Actualités

Témoignages

Pawel, EU Aid Volunteer au Népal

"Grâce à la créativité de l'équipe [...], nous avons tous eu l'occasion non seulement d'apprendre, mais aussi d'échanger de nouvelles idées intéressantes."

Les premiers mois de mon déploiement au sein de l’Initiative des Volontaires du Népal (VIN) ont été très riches en expérience et en défis. Ils m’ont tous permis de me retrouver dans un nouveau rôle, de juxtaposer mes expériences de travail antérieures avec le contexte d’un pays en développement et d’en apprendre beaucoup sur le Népal lui-même. Pendant ce temps, j’ai également réussi à identifier les domaines avec lesquels j’aimerais travailler et m’engager dans certaines activités.

L’une de ces activités a été une formation en communication externe que j’ai dispensée au personnel du VIN et à quelques volontaires locaux et internationaux. L’objectif principal de la formation était d’apprendre à utiliser Facebook et d’autres plateformes de médias sociaux de manière efficace et – peut-être plus important encore – plus créative. Malgré la froide saison automnale (qui est encore nettement plus chaude qu’à cette époque de l’année en Europe), plus de 15 participants à la formation étaient simplement en feu pour améliorer leurs connaissances sur les théories de la communication et leur application pratique. Soudain, des noms effrayants comme Triangle d’Aristote ou Principe de Pareto sont devenus compréhensibles et utiles, tandis que les algorithmes de Facebook ont cessé d’être de la magie noire connue uniquement des spécialistes chevronnés des TI et au lieu de cela sont devenus des bêtes domptées qui pourraient être utilisées pour le profit de l’organisation.

Ce qui était important pour moi en tant que formateur, c’est que la formation ne se limitait pas à l’apprentissage des théories et que les participants participaient activement aux exercices pratiques. Nous nous sommes tous amusés en imaginant les gens de l’autre côté du Facebook, en pensant à la façon dont nous pouvons les atteindre – ou même à ce qui serait leur plat préféré. Dans le cas des bénéficiaires potentiels français, le choix s’est évidemment porté sur le fromage. La partie pratique comprenait également une réflexion sur les expériences antérieures de l’organisation en matière de communication. L’exploitation des exemples du VIN a permis à chacun de réfléchir aux solutions concrètes et aux idées à utiliser à l’avenir. Comme la formation approchait de la fin, les participants savaient quels styles de communication utiliser et quand, et le formateur lui-même a obtenu la meilleure évaluation possible – les plaintes que la session était trop courte. Cette formation m’a permis d’utiliser certaines de mes connaissances et expériences et de les appliquer dans le contexte népalais. Bien qu’il ait été difficile de préparer la présentation qui inclurait des marques népalaises et d’autres exemples de ce cercle culturel, cela a été définitivement gratifiant et a rendu la formation plus accessible et pertinente. C’était aussi formidable de voir l’engagement des participants dans les exercices pratiques. Grâce à la créativité de l’équipe qui a participé à la session, nous avons tous eu l’occasion non seulement d’apprendre, mais aussi d’échanger de nouvelles idées intéressantes.

Au même moment, grâce à l’hospitalité de l’organisation, j’ai eu l’occasion de voyager au Népal, y compris dans la région reculée d’Okhaldhunga. En dehors de tout le reste, ce voyage a mis en lumière l’un des plus grands défis auxquels le pays est confronté – le changement climatique. Alors que moi et d’autres volontaires d’EUAV marchions sur les collines d’Okhaldhunga avec notre coordinateur local, il a mentionné que la région souffre d’un manque d’eau potable. Cela a semblé assez frappant, car la zone décrite ne se trouve qu’à environ 80 km des plus hautes montagnes du monde, à l’intérieur du Parc National de Sagarmatha. Les glaciers qui se trouvent sous les sommets comme l’Everest ou le Lhotse sont en fait la source de nombreux fleuves asiatiques massifs – et fournissent en fait de l’eau potable à des milliards de personnes. Pourtant, en raison d’un microclimat et de conditions géographiques très spécifiques, la région d’Okhaldhunga est privée de ces ressources. Ce qui est plus important, c’est que la personne à qui nous avons parlé est en fait née dans cette région et se souvient qu’il y a 20 ou 30 ans, l’eau était disponible en abondance et que la source fournissait l’eau à tous les ménages. C’est particulièrement important si l’on tient compte du fait qu’à Okhaldhunga, il n’y a pas d’usines, pas d’industrie lourde et pas d’agriculture à grande échelle qui pourraient être responsables des émotions liées aux gaz à effet de serre. En réalité, la région paie le coût des actions de l’industrie mondiale et de l’économie basée sur le carbone – sans contribuer de manière significative au problème. C’est aussi l’une des régions les plus pauvres du Népal, et toutes les difficultés infligées aux communautés locales se répercutent sur l’équilibre économique et compromettent les chances déjà limitées de développement.

Malheureusement, une grande partie du Népal est confrontée à davantage de difficultés liées au changement climatique pour des raisons géographiques – tout investissement important dans l’infrastructure du pays nécessite des contributions financières d’une ampleur disproportionnée, que le pays ne peut tout simplement pas se permettre de couvrir. Néanmoins, la beauté de la région d’Okhaldhunga pourrait à l’avenir servir d’aimant pour les visiteurs internationaux, ce qui pourrait apporter certaines sources de revenus aux communautés et aux familles vivant dans cette région. C’est pourquoi – si vous lisez ces lignes et planifiez un voyage au Népal, même en tant que touriste – nous vous prions de réfléchir à l’endroit où placer votre argent et de tenir compte du fait que l’option pour les endroits les moins fréquentés pourrait en fait améliorer grandement la vie des communautés les plus marginalisées.

Pawel Bryk