Actualités

Témoignages

Louise, Service Civique au Maroc

"Je conseille à toutes les personnes qui sont un peu perdues dans leur projet professionnel ou même dans leur vie personnelle de partir effectuer un service civique, ce sera loin d’être « un an de perdu »."

Bonjour,

Je me prénomme Louise Piquemal, j’ai 20 ans. J’ai décidé de partir en service civique pendant 9 mois, dans une petite ville au Maroc, se situant à une heure d’Agadir, Taroudant. L’association dans laquelle j’ai œuvré pendant ces 9 mois se nomme l’association Amuddu, ce qui signifie « voyage » en Amazigh (langue des berbères du Maroc). L’objectif de cette association est de promouvoir l’engagement citoyen auprès de la jeunesse et de sensibiliser à l’environnement. Elle intervient donc avec de nombreux publics mais la majorité des adhérents sont des jeunes (souvent étudiants). Durant ma mission, j’ai travaillé avec toutes les tranches d’âge, des enfants aux adultes. Ce que j’ai beaucoup apprécié dans cette mission est la diversité des activités que j’ai eu à effectuer. Ce n’était jamais répétitif et j’ai pu rencontrer de nombreuses personnes, français comme marocains.

Au sein de cette association, une grande place est laissée à l’autonomie des volontaires puisqu’elle ne comporte aucun salarié, tous les membres sont bénévoles. Les volontaires sont donc la plupart du temps seuls à l’association et doivent apprendre à travailler en autonomie. Cependant, les membres de l’association sont toujours disponibles pour répondre à nos questions et nous aider à accomplir nos projets.

J’ai donc commencé ma mission par les cours de français avec des enfants à l’association. Les cours se tenaient deux fois par semaine, une fois le lundi avec les plus grands et une fois le mardi avec les plus petits. Mon rôle était de préparer des jeux ludiques et de pousser les enfants à communiquer en français. J’ai pu ainsi mobiliser mes connaissances en animation, même si c’était parfois compliqué à cause de la barrière de la langue et des disparités de niveaux entre les enfants. Plus tard, j’ai aussi effectué du tutorat de langue française pour les étudiants à la faculté. Cela a été très enrichissant de travailler avec différents publics. Une de mes principales missions a aussi été d’encadrer des groupes de volontaires court-terme, 7 groupes au total. Avec Amnay, nous les accompagnions, répondions à leurs questions et les guidions lors des activités proposées par l’association. Avec ces groupes, nous avons effectué divers chantiers d’aménagement paysager, notamment de la peinture dans un quartier de la ville, dans une école, ou encore du jardinage dans une oasis de la ville. Chaque mardi, j’offrais une aide bénévole à l’orphelinat de Taroudant, j’assistais les dames qui travaillaient sur place.

Nous avions aussi des cours de darija (dialecte marocain) dispensés par un adhérent de l’association. Ces cours ont été bénéfiques et m’ont aidée à me débrouiller pour la vie quotidienne.

Enfin, j’ai participé à des activités plus ponctuelles comme la journée environnementale dans le cadre du festival annuel de l’enfance. Ce festival est organisé par la commune de Taroudant et dure quatre jours. L’organisation de la dernière journée a été confiée à l’association Amuddu. Avec l’aide d’un bénévole de l’association, nous avons organisé les différents stands, tenus par un groupe de volontaires court-terme et les adhérents de l’association. J’ai aussi participé à une journée de sensibilisation au tri sélectif des déchets en organisant des activités avec les enfants. J’ai aussi dispensé une formation sur la construction du CV en français avec les étudiants de la faculté polydisciplinaire de Taroudant. Enfin, j’ai participé à plusieurs forums : le forum euro-méditerranéen des jeunes leaders à Essaouira sur le thème de la transmission, un forum sur le volontariat à Tiznit, un forum sur la citoyenneté interculturelle à Taroudant, et enfin un forum sur l’oasis et sa durabilité à Fam el Hisn.

J’ai beaucoup travaillé en équipe, notamment avec les adhérents de l’association et plus particulièrement avec Amnay, un autre volontaire de l’ADICE. J’ai décidé de faire ce service civique pour me laisser le temps de réfléchir à un projet professionnel et découvrir d’autres choses. Je pense avoir grandi durant cette mission, j’ai beaucoup gagné en autonomie. Cette mission m’a aussi permis de m’ouvrir à d’autres modes de pensée, à de nouvelles coutumes, à de nouvelles personnes. Cela a été une des expériences les plus enrichissantes de ma vie. Ça fait beaucoup de bien de sortir du cadre théorique des études et prendre du temps pour travailler dans le concret. Cela faisait longtemps que je n’avais pas été épanouie comme je l’ai été pendant cette mission. La chose la plus importante et qui a rendu ma mission intéressante selon moi est l’échange réciproque qui s’est mis en place entre les adhérents de l’association et moi. J’ai eu l’impression de recevoir autant que je donnais. Aujourd’hui, je me sens prête à reprendre mes études en sociologie.

Je conseille à toutes les personnes qui sont un peu perdues dans leur projet professionnel ou même dans leur vie personnelle de partir effectuer un service civique, ce sera loin d’être « un an de perdu ».