Actualités

Témoignages

Estelle, en Service Civique en Roumanie

"On apprend beaucoup plus en parlant et faisant des erreurs plutôt que de se taire."

Hei, c’est moi, Estelle, bientôt 27 ans et partie en Roumanie pour un Service civique, pour une durée d’un an. J’ai été accueillie par Curba de Cultură, dans un petit village aux pieds des montagnes. L’association est en réalité un centre de jeunesse et bibliothèque, où les jeunes se rassemblent pour participer aux activités et événements organisés, se sociabiliser avec les volontaires européens présents pour les projets Erasmus+, ce qui leur donnent l’opportunité de se développer personnellement.

Mes principales missions de ce projet étaient le support du management de volontaires européens venus en SVE, et plus particulièrement pour un projet basé sur l’environnement. J’ai participé à la préparation et création de poubelles de recyclage dans les écoles primaires de la commune, et à la sensibilisation à l’importance du recyclage et du regard qu’ils portent sur l’environnement. Mais en général, j’ai participé à la préparation d’activités basées sur des méthodes d’éducation non-formelle, de sujets sensibles, d’interculturalité, de volontariat, … Mes missions étaient très variées, car je créais également les visuels de support de communication et promotion des activités et événements de l’association, utilisant les photos que je faisais.

Après mon SVE effectué au même endroit, j’ai décidé de continuer l’aventure avec le Service civique, pour être sûre d’avoir trouvé le domaine dans lequel j’aimerais approfondir et rassembler toutes mes connaissances. La rencontre avec les habitants et découvrir cette culture qui est mal connue a été le déclic pour rester, ainsi que l’équipe de l’association qui m’a aidé à m’épanouir et à me donner confiance dans les tâches que j’effectue.

L’aventure n’est jamais très facile et la barrière de la langue a été un challenge de tous les jours avec le contact des habitants de la vie quotidienne et des activités avec les jeunes. Mais finalement, je me suis rendue compte que l’on apprend beaucoup plus en parlant et faisant des erreurs plutôt que de se taire, mais surtout la langue universelle est le langage du corps et le mime. Cela m’a permis de passer des situations de malentendus à des discussions plutôt drôles. Et puis dans l’ensemble, ce qui me rend heureuse, c’est le sourire des enfants lorsque l’on fait les activités avec eux, et l’évolution et l’intérêt des adolescents qui s’impliquent un peu plus dans la vie locale (et internationale) et trouvent l’opportunité de découvrir de nouvelles cultures. Pour vivre une telle expérience, la seule chose qu’il reste à faire c’est… se préparer à toutes situations possibles et inimaginables, et en ressortir que le positif.

Cette expérience m’a fait comprendre beaucoup de choses autour de moi, et m’a permis de prendre confiance en moi et mes compétences. Mais surtout, cela m’a aidé considérablement à améliorer mon anglais !
A l’heure actuelle, je suis toujours en Roumanie, car j’ai décidé de prolonger cette immersion pour quelques mois encore, dans l’association en tant que coordinatrice d’activités. L’appel du contact avec les volontaires internationaux, les habitants locaux, l’anglais du quotidien, les montagnes et le “papanași” (surtout la cuisine roumaine en général) a été plus fort que tout !