Actualités

Témoignages

Témoignages filtrés "Jeunes Entrepreneurs"

Virginia, future créatrice d’entreprise

"Je suis fière d’avoir réussi à intégrer l’équipe facilement et d’avoir pu contribuer au développement des activités du festival."

Je m’appelle Virginia Pisano, j’ai 36 ans. J’ai participé au programme Erasmus pour Jeunes Entrepreneurs pour une durée de 6 mois dans le cadre du Festival Shubbak à Londres.

Comme son nom l’indique, le festival Shubbak (qui signifie fenêtre en arabe) est une fenêtre ouverte sur la scène artistique contemporaine des pays arabes et des diasporas.

J’ai plus particulièrement participé au développement de trois aspects en étroit lien avec le directeur artistique du festival: la mise en débat des projets du festival, le programme à destination des jeunes artistes et le programme pour les professionnels.

Je me suis engagée dans un tel projet parce qu’après avoir effectué des séjours de recherche au Caire sur la scène musicale indépendante, et avoir coordonné plusieurs programmes artistiques en lien avec les pays arabes, je réfléchis à l’idée de monter moi-même un projet culturel.

La plus grosse difficulté a été d’organiser notre collaboration malgré les incertitudes liées au Brexit. Mon échange a eu lieu au cours des mois de négociation entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne, et nous n’avions pas de visibilité sur la période de collaboration. En effet, l’échange a risqué de se terminer du jour au lendemain sur les trois premiers mois. Nous avons donc organisé le travail du premier trimestre et ensuite reconsidéré mon rôle après avoir eu la confirmation que l’échange aurait continué jusqu’à la fin.

Je suis fière d’avoir réussi à intégrer l’équipe facilement et d’avoir pu contribuer au développement des activités du festival. Je suis aussi fière d’avoir pu amener un regard extérieur sur le festival même.

Cette expérience pourra m’aider à mettre en place les partenariats avec les structures culturelles locales lors de la création du festival que je souhaite fonder.

Bienveillance et coopération sont les mots qui résument le mieux mon expérience.

Je suis parti avec le programme Erasmus pour jeunes entrepreneurs durant 6 mois dans un studio photo basé à Berlin, spécialisé dans la photo de mode ainsi que le portrait d’artistes et autres célébrités, avec une clientèle Allemande et mais particulièrement internationale.

Les taches ont été très variées: de la pre-production qui consiste à faire de la recherche, prévoir et réunir les acteurs nécessaires à la réalisation d’un projet, en passant par la production qui est le jour J du shooting (assister le photographe avec les lumières) à la post-production qui consiste à la retouche et finalisation du projet avec le client.

J’étais donc entouré par diverses professions se retrouvant fréquemment : la plupart du temps, en plus du photographe, une personne en charge du stylisme, maquillage, de la direction artistique ou de la production étaient présent lors des shooting.

Voulant lancer dans un futur proche mon propre studio de photographie mais n’ayant pas eu la chance d’étudier dans ce domaine la, travailler avec un professionnel étaient une aubaine pour apprendre de manière extensive la technique ainsi que construire un réseau.

N’ayant pas étudié l’Allemand durant mes études, trouver certaines information durant les phases de recherche et utile à la réalisation de tel ou tel projet ont parfois été un problème. Mais avec le temps, et un peu de volonté, j’ai pu de manière globale réunir les personnes ou objets nécessaires.

Je suis satisfait d’avoir pu rapidement acquérir la confiance du studio pour pouvoir gérer de manière indépendante la partie ‘studio management’, qui signifie de s’occuper la location de ce dernier à des clients (photographes et productions) externes qui ont besoin d’un espace le temps d’un projet.

Cette expérience m’a donc été très bénéfique professionnellement : grâce à cet apprentissage dense, j’ai pu acquérir les compétences et contacts qui me permettent de me sentir confiant quant au lancement de ma propre activité photographique.

 

Voyagez ! Vous ne pouvez qu’en être changé positivement.

Ilaria, 38 ans, graphiste, participe au programme Erasmus pour Jeunes Entrepreneurs, durant 6 mois, aux côtés de Maryse. Venant de Lisbonne où elle travaille, elle s’exprime sur son parcours de mobilité en France.

Au sein de quelle structure travaillez-vous ?

Je travaille dans l’entreprise SPQI (Services et Produits de Qualité et Innovants), c’est une entreprise de recherche et aussi d’expérimentation scientifique sur la fertilité humaine et animale.

Quel a été votre parcours avant de réaliser votre projet de mobilité à l’étranger ?

J’ai étudié, durant 4 ans, dans une académie universitaire en Italie qui s’appelle I.S.I.A. C’est un institut supérieur pour le graphisme, le numérique, la photographie. J’ai travaillé en Italie dans une agence publicitaire et après dans un studio graphique pour les entreprises locales. Ensuite, j’ai travaillé à Lisbonne durant 6 ans. Je m’occupais des supports techniques, du numérique. Finalement j’ai postulé pour le programme Erasmus pour Jeunes Entrepreneurs.

Pourquoi vous êtes-vous engagée dans ce projet ?

Je souhaitais me déplacer dans un autre lieu et aussi reprendre mon activité en lien avec mes études et mes précédentes expériences. Je souhaite créer ma propre entreprise, ou avoir deux, trois points de collaboration avec l’entreprise où je suis et continuer à faire mon activité.

Comment êtes-vous encadrée dans votre structure d’accueil ?

Maryse, ma tutrice, m’aide beaucoup, elle m’a proposée des formations dans le numérique, le marketing digital pour améliorer mes connaissances.

Pouvez-vous nous décrire une journée type ?

Je fais un point avec Maryse sur les documents à préparer. Je m’occupe de la partie graphique. Je fais des affiches, des dépliants, je prends des photographies, j’utilise des logiciels de PAO (Photoshop, Illustrator, InDesign). Je dois préparer des illustrations pour des présentations à destination des clients. Il faut aussi préparer les documents en anglais car ils ont des clients à l’étranger et aussi des produits à exporter.

Avez-vous rencontré des difficultés ?

Surtout quand j’ai commencé, avec la langue. J’ai appris le français en Italie, au collège, mais je ne l’ai pas parlé pendant 20 ans. Aussi au début, c’était difficile de comprendre l’activité de l’entreprise.

Recommanderiez-vous cette expérience de mobilité à l’étranger ? Si oui, quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent partir ?

Certainement ! Il faut avoir une base de connaissance de la langue locale, c’est essentiel, avoir les idées claires sur ce que l’on veut faire, c’est-à-dire avoir un projet bien construit. C’est important d’avoir une idée bien précise du projet que l’on souhaite réaliser. Il faut savoir être patient et avoir des capacités d’adaptation.

Anne-Paule est partie 4 mois en Irlande, dans le cadre du programme « Erasmus pour Jeunes Entrepreneurs »

Je suis partie à Kilkenny, en Irlande, durant 4 mois avec le Programme Erasmus pour Jeunes Entrepreneurs dans l’entreprise Showcase Ireland Events et en partenariat avec le Centre national d’Artisanat d’art et de design (DCCOIM). Je me suis engagée dans ce projet car je souhaitais découvrir le secteur de l’artisanat d’art, comprendre son organisation, ses enjeux et ses acteurs à travers des expériences de vie et des parcours professionnels. Je souhaitais également partager l’expérience du pilotage de projets européens et apprendre d’autres méthodologies de travail.

La mission consistait à assister la directrice du département « Recherche et innovation » dans le pilotage de projets de partenariat autour du design, de la créativité et de l’innovation. J’ai eu la possibilité d’organiser un showroom, d’animer des réseaux d’acteurs, d’organiser des expositions temporaires et réaliser des montages de projets de coopération européens.

J’ai travaillé à la fois avec des organismes publics partenaires comme des universités, avec des associations de village facilitant l’organisation d’événements innovants capables de réunir habitants, professionnels et designers. Cela a permis d’imaginer des projets collectifs avec des travailleurs indépendants dans le domaine de l’artisanat d’art ou encore avec un réseau européen de l’artisanat, etc.

La plus grosse difficulté rencontrée a été celle de mon niveau d’anglais. Cependant, je l’ai résolue en communiquant beaucoup avec mes collègues, en prenant des cours particuliers et en participant à de nombreuses rencontres professionnelles.

Je suis fière d’avoir pu créer un lien de confiance avec l’équipe très rapidement malgré mes difficultés de communication en anglais et d’avoir eu ainsi accès à des missions intéressantes.

Cette expérience m’a ouvert à d’autres horizons professionnels, d’autres réalités, elle m’a également permis de comprendre que la reconversion professionnelle était un long chemin. Partager avec d’autres personnes les mêmes interrogations, qui plus est dans un ailleurs géographique, m’a beaucoup rassuré. Les bonnes rencontres peuvent être un véritable accélérateur.

Bastien, jeune entrepreneur en Italie

"Cette expérience a été une opportunité pour moi de sortir la tête du guidon et de confronter mes idées, envies avec un professionnel aguerri."

Je m’appelle Bastien, j’ai 32 ans et j’ai réalisé un stage professionnel de 5 mois en Italie dans le cadre du programme Erasmus pour Jeunes Entrepreneurs.

L’année dernière je me suis lancé dans un projet de micro-entreprise autour de mes pratiques de facilitateur et de formateur en éducation populaire. J’ai choisi de m’engager dans ce programme de mobilité dans le but de découvrir un univers professionnel similaire au mien, de développer de nouvelles compétences dans la gestion de projet européen mais aussi et surtout pour étendre mon réseau.

J’ai travaillé pour Quaros Consulting avec Evangelista Leuzzi dans la petite ville de Taurisano dans le sud de l’Italie. J’ai eu la chance d’intégrer une équipe très sympathique et à l’écoute dans un environnement accueillant et familial.

Evangelista est un entrepreneur expérimenté qui travaille comme « progettista » pour des programmes européens depuis plus de 10 ans. J’ai donc profité de son expérience et nous avons collaboré ensemble pour la conception de nouveaux projets. Evangelista a été très intéressé par mes pratiques de démocratie participative et nous avons développé de nouveaux projets mêlant nos pratiques respectives. Cette collaboration pratique m’a permis de développer de nouvelles compétences et de découvrir de l’intérieur le programme Europe For Citizens. Cette collaboration nous permettra de coopérer dans la durée grâce à des projets pluriannuels. Au niveau professionnel, cette expérience m’a également permis de prendre le temps pour penser et repenser mon projet et prendre un peu de recul. Cette expérience a été une opportunité pour moi de sortir la tête du guidon et de confronter mes idées, envies avec un professionnel aguerri.

Au niveau personnel j’ai eu la chance de passer 5 fantastiques mois dans un environnement local extraordinaire. Et pas seulement pour le paysage, la place, les champs d’oliviers et les pâtes de la mamma ! Mon immersion dans la vie locale m’a permis de découvrir un contexte rural et interculturel enrichissant et de rencontrer d’autres collaborateurs, d’autres associations et d’autres personnes qui s’investissent dans le domaine de l’éducation populaire.

Une aventure italienne aussi riche humainement que professionnellement, que je recommande chaudement !