé sur l’aide à la personne, l’échange et l’apport de joie dans la vie. Ce qui, de mon point de vue, sont les principaux attraits d’un volontariat. Ce sont également deux des principales raisons de mon engagement. Les autres sont l’envie de voyager, de découvrir un nouveau pays, d’apprendre une nouvelle langue, … Enfin, il y a beaucoup de raison à celui-ci. J’ai donc profité d’avoir fini mes études en alternance et de ne plus avoir de travail pour me lancer dans l’aventure.

Comme je vous l’ai dit, j’avais l’envie d’apprendre une nouvelle langue. Qui aurait cru que ce serait mon plus grand défi ? En effet, m’a plus grande difficulté a été de parler Espagnol. Non pas que la langue soit compliquée, mais j’avais très peur de me tromper. Comment ai-je surmonté cette peur ? Et bien je me suis forcée à parler et j’ai appris à ne plus écouter ma peur. J’ai fini par comprendre que celle-ci était plutôt stupide, car les gens s’en fichaient pas mal. Le principal pour eux était que je les comprenne et qu’ils me comprennent.

Cette difficulté a été également m’a plus grande fierté. Un jour, il m’a été demandée de faire des animations toute seule à la résidence. J’avoue que mener une animation seule ne me fait absolument pas peur puisque c’est mon métier. Cependant, la faire dans une autre langue et une autre histoire. Pour tout dire, tout s’est très bien passé. Les personnes âgées ont été adorables, nous avons pris notre temps et j’ai réussi à mener mes animations de A à Z. Je suis même sortie de là avec l’envie d’en refaire plein toute seule.

On peut donc dire que cette mobilité m’a énormément apporté tant sur le plan professionnel que personnel. Je me suis même sentie pousser des ailes puisque maintenant, je souhaite réaliser plusieurs de mes rêves, car après tout si j’ai réussi tous les défis de mon volontariat pourquoi n’arriverais-je pas à réaliser mes rêves ? Je ne sais pas s’ils vont tous se réaliser, mais une chose est sure : Je me sens beaucoup plus légitime, capable et forte.