Actualités

Adèle et Alessandra, Service Volontaire Européen, au Portugal

"Ce projet m’a appris à savoir ce que je veux, ce que je vaux et donc de savoir ce que je peux apporter afin de prendre confiance dans mes initiatives futures."

Je m’appelle Adèle Hugeux , j’ai 19 ans et j’ai effectué cette année un SVE d’une durée de 8 mois au Portugal, à Santa Maria da Feira, à 30 km de Porto, dans le nord du pays. Tout au long de ces 8 mois, j’étais volontaire dans une ONG locale du nom de Rosto Solidario qui a plusieurs terrains d’intervention : coopération pour le développement, éducation/citoyenneté et soutient aux familles. Pour ma part, j’aidais l’association dans la banque alimentaire et de vêtements. J’accompagnais aussi les employés de l’asso dans les écoles pour les projets d’éducation et de citoyenneté : nous nous rendions dans différents écoles pour présenter un workshop sur des thèmes variés dans un cadre d’éducation non formelle. Quand nous nous sentions plus à l’aise, avec les autres volontaires nous avons eu l’occasion de créer nous-même des workshops. En parallèle, j’étais 2 fois par semaine dans un jardin d’enfants de la ville, ou j’accompagnais les éducatrices durant les temps avec les enfants.Je faisais aussi partie d’un orchestre créatif composé d’adultes handicapés et je les accompagnais durant les répétitions et concerts.

Je me suis engagée dans un volontariat cette année car je n’avais pas d’idée exacte de ce que je voulais faire après le BAC, et je voulais profiter d’une expérience à l’étranger pour gagner en
indépendance et découvrir des métiers dans le social et le monde de l’association. Tout n’a pas toujours été facile, et je dirais que ma plus grosse difficulté a été l’arrivée au

travail : je suis tombée de haut car ce n’est pas ce à quoi je m’attendais et je me sentais très transparente et inutile au début. En effet la position de volontaire peut être délicate, les employés du jardin d’enfants par

exemple ne comprenaient pas vraiment ce que je faisais ici et ne savaient pas quoi faire de moi. Même ressenti pour l’orchestre, j’étais une pièce rapportée, et bien que le projet d’orchestre soit génial, je n’y trouvais pas ma place. J’ai eu l’impression que le projet n’était pas pensé en fonction des volontaires qui étaient accueillis. Quand j’ai été plus à l’aise avec le portugais, j’ai pu être plus force de propositions, notamment avec les enfants ou j’encadrais plus d’activités. De plus j’ai exprimé à ma tutrice ces problèmes et quand ils ont vu que je voulais m’investir plus ils ont
pu me faire participer à des projets intéressants. Ainsi, et c’est pourquoi je suis si contente de cette année, c’est qu’il y a eu une grande évolution entre le début et le moment ou j’étais vraiment à l’aise. Je suis très fière d’avoir pris des initiatives dans ces cas là, et surtout d’avoir osé mener des activités en portugais plusieurs fois devant un public…de portugais !

 

Il est certain que cette expérience en général me servira pour ma vie future car j’ai pris conscience de ce dont quoi j’étais capable et aussi de ce que j’aimais !

J’étais toujours très curieuse là-bas et j’ai adoré être en contact avec des personnes de cultures, âges et milieux très différents ! J’aime bien raconter l’anecdote du train, c’était l’un de mes premiers week ends au Portugal et je voulais aller voir des amis que je m’étais faits au training. J’ai fortement galéré à rejoindre une station de train qui n’en était pas une, sous une pluie battante et en essayant de comprendre ce que les seuls passants étaient en mesure de m’indiquer. Je suis enfin rentrée dans le train mais me suis faite menacée de descendre (au milieu de nulle part) car je ne pouvais régler mon ticket par carte bancaire. J’ai donc mendié dans la voiture pour payer mon ticket. Anecdote très représentative de mon année ou je me suis retrouvée dans des situations très drôles mais en réussissant à m’en sortir !

Pour finir, je choisis le mot «OSER» comme résumé de cette très riche expérience de mobilité!

 

 

Je m’appelle Alessandra et j’ai 25 ans. Je suis partie 7 mois au Portugal effectuer un Service Volontaire Européen (SVE). Mon volontariat au sein de Rosto Solidário fut très intéressant, en ce qu’il m’a permis de faire diverses activités. J’ai passé la plus grande partie du temps dans un collège à aider les élèves avec les cours de français et anglais. Le reste du temps, je me suis investie dans d’autres activités, telles que l’organisation des aides alimentaires et vestimentaires ou la préparation et l’animation de Workshops sur le thème des droits de l’Homme et les opportunités au sein de l’Union européenne.

Cela m’a permis de développer mon aisance à prendre la parole et de travailler de manière joviale avec les autres volontaires.

Je suis heureuse et fière d’avoir pu apprendre le portugais et de l’avoir parlé en si peu de temps.

Ce projet m’a appris à savoir ce que je veux, ce que je vaux et donc de savoir ce que je peux apporter afin de prendre confiance dans mes initiatives futures.