Actualités

Témoignages

Valentine, SVE en Italie

"si je devais choisir un mot pour définir mon projet ça serait « unique » parce qu'en allant en Italie j'ai eu la chance de rencontrer des personnes formidables, d'apprendre une nouvelle langue et surtout de vivre et de participer à des choses que je ne revivrai sûrement pas une seconde fois dans ma vie."

Je m’appelle Valentine, j’ai 18 ans et j’ai effectué un Service Volontaire Européen de 6 mois en Italie, au sein de l’association culturelle LINK.

Cette association a été fondée en 2003 par un groupe de jeunes passionnés par leur territoire, souhaitant promouvoir l’ouverture sur d’autres contextes culturels et le partage de valeurs telles que la solidarité, la citoyenneté active et le dialogue interculturel. Depuis sa création, le public cible de l’association sont les jeunes, en mettant l’accent sur la mobilité et le volontariat international comme une opportunité de croissance et d’apprentissage non formel.

Au départ je n’avais pas de réelles attentes concernant ma mission. Venant de sortir du lycée je souhaitais m’engagée en tant que volontaire avant de m’aventurer dans les études supérieures. Ayant besoin d’éclaircir mes idées sur ma carrière future, de prendre du recul, j’ai profité de l’opportunité offerte par l’ADICE. Entretiens validés, objectifs définis, formalités passées en revue, j’ai alors décollé pour Altamura, province de Bari, en Puglia, dans le sud du pays.

Le SVE est une expérience très enrichissante, peu importe la durée, je serais même tentée de dire indispensable pour des jeunes qui se cherchent. Le fait de changer de pays et perdre ses repères permet d’être aux commandes de soi-même, de se redécouvrir, prendre des initiatives, qui peuvent paraître anodines comme aller faire les courses ou simplement faire la vaisselle et qui au final sont des passages indispensables quand on se retrouve en indépendance totale.

Cependant, la vie durant le SVE n’est pas non plus toujours rose, parfois certaines activités ne nous plaisent pas, certains jours la vie en colocation est plus dure que d’autres, parfois on a le mal du pays, des parents, de notre routine. Mais malgré cela, le projet reste une belle expérience qui donne l’opportunité de faire de nouvelles rencontres, de découvrir une nouvelle culture et d’ouvrir son esprit.

Durant les 6 mois de mon projet, j’ai effectué un grand nombre d’activités différentes dont l’importance et la responsabilité ont augmenté au fil de ma mission. J’ai participé à de nombreux cours basés sur un type d’enseignement spécial (éducation non formelle) à l’école, j’ai eu l’occasion de

m’exprimer dans un programme radio à propos de différents topics, d’organiser des activités avec un groupe de jeunes chaque semaine et de donner de petites leçons de français dans un collège italien. Puis, on m’a donné la responsabilité d’écrire quelques articles en italien pour mon association. J’ai apporté ma contribution à l’organisation et à la création de certaines activités en binôme avec un autre volontaire, pour un projet de 2 semaines avec un groupe de jeunes venant de Hollande.

Aujourd’hui, la chose dont je suis le plus fière et celle qui ressort le plus de mon expérience est la confiance en moi que j’ai pu acquérir ainsi que la maîtrise de la langue dont je suis littéralement tombée amoureuse ! Je me suis d’ailleurs inscrite en licence LEA option anglais/italien à l’université pour la rentrée prochaine. Et pour finir, si je devais choisir un mot pour définir mon projet ça serait « unique » parce qu’en allant en Italie j’ai eu la chance de rencontrer des personnes formidables, d’apprendre une nouvelle langue et surtout de vivre et de participer à des choses que je ne revivrai sûrement pas une seconde fois dans ma vie.