Actualités

Mélanie, Service Civique de 10 mois en Belgique

"C'est une expérience enrichissante pour le volontaire comme pour les bénéficiaires. "

Je m’appelle Mélanie, j’ai 25 ans et je suis venue faire un service civique au sein d’un foyer pour personnes en situation de handicap au sein de l’association l’Arche en Belgique. J’avais déjà deux expériences en tant qu’animatrice dans des séjours adaptés et la rencontre avec ce type de public m’a véritablement passionnée. Moi qui ne m’étais jamais retrouvée face à une personne en situation de handicap mental de ma vie, je me suis retrouvée face à un public sensible, touchant, drôle, avec toutes ses complexités humaines. J’ai alors eu envie de travailler avec eux, de me familiariser avec les différents handicaps et j’ai décidé de me confronter à une vie en immersion pendant un an dans un foyer qui accueille des personnes en situation de handicap. Je me suis armée de mon ordinateur et j’ai commencé à postuler dans plusieurs pays d’Europe pour des missions qui visaient le handicap à chaque fois. J’avais envie de partir hors de France, d’aller à la rencontre d’une autre culture afin de voir les différences dans les méthodes, dans la vision du handicap, du niveau d’inclusivité de chaque pays. J’avais besoin de savoir si ma voie était effectivement celle-ci et je n’ai pas été déçue.

 

J’ai découvert, dans le foyer d’Aywaille de l’Arche Belgique, un public incroyable, sensible, touchant et aimant. J’ai rencontré une équipe d’éducateurs avec chacun ses propres méthodes mais toutes allaient dans un même sens : le bien être de la personne. J’ai pu y découvrir le fonctionnement d’un foyer à temps plein mais aussi d’un centre de jour. La découverte des PAI (projet d’accueil individualisé) a été particulièrement instructive. J’ai pu lire ce qui est envisagé pour chaque personne, en fonction de ses capacités, de ses besoins et de ses envies. Il y a un vrai travail de réflexion derrière chaque personne. On sent que les personnes évoluent dans un environnement favorable à leur bien-être et à leur construction personnelle que celle-ci soit physique, intellectuelle ou émotionnelle.

 

Ce qui m’a le plus étonnée, du moins au début, ce sont les crises qui peuvent surgir pour ce qui peut sembler être « pas grand chose ». Ce pas grand chose demande en réalité une analyse, un travail de réflexion, pour comprendre pourquoi la personne, à cet instant T, ne s’est pas sentie bien et ce qui peut être fait pour améliorer la situation à court et à long terme. On apprend aussi comment réagir ou ne pas réagir en fonction du handicap de certaines personnes. Il s’agit de creuser dans son passé, de comprendre sa personnalité avec tout ce que cela comporte. C’est un travail véritablement humain. Il faut également penser à toutes les personnes autour qui peuvent avoir été affectées par la situation car c’est en général une situation à rebond.

 

Un autre aspect qui m’a positivement surprise, c’est la prise d’initiative laissée aux volontaires. Je me suis rapidement sentie en confiance pour évoluer à mon rythme. J’ai eu envie de proposer des activités aux personnes et on m’a laissé faire à chaque fois. J’ai pu ainsi proposer un projet pâtisserie mensuel avec une résidente, domaine que j’apprécie particulièrement et pour lequel j’ai essayé d’être pédagogue en m’adaptant à chaque fois et en me remettant en question quand je sentais que quelque chose n’allait pas bien se passer. C’est vraiment agréable de pouvoir proposer des choses ou d’être naturellement intégrée aux activités déjà en place. On m’a d’ailleurs proposé de vivre dans un projet de semi-autonomie, un projet que j’ai vraiment hâte de voir se mettre en place. Ça va être une nouvelle expérience, enrichissante sur beaucoup d’aspects. Il s’agit d’une belle preuve de confiance, ce qui fait extrêmement plaisir dans le monde du travail. Je vais épauler deux résidents afin de leur permettre de s’épanouir dans un nouvel environnement, de développer leur autonomie, leur capacité d’adaptation et de créativité que ce soit au niveau de la cuisine, de la décoration, des activités ensemble, etc mais aussi de développer la capacité du vivre ensemble dans un environnement plus restreint en terme de personnes.

Il s’agit d’un vrai défi que j’ai hâte de vivre !