Actualités

Témoignages

Abdourahmane, SVE en Géorgie

"L'une des plus grandes leçons que j’ai apprise ici, c’est que le meilleur moyen d’apprendre consiste simplement à écouter les gens quand ils parlent et posent des questions. [...] Ma façon de voir le monde et les gens a beaucoup changé. Le SVE est définitivement une vraie expérience qui change la vie."

Oh la Géorgie, la première chose à dire à propos de ce pays, c’est que la nourriture est bonne, les Supra (type de banquet) sont les meilleures choses qui soient et si vous ne buvez pas d’alcool, ne venez pas en Géorgie … Ce pays, qui faisait partie de l’empire russe, a également un fort caractère. Les paysages montagneux, ces monastères et ces églises, autant d’histoire dans ce pays plutôt petit.

Quand l’ADICE m’a proposé cette mission, je ne savais même pas où se trouvait la Géorgie. J’ai donc effectué quelques recherches sur Google et évidemment, le premier résultat a été l’État américain.
J’ai fait autant de recherches que possible, je n’ai pas trouvé beaucoup de choses sur le net. Alors, dans l’optique de sortir de ma zone de confort, j’allais vivre une expérience extraordinaire. Je me souviens que dans la voiture en route pour l’aéroport, mon père m’avait demandé si quelqu’un allait venir me chercher une fois que je serais arrivé, le doute s’installe, car je n’étais pas très sûr que Nana (la coordinatrice de GYE) serait là. Arrivé à Roissy, j’écris un mail pour m’assurer qu’elle va venir me chercher à l’aéroport. Elle dit qu’elle va être là. Puis escale en Turquie, première fois en Turquie, j’ai échangé mon premier Lari (argent géorgien). Quand je suis arrivé en Géorgie, j’avais 5 minutes de doute avant de voir Nana et d’autres personnes qui ont joué un rôle important dans la mission de SVE. C’était ma bienvenue en Géorgie.

Donc, ma première impression en voyant l’appartement dans lequel j’allais passer les 6 prochains mois de ma vie, je pensais que ce serait très long ce SVE. En même temps, je n’ai jamais ressenti une impatience de ce genre de toute ma vie. J’ai à peine dormi la première nuit, car j’avais tellement envie d’être demain pour commencer l’aventure de façon officielle.

Maintenant, je vais aller plus vite dans le temps, car il était clair que tout était si nouveau pendant les jours et les semaines qui ont suivi mon arrivée. Aujourd’hui, toutes ces choses sont plutôt normales, mais j’étais comme un enfant entrant dans un magasin de jouets. Je n’aime pas vraiment ce que je vais faire, mais je dois le faire, je n’ai pas trouvé d’autre moyen de le faire. Je vais faire une liste de toutes les choses que j’ai pu réaliser pendant ma mission :

  • Premiers clubs : conversation en français, conversation en anglais, club de cinéma, création de jeux de société, conversation philosophique.
  • Puis entre autres, j’ai géré la chaîne YouTube et Instagram de GYE, écrit des articles pour le bulldozer (journal de l’organisation)
  • J’ai été bénévole dans un abri pour chiens
  • J’ai trouvé un partenaire pour GYE et j’ai pu aider pour la construction d’une application mobile, etc…

Voilà quelques-unes des choses que j’ai réussi à faire au cours de cette mission de six mois. J’ai beaucoup appris. Le plus important pour moi, ce sont les gens, que j’ai eu l’occasion de rencontrer. L’une des plus grandes leçons que j’ai apprises ici, c’est que le meilleur moyen d’apprendre consiste simplement à écouter les gens quand ils parlent et posent des questions.

Pendant ma mission, je suis allé faire ma première expérience officielle seul en auto-stop. La première, c’était en décembre lorsque nous sommes allés en Arménie avec deux collègues, mais ça, c’est une autre histoire. Quand je suis arrivé ici, j’avais tellement de stéréotypes sur les personnes qui font ce type de service volontaire et qui utilisent l’auto-stop pour se déplacer. Peut-être avec l’université et l’expérience que j’ai eue, je ne peux pas croire que quelqu’un puisse vous emmener dans sa voiture sans pour autant vous faire payer quelque chose, en France, nous avons blablacar, mais c’est une entreprise à laquelle vous devez payer quelque chose. C’est pourquoi je pense qu’ils sont hippies, mais sérieusement, ma façon de voir le monde et les gens a beaucoup changé. Le SVE est définitivement une vraie expérience qui change la vie.