Actualités

Témoignages

Merel, EU AID Volunteers en Bolivie

Dans le cadre du projet Volunteering for Social Care (MPDL2), Merel est actuellement déployée en Bolivie dans la Fondation Munasim Kullakita pour une durée de 7 mois. Elle revient sur une expérience en tant qu’EU Aid Volunteers…

« Je suis arrivée à La Paz le 1er mai 2022. Pour être honnête, j’avais peu d’attentes, car la Bolivie n’est pas le pays le plus connu d’Amérique latine. Mais en réalité, je me réjouissais en vue d’une véritable aventure à venir. Munasim Kullakita m’a invité à bras ouverts dans son département de protection internationale et nous nous sommes mis au travail.

Je crois que c’était ma troisième semaine ici, lorsque ma superviseure m’a dit : « dans une heure, tu vas faire une présentation sur la masculinité à INTERPOL Bolivie, ok ? Ne t’inquiètes pas, ce n’est qu’un petit exposé ». Cinq minutes avant de partir, elle m’a demandé si j’avais préparé ma présentation, chose dont je n’avais pas compris la nécessité. Il ne s’agissait que d’une petite conversation, non ?

Environ trois heures plus tard, je suis sortie d’INTERPOL avec mes Nikes, un gros pull et un jean ample, en ayant un peu honte de la façon dont je m’étais présentée devant un tel public, mais avec un bon sentiment. Alors que je ne me sentais absolument pas préparée, j’avais réussi à donner un atelier sur la masculinité à une quarantaine d’hommes en uniforme, qui ne comprenaient pas vraiment pourquoi il était un peu bizarre qu’il y ait exactement une femme dans la salle : moi.

Après cette expérience, j’ai appris que je serais souvent jetée dans des situations qui ne me sont pas familières. Si, au début, c’était assez effrayant pour moi, cela a débouché sur de belles rencontres avec des groupes très différents. Munasim donne beaucoup de liberté pour découvrir dans quelle partie de l’organisation vous aimeriez travailler et vous aide ainsi à développer vos capacités dans ce domaine. Pour moi, cela signifiait travailler principalement avec les forces de police boliviennes et les migrants vénézuéliens. J’ai donné plus ou moins les mêmes ateliers à ces groupes, sur des sujets auxquels ils peuvent être confrontés, comme la traite des êtres humains et le trafic de migrants, le syndrome de stress post-traumatique, l’intelligence émotionnelle, la violence sexuelle commerciale, etc. Bien que les groupes soient de nature complètement différente, il était nécessaire d’aborder ces sujets avec les deux groupes. Ils avaient une vision très différente du sujet, et c’est précisément pour cette raison que les discussions ont été d’autant plus fructueuses. Je pouvais faire des références croisées avec ce que le groupe de policiers avait dit et ainsi créer des discussions pour savoir si ce point de vue avait un sens pour les migrants, par exemple. De plus, l’expérience des migrants a permis aux policiers de se rendre compte que la réalité de leurs manuels ne reflète pas toujours toute l’histoire.

Évidemment, le style des présentations différait selon les groupes. Cela a conduit à ce que les hommes de la police me demandent des présentations, parce qu’ils voulaient montrer à leur famille cette perspective sur la migration et tout ce qui l’accompagne, et à de belles amitiés avec la population migrante, qui est vraiment heureuse de me voir quand je passe la porte (ce qui est tout à fait réciproque) et qui m’a appris à cuisiner des plats vénézuéliens – un plus très apprécié, car leur nourriture est délicieuse !

Pour l’instant, il me reste un peu plus de deux mois en Bolivie, et j’apprends encore de nouvelles choses chaque jour. Pour tous ceux qui se demandent si Munasim Kullakita leur conviendra, je suis sûr que oui. Pour moi, c’est justement parce qu’il s’agit d’une ONG plus petite et plus locale, qu’on est entraîné sur le terrain dès le premier jour et qu’on ne le quitte pratiquement jamais, en tant que travailleur social, c’était exactement ce que je voulais. Je me sens chanceuse d’être ici et je souhaite la même chose aux futurs volontaires, mais je ne doute pas qu’ils ressentiront la même chose que moi, surtout si vous avez l’occasion de travailler dans mon équipe de protection internationale ! ;). »