Actualités

Témoignages

Cristina, EU Aid Volunteer en Bolivie

Dans le cadre du projet Volunteering for Social Care (MDPL2), Cristina est actuellement déployée en Bolivie dans la Fondation Munasim Kullakita pour une durée de 6 mois.  Elle revient sur son expérience en tant qu’EU Aid Volunteers 2 mois après son arrivée…

« Deux mois après mon arrivée, je peux dire que je me sens totalement intégrée à la fois dans l’organisation et dans le pays. Munasim est responsable de plusieurs programmes axés sur le trafic sexuel et la prévention du sans-abrisme chez les enfants. Je fais partie du projet BMZ, qui mène ses interventions auprès des jeunes vulnérables en situation de risque de pauvreté et/ou de consommation de drogues, ainsi qu’auprès des familles et des femmes vulnérables.

EU Aid Volunteers Bolivie

Tout au long de la semaine, nous menons différentes activités : Les lundis et les vendredis sont consacrés à la gestion des documents au bureau. Le mardi, nous travaillons dans la rue, en visitant les différents points ou lieux où se trouvent de nombreux sans-abris et nous assurons le suivi de leurs dossiers et de leurs besoins, tout en travaillant sur la réduction des risques, en essayant de les amener à passer quelques heures sans consommer. L’après-midi, nous montons des tentes pour la population générale où une équipe de psychologues et de travailleurs sociaux assurent un premier contact avec les personnes voulant nous approcher, et ainsi établir un lien avec d’éventuels nouveaux cas.

Volontariat en BolivieLe mercredi et le jeudi matin, nous fournissons des soins dans la Casa Luz Verde, un logement à plusieurs étages conçu pour aider les familles à haut risque d’exclusion, et les jeunes en situation de consommation et de rue. Nous réalisons des activités quotidiennes telles que des lessive, du nettoyage, la préparation du petit-déjeuner et du déjeuner, la formation et des ateliers comme de la couture. Nous organisons aussi des activités ludiques avec les plus jeunes, en orientant notre intervention sur la réduction des risques et la construction de liens familiaux et sociaux.

En outre, nous développons des campagnes de sensibilisation aux questions de genre et de prévention de la traite des êtres humains à des fins sexuelles, en sensibilisant le public à la détection et au signalement de ces cas.

 

Volontariat Amérique du Sud

Nous menons également des activités complémentaires pour l’autonomisation des réseaux communautaires. Par exemple, les activités de nettoyage, où nous coordonnons les services avec les autorités gouvernementales et combinons la capacité de réponse de la mairie locale, qui nous fournit un camion-citerne, et les membres des réseaux communautaires dans chaque quartier, principalement des commerçants, qui sortent avec leur savon et leurs brosses pour nettoyer les rues. De cette façon, nous abordons le problème de l’insalubrité des zones commerciales et nous renforçons le réseau communautaire par la coopération mutuelle.

Je me sens très satisfaite du travail que j’ai accompli et je pense que la fondation a un rôle énorme à jouer dans la lutte pour atténuer les inégalités sociales dans les zones de travail. Nous apprenons ensemble : travailleurs, volontaires et bénéficiaires. Et je crois que cela est vraiment nécessaire pour renforcer ces liens dans les programmes de coopération au développement, et qu’ils aient un réel impact… »