Actualités

Témoignages

Marguerite, un service civique en Arménie pour se redécouvrir !

En novembre 2021, Marguerite s’envolait en Arménie pour effectuer un service civique international de 6 mois dans le cadre de son année de césure. Fort d'une expérience revigorante tant pour l'ouverture culturelle et les rencontres que pour l'opportunité donnée de se redécouvrir en terre inconnue, elle revient sur ces quelques mois riches en rencontres, en aventures et en dépaysement…

« En novembre 2021, je m’envolais en Arménie pour effectuer un service civique international de 6 mois dans le cadre de mon année de césure.
Retour sur ces quelques mois riches en rencontres, en aventures et en dépaysement…
J’ai été accueillie par Armenian Volunteer Corps (AVC), un organisme qui regroupe chaque année des dizaines de volontaires originaires des quatre coins du monde. Expérience multiculturelle garantie !

Différentes opportunités de s’investirvolontariat en armenie

Durant ma mobilité, j’ai eu l’occasion de travailler dans différentes structures :

  • oqni, une ONG qui crée des prothèses pour les soldats amputés;
  • le Courrier d’Erevan, un journal francophone en ligne;
  • l’Université française en Arménie.

L’avantage avec AVC ? On te donne l’opportunité de t’investir dans différents domaines et de faire évoluer ta mission au fil de ta mobilité, en fonction de ton profil et de tes attentes.

 

 

Une expérience interculturelle

J’ai vécu pendant deux mois chez Anahit, une Arménienne qui accueille régulièrement des volontaires de passage. Je recommande particulièrement à ceux qui partent à l’étranger, d’entamer leur séjour en vivant chez l’habitant, pour s’immerger dans la culture et prendre plus facilement leurs repères.

Moi qui ne savais pas à quoi m’attendre avant de partir, je peux dire que l’Arménie m’a séduite ! Souvent peu connue, elle a pourtant beaucoup à offrir… Des paysages à couper le souffle, un accueil à la hauteur de ses habitants et une richesse culturelle qui s’explique par l’histoire chargée du pays. J’ai trouvé dans l’Arménie le parfait mélange entre le dynamisme de la capitale et le dépaysement dans les villages, de quoi donner une note d’aventure à mon périple, tout en gardant mes repères.

Je me suis aussi confrontée à certaines difficultés, notamment concernant les mentalités conservatrices et le système patriarcal bien ancrés dans le pays. J’ai cependant vite dépassé ce premier sentiment de frustration, en acceptant que les différences fassent partie de l’expérience et grâce à mes rencontres avec d’autres jeunes, qui me permettent aujourd’hui de confirmer qu’on n’est jamais vraiment seul durant sa mobilité.

En quelques mots, j’encourage quiconque ayant le goût de l’inconnu, à saisir cette opportunité unique qu’offre l’ADICE de s’engager dans une mobilité qui ouvre l’esprit et des portes pour la suite.

Petit tips pour ceux qui s’aventurent en Arménie : n’hésitez pas à faire du stop si vous êtes à plusieurs, un moyen économique et fun pour se déplacer en dehors d’Erevan !

 

volontariat en armenievolontariat en armenie