Actualités

Témoignages

Lucas et Florian, volontaires européen en Hongrie et sur les ondes…

"Cette mobilité m’a donné une vision et un aperçu de la vie dans un pays étranger" - Florian

Lucas et Florian VolontariatFlorian (24 ans) et Lucas (19 ans) sont partis en volontariat européen dans le cadre du programme du Corps Européen de Solidarité à Nyíregyháza, une ville de 120 000 habitants à l’est de la Hongrie. Pendant 12 mois, ils ont rejoint la structure de MustarHaz et ont participé à l’élaboration de podcasts radio avec d’autres volontaires internationaux. Animateurs radio compères, ils nous parlent à deux de leur mobilité internationale…

 

Quelle était votre mission ?

Florian « Notre mission était de réaliser des programmes radios diffusés sur les ondes locales (MustarFM 89.6), mais aussi sur internet (Spotify, Apple Podcast, Anchor). Le tout bien sûr en anglais ! Nous étions accompagnés lors de cette aventure par d’autres volontaires venant de différents horizons : Russie, Espagne, Italie, Maroc, Tunisie, Grèce.»

Lucas « Nous avons aussi pu réaliser quelques programmes en français. Et avons eu l’occasion de travailler avec des jeunes locaux, que ce soit à travers des projets communs avec l’organisation étudiante de la ville, ou en donnant des leçons de français dans un lycée.»

Pourquoi un volontariat international ?

Florian « J’ai décidé de participer au programme de volontariat européen pour pouvoir avoir une expérience à l’étranger. Mon objectif est de vivre à l’étranger, d’en apprendre plus sur le monde, les différentes cultures, les différentes personnes. Et c’était l’occasion parfaite pour le faire. Aujourd’hui, mon sentiment d’aventure et de découverte s’est renforcé et je veux continuer sur cette lancée.»

Lucas « Même si je ne connaissais absolument pas le domaine de la radio avant ce projet, j’ai pris un grand plaisir à apprendre et à partager mon opinion sur les différents sujets discutés. Finalement, c’est cette mission, avec ce but de réunir une équipe de volontaires internationaux afin d’échanger sur des sujets contemporains, qui a grandement influencé mon choix pour participer à ce volontariat. J’ai toujours eu envie de découvrir de nouvelles personnes et de nouvelles cultures, et cette mission m’a permis plus que je ne l’aurais espéré de m’ouvrir à tout cela, et d’en ressortir plus grand.»

 

Lucas x Florian en volontariat européen Quelles ont été les difficultés rencontrées ?

Florian « Il y a cependant quelques embûches pour arriver là (hormis les choses administratives). Il y a d’abord vous : comment vous allez vous sentir une fois partis ? Est-ce que vous allez être déboussolé en arrivant dans un nouveau pays que vous ne connaissiez pas et y vivre pendant 1 an ? Spoiler : oui, vous allez être perdu, et c’est normal ! La peur est la plus grande difficulté dans ce genre de projet : peur de l’inconnue, peur de mal faire, peur d’échouer. Mais cette peur peut se transformer en moteur pour vous pousser plus loin, à expérimenter, à apprendre. Pendant mon volontariat, ma plus grande peur était le COVID, non pas de l’attraper, mais de retourner à un mode de vie d’ermite cloîtré et ne pouvant pas trop bouger. Mais nous avons fait face au problème et depuis cela va beaucoup mieux.»

Lucas « Ma plus grosse difficulté a probablement été de s’acclimater et de s’adapter à la langue et au rapport avec la monnaie locale. Si l’on se fait assez vite à la question de la monnaie, une mission de volontariat d’un an n’est, par contre, pas suffisante pour se débrouiller en hongrois. On utilisait l’anglais au quotidien même si très peu de Hongrois le parlaient à Nyíregyháza.»

 

De quoi êtes-vous fier concernant cette mobilité ?

Florian « C’est dans les plus grandes peurs que surgissent les plus grandes fiertés. Pour moi, c’est celle de voyager malgré la situation sanitaire. J’ai entrepris mon premier voyage solitaire pendant cette année de volontariat, et 10 autres ont suivi. Avec la Hongrie, j’ai vu un total de 12 pays différents en an, à chaque fois avec son lot de surprises et d’émerveillement. J’ai pu faire et voir des choses que très peu de mon entourage à effectuer. J’avais peur de voyager en solitaire… Au départ, je ne savais pas comment m’y prendre ou par où commencer. Mais une fois dedans, c’est beaucoup plus simple. De plus, ces voyages m’ont permis d’avoir de nouveaux sujets de conversation pour certains de mes programmes radios.»

Lucas « Ce dont je suis le plus fier, c’est d’avoir réussi à m’intégrer, à participer pleinement à la mission, et à tisser des liens profonds avec les autres volontaires en passant outre mes peurs d’être considéré trop jeune. En effet, j’ai commencé cette mission en ayant 18 ans, et la majorité des autres volontaires en avaient entre 25 et 30. Ce fut cependant une peur sans réel fondement, car je n’aurais pu imaginer vivre une si belle expérience aux côtés des autres volontaires. »

 

Des anecdotes ?Florian et Lucas

Florian « En ce qui concerne les anecdotes, quelques-unes me viennent en tête. Tout d’abord, l’administration hongroise est, pour moi, plus lente qu’en France, et je ne pensais pas ça possible ! Ensuite, les feux pour les piétons sont extrêmement longs, quelques secondes au vert pour 5 minutes de rouges ! Autre chose, je ne m’attendais pas à ce que la nourriture hongroise soit aussi épicée, j’ai été surpris plus d’une fois !

Lucas « Pour illustrer le choc du changement de monnaie, j’ai une petite anecdote à partager… Peu après mon arrivée en Hongrie, j’ai reçu mon premier mois d’indemnisation en liquide. Je me suis donc retrouvé avec 90 000 forints (la monnaie hongroise) en billets de 20 000. Moi qui étais habitué à considérer un billet de 50 comme étant plutôt important, j’ai dû radicalement changer d’opinion. »

 

Un mot pour la fin ?

Florian « Ces voyages et cette expérience de volontariat en général ont été pour moi très bénéfiques. Cette mobilité m’a donné une vision et un aperçu de la vie dans un pays étranger, chose que je recherche. Elle m’a permis aussi de devenir plus autonome et de mieux préparer des projets avec une équipe internationale. Mon niveau d’anglais aussi a augmenté et je veux continuer à pratiquer pour le garder à son niveau voire l’améliorer encore plus.
Je pense que je peux résumer mon expérience par une phrase :Le plus important dans un voyage ou une aventure, ce n’est pas la destination ni la planification millimétrée, mais le trajet et les embûches, et la capacité à les résoudre.»

Lucas « Cette mission m’a apporté tellement que quelques lignes dans un témoignage ne suffisent pas à en rendre l’importance. Malgré tout, si je devais choisir une phrase pour résumer mon expérience de volontariat, je choisirais cette citation de J.W. von Goethe : « Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l’un pour donner, l’autre pour recevoir. » J’ai en effet l’impression d’avoir au moins autant appris et reçu que donné lors de ce projet, et j’ai le sentiment ces deux choses sont autant fondamentales l’une que l’autre. »


Retrouvez les podcasts en français du duo ici : anchor.fm/mustarfm-france

Voir plus d’information sur le Volontariat européen.