Actualités

Martin, EU Aid Volunteers en Turquie

« Travailler dans une équipe où chacun est imprégné d'un état d'esprit différent est toujours un peu difficile. Mais, vivre avec d'autres cultures est un excellent moyen de réaliser combien nous ne connaissons pas, et combien nous sommes tous interconnectés ».

Je m’appelle Martin Pavelka et je suis un EU Aid Volunteers de Slovaquie, actuellement déployé comme volontaire et coordinateur de programme à Istanbul, en Turquie, par l’organisation française ADICE. Avant de venir en Turquie, j’ai travaillé pendant un an en tant que volontaire de SlovakAid avec des personnes déplacées à l’intérieur du pays (IDP) en Géorgie en tant que gestionnaire de subventions et de projets.

Mon organisation d’accueil, Small Projects Istanbul (SPI), est une ONG qui a pour mission d’intégrer et de fournir des moyens de subsistance à plus de 250 familles déplacées de la région MENA. SPI est un centre communautaire avec une branche d’entreprise sociale pour les femmes appelée Muhra.

À SPI, je m’engage dans diverses activités éducatives, récréatives, psychosociales et de cohésion sociale pour aider la communauté des réfugiés (principalement syriens) à mieux s’intégrer dans la société turque. La Turquie accueille actuellement quelque 4 millions de réfugiés, le plus grand nombre au monde. Malheureusement, le nombre d’organisations locales travaillant avec cette population n’est pas suffisant et leur efficacité est souvent contestée. Le SPI est une exception. Cependant, en raison de la crise COVID-19, nous avons dû transformer nos projets et nos activités en une plateforme en ligne.

Lors de mon déploiement en Géorgie, je savais que je voulais rester dans le domaine du développement international. Le programme « EU Aid Volunteers » permet aux professionnels de passer un an dans un contexte de développement ou humanitaire et de contribuer à la croissance de l’organisation d’accueil locale. C‘était une excellente occasion de vivre quelque chose de nouveau et de soutenir l’environnement local grâce à mes compétences.

N’imaginez pas des camps surpeuplés et des tentes peu solides

Mon organisation d’accueil SPI et moi-même cherchons à aider les familles de réfugiés du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord en créant un lieu sûr pour leur permettre d’apprendre, de se connecter les uns aux autres et d’accroître leurs possibilités de subsistance. Nous travaillons non seulement avec les enfants et les jeunes, mais aussi avec les femmes. Plus de quarante femmes déplacées travaillent dans notre entreprise sociale Muhra, où elles créent des bijoux et cousent des vêtements durables. Elles ont toutes la possibilité de participer à diverses formations telles que la couture, la confection, l’impression 3D ou des cours d’informatique.

En tant que coordinateur des volontaires, je suis responsable du recrutement, de la formation et de la fidélisation de nos volontaires, qui sont la force motrice de notre organisation. La plupart de nos volontaires sont turcs et syriens, mais nous acceptons assez souvent d’autres candidats, principalement européens. Outre la gestion des volontaires, je suis responsable de la mise en œuvre et du suivi de plus de vingt activités par semaine.

La communauté avec laquelle nous travaillons est déjà établie à Istanbul. La plupart des parents travaillent et leurs enfants vont à l’école. Cependant, leurs principaux obstacles sont la stigmatisation sociale, l’employabilité et le manque de fonds.

Au total, plus de deux cent cinquante familles sont inscrites au SPI. Chaque famille compte en moyenne quatre enfants. Bien que la plupart de nos bénéficiaires viennent de Syrie, nous travaillons avec un certain nombre de familles d’autres pays, comme l’Irak, l’Égypte, le Maroc et la Palestine. Elles ont toutes le statut de « réfugié sous protection temporaire ».

L’impact de la pandémie de COVID-19 sur les vies humaines

Malgré la situation actuelle avec le COVID-19, j’ai décidé de rester à Istanbul. C’est ma maison maintenant. Dans l’ensemble, la vie dans la ville s’est calmée mais elle ne s’est pas complètement arrêtée. Les organisations à but non lucratif fonctionnent souvent grâce à des subventions de donateurs internationaux. On ne sait pas très bien comment les secteurs du développement et de l’humanitaire vont fonctionner pendant cette crise.

Le Coronavirus a affecté non seulement notre organisation, mais aussi nos bénéficiaires, la communauté des réfugiés. De nombreuses familles ont perdu leur emploi et leur source de revenus. En réponse à cette situation, nous essayons de trouver des moyens de leur fournir au moins une aide financière afin qu’elles puissent couvrir leurs besoins les plus fondamentaux. Dans le même temps, nous avons commencé à distribuer des colis alimentaires aux familles les plus vulnérables.

Nous avons également lancé des activités en ligne, ciblant les enfants et les jeunes. Grâce à ces efforts, nous enseignons le turc, fournissons une aide aux devoirs et menons des activités créatives. La communication en ligne a ses limites, mais nous n’avons pas été dissuadés. Je pense que ce programme est d’une aide considérable pour les parents et soulage les familles du stress considérable lié à l’enseignement à domicile.

Le volontariat est enrichissant sur le plan professionnel et personnel

Je travaille avec une équipe très internationale et diversifiée où chacun vient d’un milieu différent. J’essaie donc d’exprimer mes idées simplement et de me dissocier de mes propres normes et croyances. J’essaie d’écouter pleinement ce que les autres disent sans avoir besoin de les convaincre de « ma vérité ». Grâce à ma sensibilité interculturelle et à mes compétences en matière de communication, je sens que je peux entrer en contact avec différentes personnes, tant sur le plan professionnel que personnel. En outre, je suis devenu plus résilient et plus fort sur le plan personnel, et j’ai appris à travailler avec des ressources limitées.

« Travailler dans une équipe où chacun est imprégné d’un état d’esprit différent est toujours un peu difficile. Mais, vivre avec d’autres cultures est un excellent moyen de réaliser combien nous ne connaissons pas, et combien nous sommes tous interconnectés ». Je pense aussi qu’il est nécessaire d’apprendre constamment quelque chose et de sortir régulièrement de sa zone de confort. Mes actions ne sauveront pas le monde, c’est plutôt une goutte d’eau dans un océan. Les illusions et les attentes exagérées de tout déploiement humanitaire doivent être mises de côté. Sinon, la déception risque d’être grande.

Expérimenter soi-même la migration

Nous entendons souvent des termes tels que migrant, demandeur d’asile ou réfugié. Il est cependant important de comprendre les différences qui existent entre eux. Un migrant traverse généralement volontairement les frontières de son propre pays. Les raisons peuvent être dues au travail, aux études ou au bénévolat. Les réfugiés, quant à eux, fuient leur pays à cause de la guerre, des persécutions, de la perte de liberté, etc. S’ils restent, ils risquent la mort, la torture ou l’emprisonnement.

Les médias et les établissements d’enseignement devraient être chargés de fournir des informations impartiales sur la migration. Malheureusement, le contraire est souvent vrai et seules les situations très extrêmes auront leur place dans les journaux. En outre, le phénomène du changement climatique a un impact accru sur les vies humaines et il contribuera à la migration des Slovaques à l’intérieur et vers d’autres pays. Nous comprendrons alors peut-être la migration de première main. Lorsque vous rencontrez des réfugiés, vous comprenez qu’au niveau humain, nous sommes tous égaux. Les préjugés sont cependant profondément ancrés en chacun de nous. Le changement de perception ne se produira que si la société civile, les médias et les gouvernements locaux commencent à sensibiliser et à éduquer les citoyens sur ces sujets.

Ces dernières années, beaucoup de choses ont changé grâce aux voyages, aux échanges d’études et à la mondialisation. Par exemple, les personnes âgées, grâce aux expériences de leurs petits-enfants, se familiarisent lentement avec le thème de la diversité et de la sensibilité aux autres cultures. J’espère vivement que la pandémie mondiale du coronavirus ne ralentira pas ce mouvement.