Actualités

Témoignages

Liam Thorne, EU Aid Volunteers au Ghana

Bilan de ses 12 mois de Volontariat international avec GDCA : « La façon dont nous choisissons de passer notre temps en dit long sur nous et sur ce qui est important pour nous. Je sais qu'au cours de la dernière année, beaucoup de personnes différentes m’ont offert beaucoup de temps. De cela, je suis extrêmement touché et reconnaissant ».

Au cours des 12 derniers mois, j’ai été dans la position très privilégiée d’être aux premières loges de l’approche de Ghana Developing Communities Association (GDCA) en matière de développement communautaire. En tant que jeune praticien du développement, encore au début de ce que j’espère être une longue carrière, je voulais mieux comprendre comment le développement est conceptualisé et mis en œuvre du point de vue d’une organisation non gouvernementale (ONG) nationale comme GDCA et m’appuyer sur mes expériences précédentes dans le développement. J’ai été d’autant plus chanceux que GDCA a 40 ans d’expérience dans le nord du Ghana, mettant en œuvre un large éventail de projets et de programmes.

Aider au développement des VSLAs

En tant que volontaire de développement communautaire avec GDCA, j’ai été chargé d’améliorer l’orientation stratégique et la qualité de la mise en œuvre des associations d’épargne et de crédit (VSLA) existantes, d’abord dans deux districts, mais avec un effet ultérieur sur trois autres dans le nord du Ghana. Les VSLAs sont des groupes d’épargne communautaires généralement composés de 15 à 30 personnes d’une même communauté qui épargnent régulièrement de l’argent ensemble et peuvent accéder à des micro-prêts à faible taux d’intérêt. Cette méthodologie a été adoptée et perfectionnée dans le monde entier et GDCA met en œuvre des VSLA depuis 2015. La force particulière des VSLA est qLiam Thorne en réunion au Ghanau’au-delà du respect des règles générales de la méthodologie, les groupes se gouvernent eux-mêmes, peuvent faire en sorte que les VSLA s’intègrent dans leurs autres activités hebdomadaires, et les individus n’ont pas besoin d’un haut niveau d’alphabétisation pour réussir. De nombreux groupes avec lesquels GDCA travaille vivent relativement loin des banques ou d’autres institutions financières, et donc pour de nombreux membres de la communauté, les VSLA sont un moyen idéal d’accéder à des services de type bancaire de manière pratique, abordable, régulière et socialement engageante.

En tant que personne chargée de se concentrer sur ces questions, j’ai reçu la ressource la plus précieuse : le temps. Du temps pour comprendre les programmes de GDCA, du temps pour se renseigner sur le contexte de mise en œuvre, du temps pour rencontrer des groupes et en savoir plus sur leurs objectifs spécifiques, leurs aspirations, leurs défis, leurs statuts socio-économiques et leurs moteurs.

En résumé, j’ai eu le temps de me consacrer à cette composante et de travailler avec les équipes de district et de gestion pour d’abord évaluer la mise en œuvre actuelle et en tirer parti pour mieux aligner la stratégie, la méthodologie et les pratiques de mise en œuvre sur les meilleures ‘best practices’ du secteur. Mes collègues de GDCA ont un vif intérêt pour les VSLA, ont vu les avantages qu’elles apportent et détiennent eux-mêmes une solide expertise et un dynamisme dans ce domaine. Naturellement, ils doivent équilibrer cela avec une multitude d’activités et de tâches sans cesse croissantes à mettre en œuvre. En tant que tel, la décision d’accueillir un volontaire se concentrant sur ce domaine thématique spécifique répondait vraiment à un besoin spécifique.

Observation, évaluation et mise en œuvre

Les 12 mois ont été répartis en trois phases approximatives et fluides : observation/apprentissage, évaluation, et enfin mise en œuvre et suivi. Ici aussi, il est important de reconnaître la qualité de GDCA en tant qu’organisation d’accueil, me permettant de me forger une compréhension complète de leurs programmes pour mieux les comprendre et comment ils s’intègrent dans la multitude de programmes avec de multiple thématiques. Lors de l’évaluation des groupes, nous avons appris qu’il y avait une différence entre la solidité et la santé en ce qui concerne les VSLAs. La plupart des groupes étaient solides – se réunissaient régulièrement, géraient leurs finances de manière indépendante, réussissaient plusieurs cycles (années) d’épargne et entretenaient de bonnes relations entre les membres. Cependant, sur la base des outils d’évaluation de la santé des VSLA mesurant la santé des procédures, de l’engagement, de la tenue des dossiers, du leadership, des rôles et responsabilités et d’un certain nombre d’autres indicateurs, les groupes avaient tendance à obtenir des scores plus faibles. Nous avons appris que certains des critères d’analyse des outils d’évaluation étaient trop restrictifs. Ils ne correspondaient pas aux normes culturelles et sociales du nord du Ghana et ont donc injustement pénalisaient les groupes qui ne correspondaient pas à ces attentes prédéterminées. Dans d’autres cas, les groupes ne suivaient pas les aspects clés qui assurent leur succès. En collaboration avec les équipes de district, les conseillers techniques et la direction, nous avons validé ces conclusions et travaillé à l’élaboration d’un plan et des voies à suivre.Liam Thorne, volontaire international au Ghana

Un puzzle qui prend du temps

« C’est un processus » est quelque chose que j’ai souvent entendu et dont je me suis souvenu pendant mon temps avec GDCA. C’est pour dire que les choses prennent du temps, et que chacun apporte sa pièce au puzzle auquel d’autres contribueront également. Au cours des mois où j’ai été ici, je peux dire que nous avons reconstitué pas mal de morceaux du puzzle VSLA, mais d’autres seront encore nécessaires. Nous avons mis à jour un manuel de formation VSLA que nous avons également adapté et affiné pour nous assurer qu’il correspond aux besoins particuliers exprimés des groupes avec lesquels GDCA travaille. Nous avons également organisé des formations de mise à niveau avec 30 groupes dans cinq districts. Nous avons formé toutes les équipes de district à l’utilisation d’une plateforme appelée SAVIX. Il s’agit d’un système d’information de gestion (MIS) qui permet aux animateurs de terrain de suivre la performance des groupes VSLA grâce à la collecte de données trimestrielle. Les animateurs de terrain peuvent collecter ces données hors ligne sur leurs smartphones ou tablettes et les télécharger ensuite sur le serveur lorsqu’ils sont connectés. Les données générées peuvent ensuite être utilisées pour mieux comprendre les progrès de groupes spécifiques et donc mieux allouer des ressources ou des initiatives pour y répondre. Jusqu’à présent, GDCA a pu suivre 40 groupes à l’aide de SAVIX. Avec le temps, les données qu’il génère deviendront de plus en plus utiles pour évaluer la meilleure façon d’améliorer la stratégie et la mise en œuvre.

S’adapter aux besoins du terrain

Le dernier point que j’aimerais partager, et que j’espère ne pas oublier, c’est à quel point il peut être facile d’être trop concentré avec des mots comme « échelle » et « impact », et par conséquent d’oublier d’autres potentiellement plus ‘petites’ contributions et les changements qui ont été apportés. Par exemple, nous avons régulièrement entendu des groupes dire qu’ils souhaitaient pouvoir économiser plus d’argent chaque semaine que la méthodologie VSLA ne leur permet pas. Comme la plupart des membres sont des agriculteurs, il est fréquent qu’ils connaissent des mois sans beaucoup d’argent ainsi que, après la récolte, des mois où ils en ont plus. Naturellement, ils veulent économiser de l’argent lorsqu’ils en ont. La méthodologie VSLA se concentre plutôt sur des économies régulières relativement égales tout au long d’un cycle. Cependant, ayant identifié cela comme un besoin partagé par la plupart des groupes, nous avons travaillé pour identifier des façons d’adapter la méthodologie, en tenant compte des risques potentiels et des méthodes d’atténuation, et de mettre en place une méthode qui répondait mieux aux besoins des groupes. Cela, combiné à d’autres innovations au niveau mondial dans les VSLAs, signifie que les membres peuvent économiser et retirer de l’argent avec une plus grande flexibilité. Ce qui, après tout, sont des avantages que la plupart d’entre nous avons sans y penser.

Liam Thorne, 12 mois de volontariat au Ghana

Tant dans le cadre du travail qu’en dehors, au cours de la dernière année, j’ai beaucoup appris sur le Ghana et plus particulièrement sur le nord du Ghana. J’ai appris de sa culture, nourriture, son histoire, ses coutumes et probablement trop appris de sa chaleur ! Avec des collègues et des amis, j’ai partagé des expériences, des souvenirs, des connaissances, des histoires, des blagues, des rires, des frustrations et, plus important encore, du temps. La façon dont nous choisissons de passer notre temps en dit long sur nous et sur ce qui est important pour nous. Je sais qu’au cours de la dernière année, beaucoup de personnes différentes m’ont offert beaucoup de temps. De cela, je suis extrêmement touché et reconnaissant. J’espère qu’avec le temps, beaucoup d’autres, tant au Ghana que dans le monde, apporteront ici la prochaine pièce du puzzle.

 

Apprenez-en plus sur le programme EU Aid Volunteers et découvrez comment vous aussi, vous pouvez devenir volontaire juste ici.