Actualités

Sara, EU Aid Volunteers au Pérou

"La bestiole appelée Coronavirus arrive au Pérou, nous sommes le 6 mars 2020, et le premier cas de propagation a été signalé".

Le 18 juillet 2019, je suis arrivé à Lima, au Pérou, qui m’a accueilli avec un ciel gris et une humidité hivernale typiqueDès le lendemainj’ai commencé mon projet de Volontaire de l’Aide de l’UE dans l’Association Paz y Esperanza, en commençant à travailler sur la Discipline Positive dans le domaine de la protection de l’enfance. Les activités se développent bien, les relations avec le tuteur et les collègues me font grandir sur le plan personnel et professionnel.  

C’est dans ce contexte que le Coronavirus est arrivé au PérouC’est le 6 mars 2020 que le premier cas de contagion est déterminéBientôtil se répand rapidement dans tout Lima et ses régions. Pour lutter contre le tempsdix días plus tard, le président Martín Vizcarra a déclaré l’état d’urgence sanitaire avec verrouillage pour toutes les personnes se trouvant sur le territoire péruvien et a fermé les frontières intérieures et extérieures.  

La pandémie n’a pas frappé à la porte et demandé la permission. Elle est entrée dans la vie de chacun sans donner le temps de se préparer. Soudain, tout le monde a dû changer sa routine quotidienne et la façon de gérer ses relations avec les autres. Grâce à des mesures  de protection, tous les projets développés en face à face ont été suspendus et déplacés de manière virtuelle. Tout a changé et a été orienté pour faire face à l’urgence du Covid-19 qui a envahi le pays.

Les collègues de l’équipe de protection de l’enfance et moi-même, avec le soutien d’autres organisations, telles que Save the Children, Acción por los Niños et la municipalité de Lima, avons commencé à développer des ateliers et des discussions sur la discipline positive de manière virtuelle. C’était une excellente occasion de poursuivre la diffusion de l’éducation respectueuse des enfantsdansle but d’aider les parents à enseigner aux enfants le respect des droits de l’homme, en particulier dans  la situation actuelle. De plus, avec la collaboration de la municipalité, nous développons un programme en direct du FB, appelé Transformando Escuelas, pour parler de sujets pertinants. 

L’équipe a travaillé sur la production de dessins animés, sur la petite enfance d’un prince et sa relation  avec ses parents. Ce film a été adapté, incluant des éléments de Discipline Positive et produit par Paz y Esperanza. C’est une excellente ressource pour nous, qui donne des ateliers et des conférences en ligne. L’associationavec d’autres organisations locales et internationales, a développé une campagne de sensibilisation afin de diffuser quelques conseils sur la gestion du stress entre adultes et enfants. Les sentiments d’anxiétéd’envied’incertitude sont un grand défi à gérer, en particulier pour ceux qui ont perdu leur emploi et vivent dans la surpopulation.    

Paz y Esperanza a toujours cru en la participation des enfants qui aident la communauté à grandir et à se développer dans le domaine des droits de l’hommePour cette raisonavec la collaboration de l’organisation des enfantsnous avons écrit une lettre demandant au président Vizcarra de parler avec les garçons et les filles et d’écouter leurs besoins et leurs opinions.

La situation actuelle au Pérou est vraiment compliquée : les hôpitaux publics sont effondrés,  l’oxygène manque et l’économie est en chute libre. Un pays sans système  public  efficace et sans système de retraite public, a beaucoup de problèmes et il semble que le Pérou soit en train de perdre  la bataille contre le Coronavirus.

Paz y Esperanza et toutes les organisations au Péroucherchent le moyen d’aider et de soutenir les populations qui ne peuvent pas rester chez eux et endurer la situationIl est nécessaire de sortir pour travailler et acheter de quoi manger pour ses enfantsIl faut donc ne pas abandonner, continuer à se battre et à travailler pour respecter les droits de l’homme indépendamment de la situation actuelle.