Projets réalisés

  • I’m active+: Deux nouveaux outils disponibles

    I’m active+ avait pour objectif principal d’améliorer l’employabilité des femmes âgées de 20 à 64 ans en Europe, notamment les personnes les moins favorisées, et de leur permettre d’être en adéquation avec les besoins du marché de l’emploi et de la société en général.

    Ce projet a permis à des groupes défavorisés de participer aux programmes de formation tout au long de la vie, d’orientation professionnelle et de conseils. Ce projet a accru l’offre de formation en matière d’éducation en fournissant un nouveau programme d’intégration sociale pour les groupes défavorisés au niveau local, régional, national, européen et international.

    Les priorités prises en compte par ce projet étaient :

    • contribution à la réduction du nombre de femmes immigrées peu qualifiées
    • facilitation de la validation des acquis de l’apprentissage non formels et informels en favorisant l’évaluation des compétences clés, qui incluent les capacités de base et transversales (notamment compétences entrepreneuriales, linguistiques et numériques).

    Dans cette optique, différents groupes cibles ont été pris en compte dans les activités liées à ce projet :

      • ressortissantes de pays tiers ayant immigré légalement, qui constituent l’un des groupes les plus vulnérables dans l’UE
      • le personnel des organisations partenaires (formateurs) dans le but d’améliorer leurs compétences pédagogiques et de gestion

    parties prenantes importantes (employeurs, institutions en relation directe avec le groupe cible principal) afin d’instaurer des relations effectives entre l’éducation et le marché du travail.

    À cet effet, 2 produits intellectuels liés ont été élaborés :

    1. Méthodologie et lignes directrices pour la mise en place de programmes de formation des formateurs

    imactive-io1Méthodologie et lignes directrices relatives à la formation des formateurs

    1. Programme et recommandations pour la promotion de l’intégration sociale et du développement du dialogue interculturel avec les femmes ressortissantes de pays tiers (à des fins d’insertion sur le marché du travail).

    im-active-io2Projet relatif à l’intégration des femmes ressortissantes d’un pays tiers

     

    eu-flag-erasmus_vect_posactive

  • I’m active+ : derniers évènements et bilan

    La dernière conférence internationale I’m active+ « I’m an active member of the multinational society » a eu lieu le 29 juin à Nova Gorica en Slovénie.

    im-active

    Elle s’est révélée inspirante, et a constitué pour nous une opportunité précieuse de construire de nouveaux réseaux et de renforcer nos partenariats, d’échanger nos expériences et élaborer des plans pour le futur. Chaque partenaire du projet a présenté une esquisse des activités menées dans son pays. Ces présentations ont finalement permis la publication de deux outils intéressants: La méthodologie et le guide pour les formateurs de formateurs et Curriculum – programme pour l’intégration des femmes issues de l’immigration dans la société.

    Un soin particulier a été donné à la possibilité d’utilisation des deux outils et à leurs variations possibles dans le cadre de l’éducation permanente, notamment dans le secteur de l’intégration.

    Plus de 440 heures de formation (dont une partie en entreprise) ont été menées, et 27 organisations ont été activement impliquées dans le processus.

    Suite à l’évènement international en Slovénie, des conférences nationales ont suivi dans plusieurs pays.

    En Turquie, la conférence nationale a été combinée avec la cérémonie des certificats pour les participants aux formations, suivie d’un évènement musical. La plupart des participants ont participé au meeting pour en apprendre d’avantage sur les projets et s’occuper de partenariats.

    En Italie, la conférence nationale a représenté un moment important pour exposer les résultats du projet et pour attirer l’attention sur les limites des opportunités et stratégies mises en place dans le cadre du projet, dans l’optique de soutenir l’intégration des femmes immigrées sur le marché du travail. Dans un premier temps, les résultats du projet I’m active+ ont été présentés, avant de s’intéresser aux problèmes liés aux programmes européens d’intégration et à leur résolution.

    Nos partenaires croates ont organisé leur évènement final en juillet. Le projet et ses résultats ont été présentés dans le contexte migratoire de la Croatie d’après-guerre (1991-95), et de nombreux intervenants ont insisté sur le rôle important des projets comme I’m active + dans le processus d’intégration, « d’autant plus en ces temps troublés ».

    La dernière conférence s’est tenue le 8 août à Roubaix dans nos locaux. Nous avons présenté le projet devant 24 participants, avant de proposer un atelier sur la valorisation des expériences et des compétences acquises suite à une expérience d’éducation non-formelle. Une présentation sur « L’Europe au quotidien : participer aux différents programmes européens » a également été proposée par Fanny Dufrechou.

    La suite de ces activités de partage, prévues dans tous les pays-partenaires après la conclusion du projet, aura lieu sous forme de tables rondes, séminaires et présentations pratiques des outils.

    Le projet I’m active+ vise à augmenter l’employabilité des femmes entre 20 et 64 ans en Europe, notamment celles ayant moins d’opportunités, en améliorant leur niveau de compétences, les rendant ainsi plus aptes à affronter le marché du travail et la société en général. Ce projet doit permettre à des groupes désavantagés de prendre part à des programmes de formations continues, d’orientation professionnelle et de conseil.

    Pour plus d’informations sur le projet, lisez l’article : Présentation du projet I am active +

    Et pour découvrir les motivations des participantes vis-à-vis du projet, lisez : Mise en œuvre du projet I am active +

     

    eu-flag-erasmus_vect_posactive logo-adice-logo-ed

  • Conférence nationale I am active +

    La conférence nationale finale du projet I am active + s’est déroulé le 8 août à Roubaix devant 24 participants.

    img_6601

    Le but de cette conférence était de partager avec les participants les résultats du projet I am active +.

    Ce projet avait  pour objectif d’augmenter l’employabilité des femmes âgées de 20 à 64 ans en Europe, plus particulièrement celles ayant le moins d’opportunités, en améliorant le niveau de leurs compétences, les rendant ainsi plus aptes à affronter le marché du travail et s’intégrer à la société de la meilleure manière qui soit.

    L’ADICE a accompagné 13 participantes majoritairement âgées entre 20 et 25 ans venant des pays du Maghreb. Ces participantes ont bénéficié de 80 heures de formation où elles ont eu des temps individuels et collectifs pour se former à l’informatique, la communication, le droit sur le marché du travail, etc.

    Il ressort de cette évaluation que les participantes sont satisfaites du projet, particulièrement concernant la qualité et la clarté des explications ainsi que l’interaction avec les autres participantes. Grâce à la formation, ces jeunes femmes déclarent avoir développé leur compétence de présentation individuelle, leur confiance en soi et leurs connaissances concernant le marché du travail français.

    Pendant le projet, 2 nouveaux outils ont été créés :

    1. La méthodologie et le guide pour les formateur de formateurs
    2. Un programme de formation pour les formateurs dans le but d’intégrer des femmes issues de l’immigration dans la société

    Suite à la présentation du projet, Fanny Dufréchou (chargée de projets européen) a fait une présentation sur « L’Europe au quotidien : participer aux différents programmes européens » (Fanny Dufrechou, Adice)

    La journée s’est terminée avec un workshop sur la valorisation des expériences et des compétences acquises suite à une expérience d’éducation non-formelle.

    Les guides seront mis en ligne sur la site internet de l’ADICE fin septembre 2016.

     

    eu-flag-erasmus_vect_posactiveLogo ADICE + logo ED

  • Conférence finale du projet « I am active + »

    Du 28 au 30 juin 2016, les partenaires européens du projet « I am active + » se sont réunis à Nova Gorica, en Slovénie, afin de clôturer le projet.Conférence internationale I am active +

    Les partenaires ont assisté et participé à la conférence internationale du projet I am active + dans le but de présenter les objectifs et résultats du projet aux acteurs sensibilisés et travaillant sur l’intégration des femmes immigrées dans les pays d’Europe.

    Lors de cette conférence, la structure coordinatrice du projet (LUNG) a présenté le projet et les résultats concernant les actions mises en place en Slovénie. Puis chacun des partenaires a présenté le déroulé et les résultats du projet dans leur pays respectif.

    Concernant l’implémentation du projet en France, l’ADICE a organisé différentes réunions d’information afin de toucher des femmes de 20 à 64 ans issues de l’immigration. Grâce à cela, l’ADICE a accompagné 13 participantes majoritairement âgées entre 20 et 25 ans venant des pays du Maghreb. Ces participantes ont bénéficié de 80 heures de formation où elles ont eu des temps individuels et collectifs pour se former à l’informatique, la communication, le droit sur le marché du travail, etc. Elles ont également intégré une organisation d’accueil pour une période minimum de 4 semaines afin de découvrir le marché du travail. A la fin du projet, un temps a été organisé afin d’identifier et évaluer les compétences acquises au niveau personnel et professionnel.

    Il ressort de cette évaluation que les participantes sont satisfaites du projet, particulièrement concernant la qualité et la clarté des explications ainsi que l’interaction avec les autres participantes. Grâce à la formation, ces jeunes femmes déclarent avoir développé leur compétence de présentation individuelle, leur confiance en soi et leur connaissance concernant le marché du travail français.

    En conclusion, ce projet les a aidées à construire leur futur. La plupart d’entre elles ont repris ou commencé des études, sont en recherche d’emploi et/ou continue à faire du volontariat. Du point de vue des organisations d’accueil, accueillir des volontaires leur a permis de développer de nouvelles activités ainsi que de nouveaux liens avec les bénéficiaires de la structure. Au niveau local, le projet a favorisé la diversité sociale, permis la promotion du volontariat, la diversité culturelle et les programmes européens.

    Séminaire de côture I am active +

    Pour plus d’informations sur le projet, lisez l’article : Présentation du projet I am active +.

    Et pour découvrir les motivations des participantes vis-à-vis du projet, lisez : Mise en œuvre du projet I am active +.

    active

  • Présentation des résultats du projet 22/06 à 11H!

    I AM ACTIVE +

    active

    Le projet (I am an active member of multinational society) lancé en octobre 2014 a pour objectif d’augmenter l’employabilité de femmes entre 20 et 64 ans en Europe, spécialement de celles ayant le moins d’opportunités, en améliorant leur niveau de compétences, les rendant ainsi plus compatibles aux besoins du marché du travail et de la société en général.

    Ce projet vise à :

    • Contribuer à la réduction du nombre de femmes immigrées peu qualifiées
    • Faciliter la validation d’un apprentissage non-formel et informel pour favoriser l’évaluation des compétences-clés, y compris les compétences basiques et transversales (en particulier l’esprit d’entreprise, les langues et les compétences digitales).

    Le projet a permis aux groupes défavorisés de prendre part à des programmes de formation continue, d’orientation professionnelle et de conseil. 13 femmes du Nord-Pas-de-Calais ont eu une formation dans le cadre de ce programme.

    Partenaires du projet : LUNG (Slovénie), Cooperativa ORSO (Italie), ADICE (France), POUZ (Croatie), Mozaik Kultur Egitim Genclik ve Doga Dernegi  (Turquie).

    photo de groupe

    Venez découvrir les résultats du projet I am active+ mercredi 22 juin 2016 à 11 heures à l’Adice. 

  • Mise en œuvre du projet « I’m active+ »

    Comment l’ADICE aide des jeunes filles ayant moins d’opportunités à avoir plus facilement accès au marché de l’emploi en France?

    L’objectif du projet: augmenter l’employabilité des femmes ayant le moins d’opportunités en Europe en améliorant le niveau de leurs compétences, les rendant ainsi plus compatibles aux besoins du marché du travail et de la société en général.

    Dans le cadre de ce projet, l’ADICE a accompagné 13 jeunes filles de moins de 25 ans via le dispositif du Service Civique. L’association met en œuvre un suivi et des formations à travers différents modules lors d’entretiens individuels, réunions collectives et exercices personnels sur une plateforme en ligne.

    Les compétences les plus développées durant les modules sont: communication, travail d’équipe, confiance en soi et compétences organisationnelles.

    L’ADICE a réalisé une enquête auprès de ces jeunes femmes afin d’avoir leurs retours sur la participation au projet. Il ressort de cette enquête que leur motivation première s’attache à : « découvrir une nouvelle culture, rencontrer de nouvelles personnes et acquérir des compétences en communication ».

    Image1

     

    Lors de cette enquête, les jeunes femmes ont reconnues acquérir des connaissances sur le marché du travail français et les droits et devoirs du travail. Par ailleurs, apprendre à rédiger une lettre de motivation et un CV a été l’une des compétences acquises grâce à l’accompagnement de l’ADICE.

    Image2

    Nous pouvons remarquer, à l’aide du graphique ci-dessous, que leur capacité à résister au stress, à résoudre des problèmes et à gagner confiance en soi a augmenté après le projet, parmi bien d’autres compétences.

    Image3

     

     

  • Présentation du projet I’m active+

    Suite à l’appel à partenaires de l’association slovène LUNG dans le cadre du partenariat stratégique, l’ADICE participe au projet « I’m active + ».

    Ce projet a pour objectif d’augmenter l’employabilité des femmes entre 20 et 64 ans en Europe, spécialement celles ayant le moins d’opportunités, en améliorant le niveau de leurs compétences, les rendant ainsi plus compatibles aux besoins du marché du travail et de la société en général. Ce projet permettra aux groupes défavorisés de prendre part à des programmes de formations continues, d’orientation professionnelle et de conseil.

    Le projet suit les objectifs principaux des principales priorités européennes listées dans de différents documents stratégiques tels que la plateforme européenne contre la pauvreté et l’exclusion sociale, le programme Erasmus +, le cadre européen des qualifications pour la formation continue, l’agenda européen pour l’apprentissage des adultes, le Programme pour l’évolution internationale des adultes (PIAAC), le Traité de l’Union Européenne etc.

    Le projet augmentera l’offre éducative en fournissant un nouveau programme pour le processus d’intégration sociale des groupes défavorisés au niveau local, régional, national, européen et international.

    Le projet se concentrera sur les priorités suivantes :

    •  contribuer à la réduction du nombre de femmes immigrées peu qualifiées
    •  faciliter la validation d’un apprentissage non-formel et informel pour favoriser l’évaluation des compétences-clés, y compris les compétences basiques et transversales (en particulier l’esprit d’entreprise, les langues et les compétences digitales)

    Ce projet s’adresse à différents publics cibles :

    •    les femmes immigrées ressortissantes des pays du tiers-monde en tant que l’un des groupes les plus vulnérables de l’Union Européenne
      •    le personnel des associations partenaires (en tant que formateurs) avec pour objectif d’améliorer leurs compétences pédagogiques et de management
        • les parties prenantes clés (les employeurs, les associations qui travaillent directement avec le groupe cible) pour développer les connections effectives entre l’éducation et le marché du travail

    Le principal objectif du projet est donc de promouvoir l’intégration des femmes immigrées ressortissantes des pays du tiers-monde, avec l’intention spéciale de les intégrer sur le marché du travail. Le projet souhaite aussi développer le dialogue interculturel entre le groupe cible mentionné et les citoyens européens.

    Tout ceci peut être réalisé par :

    • le développement et l’amélioration du modèle de bonne pratique des Slovènes avec le processus d’identification et de validation de l’apprentissage non-formel et informel
    • d’autres éléments innovateurs

    Pour réaliser ces objectifs, 2 productions intellectuelles seront préparées :
    (1)   Méthodologie et directives pour la mise en place d’un programme de formation pour les formateurs
    (2)  Curriculum et recommandations du programme pour promouvoir l’intégration sociale et le développement d’un dialogue interculturel avec les femmes immigrées (en accentuant leur intégration sur le marché du travail)

    Pour développer ces productions intellectuelles, plusieurs activités seront mises en place :

    •  1 programme de formation de court terme pour le personnel (15 futurs formateurs)
    •  La mise en place d’un programme pilote pour les femmes immigrées dans tous les pays partenaires (5 mise en œuvre avec au moins 75 femmes immigrées, 20 employeurs qui leur offriront une formation professionnelle, 5 médiateurs culturels qui participeront à toute la mise en œuvre du programme)
    • 5 évènements multiplicateurs

    Le partenariat stratégique de ce projet consiste en :

    •  une organisation slovène d’éducation publique pour les adultes : Ljudska univerza Nova Gorica (LUNG)
    •  une coopérative sociale italienne : Cooperativa Orso
    •  une association française : Association pour le Développement des Initiatives Citoyennes et Européennes (ADICE)
    •  une organisation croate d’éducation publique pour les adultes : Pučko otvoreno učilište Zagreb (POUZ)
    •  une association culturelle et éducative turque : Mozaik Kultur Egitim Genclik ve Doga Dernegi

    Toutes ces organisations ont en commun leurs objectifs et leurs stratégies de développement.

  • Evénement final du Transfert d’Innovation

    Le 27 mai 2014, les quatre partenaires du projet se sont donnés rendez-vous à Palerme, en Sicile, dans les locaux du CESIE afin de rencontrer plusieurs organisations siciliennes travaillant dans le domaine de la mobilité. Il s’agissait de partager avec ces structures les résultats du projet de Transfert d’Innovation.

    L’ADICE, le CESIE (Italie), Paragon (Malte) et Projinal (Turquie) ont organisé le 27 mai un événement de dissémination au profit d’organisations siciliennes intéressées pour développer des projets de mobilité de qualité.

    Cette événement, organisé dans les locaux du CESIE, a été l’occasion de distribuer la brochure finale du projet auprès de 15 personnes.

    Voici le programme de l’événement:

    Heure Contenu
    15.30 Bienvenue au CESIE

    Présentation des participants et des partenaires du projet

    15.40 Présentation du projet de Transfert d’Innovation

    Objectives, buts et produits finaux

    15.50 Motivation et contribution de chaque partenaire du projet
    16.05 Brainstorming avec les participants sur la mobilité

    Quelle est votre conception de la mobilité ? (discussion)

    Défis et besoins (brainstorming avec des post-it)

    16.35 Distribution de la brochure (Mobility management system) et approche méthodologique (p10-11 de la brochure)
    16.55 Présentation du livret de mobilité en italien.

    Focus sur :

    – Fiche 5 : Pays d’accueil

    – Fiche 9 : Formation MIC
    Feuille de suivi individuel

    17.40 Analyse des différents commentaires des post-it
    17.45 Conclusion
    17.55 Evaluation finale de la journée
    18.00 Apéritif !

     

    llp_logo

  • Séminaire à Ankara Transfert d’innovation

    Les 4 partenaires du projet de Transfert d’Innovation se sont réunis les 13 et 14 février 2014 à Ankara, dans les locaux du partenaire Projinal. Ils ont travaillé sur les suite du projet, et sur la préparation d’une brochure et de l’événement final.

    C’est à Ankara que se sont réunis que les partenaires du projet afin de discuter des suites du projet, et d’analyser leur progrès dans l’appropriation des outils de mobilité mis en place par l’ADICE.

    En effet, dans le cadre de ce projet, l’ADICE a transféré trois outils:

    – son livret de mobilité destiné aux participants à des projets de mobilité

    – son manager’s portfolio, c’est-à-dire son schéma pédagogique et sa matière de suivre les participants

    – sa base de données, qui permet le suivi financier et administratifs des projets et qui sont nécessaires à la gestion des projets.

    Les partenaires ont donc pu faire le point sur les modifications et adaptations qu’ils ont apportés aux outils et qui leur permettent d’utiliser au quotidien ces outils dans leur organisation. La discussion s’est également portée sur la manière d’enrichir et d’améliorer ces outils et chaque partenaire s’est engagé à créer de nouveaux outils.

    Il s’agissait également d’échanger les points de vue de chacun sur la mobilité et sur la manière dont elle est perçue dans chaque pays. La clef est d’analyser dans quelle mesure la mobilité professionnelle permet d’améliorer l’employabilité des jeunes, et dans quelle mesure un soutien pédagogique et administratif est nécessaire pour permettre la réussite d’un projet.

    Voici un aperçu de la discussion :

    La mobilité  internationale est de plus en plus soutenue par les institutions publiques qui n’ont eu de cesse de multiplier les programmes, particulièrement les institutions nationales et européennes. La conséquence directe est visible à travers l’augmentation continue des chiffres des personnes effectuant une mobilité internationale ces dernières années. Cependant, de nombreuses personnes ignorent encore l’existence des programmes européens de mobilité dont ils pourraient bénéficier.

     Les apports de la mobilité sont multiples notamment en termes d’acquisition de compétences aussi bien personnelles que valorisables sur le marché du travail. Au niveau personnel, la mobilité permet aux personnes de développer autonomie, estime de soi et, souvent, fierté. Aussi, en s’ouvrant à la diversité culturelle, les participants aux programmes de mobilité se confrontent aux stéréotypes et développent un regard nouveau et un esprit critique sur leur pays d’origine. La mobilité nous interroge sur qui nous sommes et ce que nous voulons.

    De plus, la mobilité dans un monde globalisé est particulièrement valorisable professionnellement et permet de faire la différence, en termes de compétitivité, sur le marché de l’emploi. La mobilité est, en effet, un atout majeur en développant la flexibilité, l’adaptabilité et les compétences linguistiques des participants.

    En matière de citoyenneté, une expérience de mobilité internationale représente le meilleur moyen de renforcer l’engagement civique en permettant aux personnes de sortir de leurs communautés.

     L’accompagnement à la mobilité par des structures spécialisées est et une réelle plus-value et permet d’exploiter au maximum les avantages de la mobilité. En effet, le suivi de la mobilité est, d’une part, rassurant, et permet à des personnes qui ne sont pas au fait des procédures de quand même bénéficier d’une expérience à l’étranger.

    De plus, le participant est exempté des tracas administratif et peut se focaliser entièrement sur ce qu’il souhaite tirer de la mobilité, ses objectifs… Le suivi par des chargés de projet est également un gage de qualité du projet de mobilité, il permet d’adapter le projet à chaque participant et de mettre en place une évaluation post retour. Cette évaluation finale est importante aussi bien pour l’organisme d’envoi que pour le participant puisqu’elle va permettre de dégager précisément les acquis en comparaison aux objectifs de départ.

     Le développement de compétences est meilleur si les participants partent seuls. Cependant, des mobilités collectives peuvent être une première étape intéressante à la mobilité pour les personnes les moins autonomes.

    Le séminaire s’est terminé avec la mise en place de nouveaux objectifs:

    – rédaction d’un guide sous forme de brochure, qui permette de disséminer les résultats du projet et les outils mis en place. Il s’agira d’expliquer comment ils peuvent être adaptés et pourquoi ils sont nécessaires.

    – mise en place d’un événement final les 26 et 27 mai à Palerme, en Italie. Cet événement, organisé par l’ADICE et le CESIE devrait réunir des organisations siciliennes intéressés par l’adoption de ces outils et permettra de présenter les résultats du projet.

    llp_logo

  • Présentation du projet Transfert d’Innovation

    La promotion de la mobilité vise à développer une Europe de l’emploi et de la connaissance. Elle est inscrite dans les priorités des programmes européens depuis une dizaine d’années et sera au coeur des futurs programmes, comme « Erasmus pour tous ».

    De nombreuses études, nous ont permis de mettre en avant la valeur ajoutée d’un projet de mobilité dans le parcours du participant en terme d’acquisition de compétences (sociales, professionnelles, interculturelles) et dans la construction du projet professionnel et de formation. Afin d’accroître les projets de mobilité, il se doit d’améliorer la qualité de la gestion administrative et pédagogique des projets de mobilité.
    Le projet prévoit d’améliorer la qualité de la gestion par le transfert d’outils pédagogiques et administratifs. Le but est de créer un référentiel européen que tous les acteurs de la mobilité pourront utiliser. Le projet de mobilité sera donc valorisé puisque les partenaires travailleront sur les mêmes critères de qualité. La méthodologie transférée fera l’objet d’une adaptation pour chaque acteur de la mobilité en fonction de son contexte et de son public cible.
    Ce transfert est destiné dans un premier temps à tous les acteurs de la mobilité mais également à tous les participants d’un projet de mobilité. En effet, le référentiel de qualité aura un impact sur la valorisation de leur projet.
    Le partenariat réunit dans ce projet est multi-acteurs et possède une expérience antérieure dans la gestion de la mobilité européenne et le souci commun d’améliorer et de partager des outils visant à inscrire la mobilité au coeur du parcours du participant en favorisant un retour à l’emploi ou à la formation.
    Ce projet vise à préparer un système d’ingénierie de la mobilité qui sera susceptible de faire face à la montée en puissance du nombre des mobilités tout en garantissant des projets qualitatifs en perspective et en conformité avec les ambitions affichées par la Commission au titre d’Erasmus pour tous ».

     

    Les partenaires du projet :

  • Brochure finale Transfert d’Innovation

    Cette brochure s’adresse aux organisations actives dans le domaine de la mobilité et désireuses de découvrir des outils innovants pour améliorer la gestion des projets de mobilité.capture-couverture transfertd'innovation

    La brochure finale du projet Transfert d’Innovation, qui a pris fin le 31 mai 2014, est désormais disponible.

    Cette brochure a pour objectif de présenter les résultats du projets et les outils transférés par l’ADICE à ses partenaires en Italie (CESIE), à Malte (Paragon) et en Turquie (Projinal).

    Elle présente notre conception partagée de la mobilité (valeur ajoutée, mise en œuvre), les résultats du projets (schéma pédagogique) et la définition d’un bon projet de mobilité d’après les membres du consortium.

    Elle est disponible ici:

    Adice-Brochure-TOI-FR

    Adice-Brochure-TOI-IT

    Adice-Brochure-TOI-UK

     

    llp_logo

  • Les volontaires slovènes en France

    Ces 4 volontaires sont venues réaliser une expérience de volontariat de quatre semaines, au sein de deux structures locales : EMMAÜS à  Saint-André-Lez-Lille et Servir à Roubaix.

    L’objectif principal était de venir en France pour apprendre la langue et découvrir la culture du pays. Trois d’entre elles, retraitées du domaine du social, désiraient également connaître le milieu associatif français afin de pouvoir apporter des idées, et également en avoir de nouvelles pour leur retour en Slovénie.

    A Emmaüs, elles ont aimé avoir de nombreux échanges avec les bénévoles présents sur place et découvrir le fonctionnement du magasin (tri des dons, mise en place du magasin etc. )

    Chez Servir, elles ont particulièrement apprécié la diversité des activités proposées et le contact avec l’équipe de l’association.

    Pendant leur temps libre, elles ont pu profiter des nombreux jours fériés du mois de mai pour découvrir Lille et la région (visite de Calais, Arras, Boulogne-sur-Mer, Amiens, Bruxelles etc. )
    Selon elles, les français sont très accueillants, polis et serviables.

     

    DSCN7180-300x225

    Ivanka (avec le pull rose sur la photo ci-dessus), avait une forte expérience dans le domaine du social, et a été contente de découvrir le système associatif en France, qui est différent du système slovène. A son retour en Slovénie, elle va essayer de parler le plus possible de son expérience et va essayer de mettre en place de nouvelles idées au sein d’associations slovènes.

    Pour Flavijana (à gauche sur la photo) qui n’avait aucune expérience dans le social, ce fut une nouvelle expérience, très positive. A son retour en Slovénie, elle souhaiterait s’impliquer dans le monde du volontariat, et surtout auprès d’enfants.

    Si vous souhaitez en savoir plus sur les associations locales qui ont accueilli les volontaires slovènes :

    Emmaüs – La Halte Saint-Jean
    Association SERVIR

  • Partenaires du projet Générations en mouvement

    RIC_LOGOTIP-450x150RIC est l’un des principaux organismes d’éducation des adultes en Slovénie. C’est un organisme public dont le but est de promouvoir l’apprentissage tout au long de la vie pour des personnes de tout âge.RIC est composé de 33 employés. A l’équipe salariale s’ajoute 130 experts externes (des enseignants, des mentors et des chercheurs notamment) qui assurent 40.000 heures d’enseignement par an et, en moyenne, 10.000 participants sont inclus dans divers programmes éducatifs.
    RIC offrent divers programmes novateurs d’éducation formelle et informelle pour le grand public et en particulier pour les groupes vulnérables: les personnes vivant dans les zones rurales, les gens ayant des besoins spéciaux, les jeunes adultes, les chômeurs, les personnes âgées, la population Rom, les migrants, les salariés peu qualifiés, etc. Nous portons une attention particulière à nos actions en terme de conseils d’orientation de carrière, la citoyenneté active et la participation à des projets de mobilité.

     

    GFTU_EDUCATIONAL_CMYK_FINAL-300x150

    TAEN/GFTU vise à réduire les discriminations d’accès au marché du travail liées à l’âge. L’objectif est d’éliminer les difficultés d’accès à l’emploi et de promouvoir un marché du travail socialement responsable, répondant aux besoins de tous. Nous informons et plaidons pour la mise en place de politiques efficaces en faveur de l’emploi des seniors notamment par des actions menées chez les employeurs, par un suivi individuel et à travers le marché du travail.
    Nos principales actions :
    • Information et publication de bulletins de recherche.
    • Mise à disposition d’un centre de ressources sur notre site.
    • Organisation de séminaires/débats où des échanges de bonnes pratiques ont lieu, des résultats de recherche et des publications relatives à la question de l’employabilité des seniors diffusés et développés.
    • Soutien du réseau britannique FSE « Age ESF network ».
    • Réalisation de projets auprès des demandeurs d’emploi senior et suivis individuels.

    LOGO UE

  • Projets de mobilité seniors

    Dans le cadre d’un projet de mobilité européen Grundtvig, intitulé INWIS, qui a pour but d’envoyer et d’accueillir douze volontaires, entre deux organisations : ADICE (Roubaix, France) et LUNG (Nova Gorica, Slovénie), nous proposons à quatre séniors (âgés de plus de cinquante ans, en recherche d’emploi, retraité ou rencontrant des difficultés d’ordre sociales, économiques ou culturelles) de participer à ce projet de mobilité internationale de 4 semaines d’immersion associative en Slovénie.

    Ce serait l’occasion pour ces personnes de vivre une expérience enrichissante personnellement, culturellement voire professionnellement, de consolider leurs compétences, d’en acquérir de nouvelles et de contribuer aux programmes et aux actions des organisations d’accueil qui travaillent avec un public défavorisé, dans la région de Nova Gorica, en Slovénie.

  • Présentation du projet Générations en mouvement

    « Générations en mouvement » est un projet de mise en réseau d’acteurs locaux et européens (1 Comité Citoyen par pays partenaire) visant à 1/encourager l’instauration d’un dialogue intergénérationnel 2/informer des publics cibles autour de questions liées à citoyenneté active et européenne.

    Ces Comités Citoyens visent à informer 600 citoyens et 30 structures sur les projets européens et les opportunités d’engagement civique. Le projet permettra également d’identifier et de faire remonter besoins et recommandations de citoyens cibles, jeunes avec moins d’opportunités, jeunes et seniors.

    Ce partenariat local et européen offrira un cadre d’échange cohérent et efficace autour de l’engagement citoyen et offrira de nombreuses possibilités futures de coopération grâce à la diversité des acteurs et citoyens impliqués et ciblés. Ces Comités Citoyens publieront ensemble un recueil d’initiatives intergénérationnelles afin de communiquer sur les actions menées durant la réalisation du projet « Générations en mouvement ».

    Les objectifs sont:

    – Informer autour de la citoyenneté active et européenne des publics cibles (jeunes avec moins d’opportunités, jeunes, seniors, demandeurs d’emploi) et favoriser les échanges autour de ces notions
    – Améliorer et qualifier la relation entre les citoyens/organisations et l’Union Européenne
    – Promouvoir et encourager la mise en œuvre d’initiatives intergénérationnelles
    – Créer dans chaque pays un Comité Citoyen à portée locale, régionale et nationale
    – Créer un recueil d’initiatives intergénérationnelles regroupant également les besoins exprimés par les citoyens cibles recensés au sein des Comités Citoyens
    – Dynamiser et favoriser la participation des associations à des actions et à des programmes européens (programme citoyenneté, programme jeunesse)

    Ce projet s’inscrit dans la continuité des actions menées dans le cadre de l’Année Européenne du Vieillissement Actif (2012) et en prévision de l’Année Européenne des Citoyens (2013).

  • Partenaires du projet GAPS

    Medway CouncilAvec une population de 256 000 résidents, Medway Council  est une collectivité locale de type unitaire responsable du développement stratégique de la plus large agglomération du Sud-Est de l’Angleterre en dehors de Londres. Medway Council assure un large éventail de services aux administrés de Rochester, Strood, Chatham, Gillingham, Rainham, les zones rurales alentour et la péninsule de Hoo. A travers le partenariat de GAPS, Medway Council souhaite encourager les jeunes personnes à développer leurs savoirs comportementaux afin d’améliorer leur employabilité et répondre aux demandes des employeurs  par l’intermédiaire de stages en entreprise. GAPS est l’un des projets européens pour lesquels Medway Council est chef de file.

     

    WSXWSX Entreprise Limited a pour but de stimuler la croissance de l’économie locale et régionale en favorisant le développement d’entreprises et en améliorant la performance des compagnies. De part notre vaste réseau d’employeurs, nous visons à placer des diplômés d’université en stage en entreprise de courte durée, dans le contexte de leurs intérêts avec l’intention d’améliorer leur employabilité grâce à des compétences accrues et à une connaissance concrète des affaires ainsi que pour certains, de meilleures compétences linguistiques.

     

    AdiceCity College Brighton & Hove est le plus important établissement de formation pour les plus de 16 ans à Brighton & Hove, proposant des cours à plus de 10.000 étudiants chaque année, à plein-temps ou à mi-temps. Grace à GAPS, nous pourrons lancer une ATA, une agence de formation d’apprentis, offrant un service de recrutement au  sein de notre Centre de Compétences situé au cœur de la ville, qui délivre un service de soutien et de conseil favorisant le développement des compétences afin de réduire le taux de chômage. Nous offrons 80 bourses locales afin d’encourager l’intégration d’apprentis en entreprise, et proposons à 20 jeunes personnes locales des stages en entreprise à l’étranger tout en recevant 20 jeunes envoyés par nos partenaires étrangers pour les placer eux-mêmes en entreprise. Nous participons aussi à un travail de recherche ayant pour but d’évaluer les bénéfices d’un stage à l’étranger.

     

    IRFA-APISUP
    L’IRFA-APISUP est le centre de formation d’apprentis de l’enseignement en Picardie. Il accueille actuellement 1.200 jeunes âgés de 18 à 26 ans (âge limite de l’apprentissage en France). Ces jeunes préparent tous un diplôme de l’enseignement supérieur et ont un parcours aménagé : mi temps en entreprise et mi temps en Université ou Grande Ecole. Certains de ces apprentis (les formations d’ingénieurs par exemple) doivent effectuer une partie de leur parcours à l’étranger. C’est la raison pour laquelle l’IRFA-APISUP a souhaité participer au programme GAPS.

     

    Albeda College

    Albeda College est un large établissement d’enseignement professionnel et de formation continue à Rotterdam. Environ 25,000 étudiants y sont inscrits, entourés par quelques 1,400 enseignants et employés. Nous offrons à nos étudiants un choix de 350 cours et une variété de qualifications professionnelles. Avec GAPS, Albeda prendra une part active dans la mise en oeuvre de stages en entreprise au niveau local et à l’étranger ainsi qu’à l échange de bonne pratique relative aux projets de mobilité et dans un travail de recherche ayant pour but de mesurer la valeur ajoutée d’une expérience de travail à l’international.

     

    ZadkineZadkine est l’un des plus larges établissements d’enseignement professionnel régionaux aux Pays-Bas. Situé dans la région de Rotterdam, Zadkine forme ses étudiants à devenir des professionnels qualifiés ainsi que des citoyens indépendants, sûrs d’eux, actifs et engagés. Nous offrons un vaste choix de cours à quelques 19,000 étudiants. Dans le cadre du projet GAPS, nous nous engageons à mettre en œuvre  l’initiative de l’ « Etape Suivante », un outil en ligne destiné à aider nos étudiants à se préparer pour le futur. Nous aiderons 15 jeunes personnes de notre localité à trouver un stage en entreprise à l’étranger et prendrons part à un travail de recherche sur la valeur ajoutée des stages à l’international.

     

    Pour tout renseignements sur le projet, ou si vous êtes intéressés pour effectuer des stages de 5 mois chez nos partenaires, merci de vous inscrire à une réunion d’information ou de contacter Fanny DUFRECHOU, chargée de projets, par mail.

    GAPS_French_colour_SM

  • Présentation du projet GAPS – Interreg 2 Mers

    Ces jeunes sont en effet exposés à un risque grandissant de chômage de longue durée et d’exclusion sociale.Les employeurs de la zone des 2 mers citent également comme facteur aggravant l’absence de certaines compétences et de savoirs de base chez de nombreux jeunes qu’ils recrutent.

    Objectifs

    Les activités de GAPS visent les objectifs suivants :

    • grâce au dialogue et à un travail auprès des employeurs, GAPS élaborera des stratégies innovatrices pour répondre aux besoins des employeurs et leur rendre confiance dans le recrutement des jeunes;
    • le développement de stages d’apprentissage transfrontaliers de moins de trois mois, qui comprennent une formation linguistique, et de leur plus–value pour les jeunes et les employeurs;
    • la création d’un portail web qui accueillera et facilitera les activités de GAPS pendant et après le projet, comme moyen de recrutement en ligne et de publicité des offres de stages et d’emplois.

    GAPS_French_colour_SM

    GAPS dans les médias: article sur le séminaire à Brighton.

  • Lauréline, 5 mois en Angleterre

    Lauréline est partie 5 mois en Angleterre, pour un stage au sein au Medway Council, dans le cadre du projet GAPS – Interreg.

    Ce projet permet à des personnes sans emploi de participer à un stage en Angleterre ou aux Pays-Bas. Il est nécessaire d’avoir un niveau d’anglais correct pour y participer.

     Pourquoi avez-vous voulu partir à l’étranger? J’ai décidé de faire un stage pour obtenir une expérience professionnelle à l’étranger et pour améliorer mon anglais. En effet, une expérience à l’étranger est extrêmement appréciée par les employeurs.

    Que voulez-vous faire aujourd’hui? En quoi cette expérience a-t-elle changé votre vie ? Je ne suis pas retournée en France après mon stage, j’ai continué à travailler pour Medway Council pendant 2 mois. J’ai réussi à avoir un contrat à la Commission Européenne peut de temps après donc on peut dire que mon stage aura été bénéfique. 

     Les choses que vous avez apprises professionnellement et personnellement

    J’ai travaillé sur un projet européen pendant 5 mois. J’ai appris énormément de choses. De plus, je suis beaucoup plus autonome et j’ai plus confiance en moi. Enfin, en 5 mois mon anglais s’est considérablement amélioré.

    Pourriez-vous nous raconter une anecdote, les choses qui vous ont marqué  tout au long de votre mobilité? Le stage en lui-même était génial, je n’étais pas considérée comme une stagiaire mais comme une employée, cela m’a permis d’apprendre énormément de choses et de trouver ma place. J’étais logée dans une maison avec la propriétaire. Tout s’est très bien passé, la dame a été super gentille et c’est essentiellement grâce à elle que mon anglais s’est amélioré. J’ai rencontré beaucoup de gens. Dès la première semaine, je suis sortie avec eux au pub. Certains d’entre eux sont devenus de vrais amis.

    GAPS_French_colour_SM

  • Eglantine, 5 mois à Brighton, UK

    GAPS Project/Programme Léonardo Da Vinci : « Un projet/programme sur mesure d’immersion totale, une sorte de « gap year intelligent ». 

    • Où avez-vous réalisé votre mobilité professionnelle?

    Brighton & Hove, Sussex, England

    •  Combien de temps a-t-elle duré ?

    5 mois

    • Quelle était votre mission pendant cette expérience ?

    Ma mission en tant qu’infographiste print & web a été de créer ou de mettre à jour la mise en page/le design de tous les docs marketing de l’entreprise, une petite start-up d’une dizaine de personne.

    •  Pourquoi avez-vous choisi de vous engager dans un tel projet ?

    Jeune diplômée, ne trouvant pas rapidement du travail en France par manque d’expérience (malgré de nombreux stages pratiques) et « trop jeune » aux yeux de certains employeurs, j’ai découvert l’A.D.I.C.E. à Roubaix qui a proposé de construire avec moi un projet intéressant et enrichissant de mobilité internationale. J’ai choisi de me lancer à l’aventure pour vivre une sorte de « gap year » de 5 mois entre la fin de mes études et l’entrée dans la vie active, avec une immersion totale dans le pays et la langue grâce au stage en entreprise qui est au cœur du projet et le logement en famille d’accueil.

     

    Le bilan de votre expérience

    • Pouvez-vous citer trois choses que cette expérience vous a apportées personnellement et professionnellement ?

    Cette expérience m’a beaucoup apporté, tant au niveau linguistique où j’ai vu ma progression en compréhension orale de l’Anglais de mois en mois, qu’au niveau professionnel où j’ai pu mettre en pratique ce que j’avais étudié sur les logiciels de gestion de contenu texte/images des sites internet. Et sur le plan personnel, j’ai pu voir que ça n’est pas si difficile que ça de s’intégrer dans un lieu où l’on ne connait personne en arrivant, mais ça reste plus facile de se faire des amis parmi les expat’ (expatriés) de toutes nationalités que de créer des liens d’amitié avec les « gens du cru ». Bref avant je ne cherchais du travail que dans ma région natale, maintenant je suis prête à bouger en France ou à aller beaucoup plus loin ! Les voyages forment la jeunesse ! 😉

    • De quoi êtes-vous le plus fier/la plus fière?

    De quoi suis-je la plus fière ? D’avoir osé ! Osé tenter l’expérience de partir, de voler de mes propres ailes, de prouver (à mes parents ;-)) que j’étais capable de vivre en adulte autonome et responsable. D’acheter des billets de train pour Londres au guichet en Anglais et d’y aller toute seule comme une grande sans me perdre dans la ville ! Toute fière aussi de pouvoir renseigner des Anglais dans la rue (un comble !).

    • Dans quelle mesure cette expérience peut-elle être utile dans votre vie future ?

    Cette expérience va venir enrichir mon C.V. à plusieurs niveaux (stage de 5 mois en tant que graphiste infographiste print & web d’une entreprise anglaise, au sein d’une équipe marketing, développement de mes compétences web, Anglais professionnel, mobilité, autonomie, ouverture d’esprit…).

    Cette première expérience positive de mobilité internationale va peut-être aussi me servir de tremplin vers d’autres aventures ! Pourquoi pas 1 an au Canada maintenant ?

    • Pourriez-vous nous raconter une anecdote, nous conter les choses qui vous ont marqué  tout au long de votre mobilité?

    Ce qui m’a surtout marqué pendant cette aventure, ça a été le premier matin de prendre le bus rouge anglais à deux étages avec tous les écoliers en uniforme impeccable et un petit garçon rouquin avec son chien comme dans Boule et Bill. Un vrai cliché/carte postale comme l’on voit dans nos manuels de cours d’Anglais ! Ensuite ce qui m’a aussi frappé, c’est l’écart qu’il y a entre la mode Anglaise et la mode Française ! Deux pays si proches et pourtant si différents en bien des points… L’Angleterre est vraiment un pays à part entre l’Europe et les États-Unis.

    companyname

  • Présentation cluster YES!

     

    Logo-final-YES-300x141L’objectif de ce cluster est de promouvoir les initiatives dans le domaine de l’inclusion sociale qui permettent d’améliorer l’employabilité des jeunes.   Le cluster va promouvoir trois projets du programme Interreg IV des 2 mers (GAPS, iLaebor, Villa Cross Media) qui ont proposé des approches différentes mais complémentaires afin d’aider les jeunes éloignés du marché du travail à acquérir des compétences professionnelles et sociales.

     

    Ce cluster est une opportunité de combiner les résultats de ces différentes projets, en proposant des possibilités de mobilités transfrontalière (stage ou volontariat) et du matériel éducatif innovant afin d’aider les jeunes à acquérir des savoirs non formels.

    Ce cluster combinera plusieurs outils en une seule boite à outils, que chaque organisation pourra utiliser afin de développer l’employabilité et les compétences des jeunes avec moins d’opportunités.  Cette boite à outils permettra d’établir des parcours vers l’emploi en offrant une orientation et des possibilités de mobilité aux jeunes désorientés ou mal orientés. Les outils de mobilité, pour la gestion administrative, financière et pédagogique des programmes de mobilité, seront identifiés et transférés entre les partenaires. Ils seront utilisés comme levier d’accès à l’emploi.

    Ces outils de mobilité seront mis en cohérence avec le matériel de formation développé par les partenaires afin de créer cette boite à outils complète, incluant les bonnes pratiques (coaching, orientation, tutorat, co-construction de projets avec les personnes avec moins d’opportunités) et les outils.

    Le groupe cible sera constitué de trois entités différentes :

    • Les jeunes sans emploi afin de les aider à être mobiles et de les préparer pour le marché du travail
    • Les organisations afin de leur permettre d’utiliser ces outils et d’envoyer les jeunes à l’étranger.
    • Les entreprises afin d’introduire le « diversity management »

    La promotion de ces outils se fera lors d’un grand événement organisé à Roubaix le 13 mai 2014, qui aura pour objectif de promouvoir les compétences informelles, l’apprentissage tout au long de la vie et la mobilité, qui améliorent l’employabilité et facilitent l’accès au marché du travail pour les jeunes.

    L’ADICE et ses partenaires publieront également une brochure offrant des témoignages, des parcours vers l’emploi et des bonnes pratiques. Le but sera également d’alimenter les politiques européennes avec les résultats du projet.

    Pour plus d’informations sur l’événement, vous pouvez contacter Fanny Dufréchou.

     

  • Evénement cluster YES!

    Le grand événement du Cluster YES! s’est déroulé hier à l’ENPJJ de Roubaix. Tout les partenaires ont répondu présents et de nombreux participants ont assisté aux conférences tout au long de la journée.039

    Le Maire de Roubaix, Guillaume Delbar, a ouvert la journée en parlant des fonds européens dont la région du Nord Pas de Calais a bénéficié  entre 2007 et 2013.

    042

    Madjouline Sbaï, Vice-présidente du Conseil régional en charge de la Citoyenneté, de la Coopération décentralisée et des Relations internationales, a rappelé en quelques mots l’importance du soutien à la mobilité internationale et à la formation des jeunes pour l’avenir de l’Union européenne.

    046

     

    La chef de la Représentation en France de la Commission européenne, Anne Houtman, a annoncé qu’entre Mars 2013 et mars 2014, environ 322 000 jeunes étaient sortis du chômage. L’Union européenne dispose d’un budget de plus de 14 milliards d’euros dédié au secteur de la Jeunesse pour la période 2014 – 2020. Elle a également remercier les partenaires du Cluster pour leur travail au quotidien : « Merci d’ouvrir pour les jeunes chômeurs le champ des possibles et la confiance grâce à la mobilité européenne! ».

     

    BngNZfOCUAAj4H6Eric Bouckaert, expert du VDAB, a évoqué le contexte du chômage des jeunes dans la région des 2 mers. Il a également présenté les actions entreprises par VDAB pour aider à l’orientation et à la formation des jeunes, et accompagner les demandeurs d’emploi.

    Bngd_JJIEAAHX-D

    Julien Talpin, chercheur au CNRS et professeur de Sciences Politiques à l’Université de Lille2, est revenu sur la notion d’empowerment et sur la façon dont ce concept renforce l’action des individus dans la société en leur donnant accès à des connaissances et au savoir.

     

    060Avant la pause déjeuner, Fanny Dufréchou, chargée de projets européens au sein de l’Adice, est revenu sur les objectifs et les résultats du Cluster YES! après avoir présenté tout les partenaires du projet.

    067

     

    Après le déjeuner, l’humoriste Ramzi Zerqane a fait rire l’assemblée en racontant son parcours international.

     

     

     

     

    L’Adice avec Djamel Benia, le partenaire anglais CSV représenté par Tonia Wilson, et le partenaire hollandais Scalda avec Tilly Stroo, ont témoignés sur la mobilité des jeunes, les stages et le volontariat. Clément Dupuis a animé la séance.
    Chacun des partenaires a pu présenter son fonctionnement, ses objectifs et ses méthodes pour soutenir et accompagner les jeunes dans leur parcours personnel et professionnel. Des jeunes de chaque association ont raconté leurs expériences personnelles de la mobilité et de ce qu’elle leur avait apporté par la suite.

    072

    Koen Provoost a conclu la journée en présentant le concept du « diversity management ». Selon lui, la communication 077est un facteur clé dans une entreprise. Il a également expliqué que l’on devait se concentrer sur les compétences des individus avant tout, et laisser de côté les préjugés lors de la formation ou de l’insertion professionnelle.

     

    Logo-final-YES-300x141

  • Publication cluster YES!

    Dans le cadre du programme INTERREG IVA 2 Mers, des acteurs institutionnels et associatifs français, anglais, néerlandais et belges, investis dans le soutien d’une jeunesse européenne en mouvement, ont travaillé main dans la main.

    Le Cluster Yes ! est une initiative transfrontalière destinée à promouvoir la mobilité des jeunes et leur inclusion sociale. Ces thèmes renvoient à la notion d’empowerment, comme une des clés de l’intégration  sociale et professionnelle des jeunes européens. Ce concept se fonde sur une jeunesse autonome et en capacité de faire des choix cruciaux pour son avenir.

    Autour de nouvelles initiatives européennes et de spécialistes de la question, les membres du Clusters Yes ! ont développé une méthodologie et des outils innovants dans le but de capitaliser des savoirs au service des jeunes européens et de leur insertion sur le marché du travail.

    Vous découvrirez dans cette publication les solutions concrètes mise en œuvre localement auprès d’un large public de jeunes, disponible en 3 langues et immédiatement en cliquant sur le lien suivant.

    PUBLICATION FR

     

    Logo-final-YES-300x141

  • Manuel pédagogique cluster YES!

    Logo-final-YES-300x141Lors de la phase 1 du cluster, les partenaires ont créé, partagé et utilisé au sein de leur organisation de nouveaux outils qu’ils considèrent comme des leviers favorisant l’intégration sociale et l’accès à l’emploi. Ces méthodes ont été appliquées et améliorées depuis de nombreuses années par les organisations du cluster, et ont démontré leur efficacité et leur influence positive sur les jeunes.

    Il restait cependant à permettre une utilisation plus fréquente de ces parcours alternatifs vers l’emploi, particulièrement importants au vu de la situation actuelle de la jeunesse.

    La méthode de travail décrite dans ce manuel vise à accroître les opportunités pour les jeunes éloignés du marché du travail, en les aidant à identifier et exploiter leurs compétences, ainsi qu’à réduire le chômage des jeunes en général. L’un des principaux objectifs est de diffuser et de généraliser ces méthodes de travail dans la zone des 2 Mers afin de regrouper des partenaires partageant les mêmes buts et les mêmes ambitions. Ceci peut contribuer à la création de nouveaux projets s’adressant aux jeunes de la zone des 2 Mers, en particulier dans le cadre du nouveau programme Interreg 2014-2020.

    Capture2

    Si votre structure a pour mission d’offrir des opportunités aux jeunes visant à combler le fossé entre le chômage et le marché du travail, vous serez certainement intéressé par les nouveaux outils éducatifs décrits dans ce manuel. Vous y trouverez divers instruments qui ont fait leurs preuves en termes d’efficacité, ainsi que des informations très pratiques sur pré-requis et exigences pour la mise en œuvre de ces méthodes.

    Le manuel (version néerlandaise version anglaise) facilite l’adoption des nouvelles méthodes et systèmes permettant de suivre leur engagement et leur progression. Cependant, les méthodes décrites sont utilisées par des organisations investies sur leurs territoires et qui ont été adaptées aux besoins et aux spécificités de leur groupe cible. Il s’agit de modèles d’action spécifiques – ou méthodes de travail – qui peuvent servir de modèles, mais l’importation de la méthode, d’une idée ou d’un concept implique un travail d’adaptation à votre structure, à votre pays, votre région, vos spécificités, etc.

    Si vous souhaitez intégrer l’une de ces méthodes pour la proposer à votre groupe cible, les 6 partenaires du Cluster YES! peuvent vous aider à traverser ces différentes étapes. Toutes les structures participant au cluster agissent en tant “qu’organisations de référence” et se tiennent à votre disposition pour vous assister tout au long du processus.

    N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’information et à consulter les vidéos qui illustrent les méthodes présentées dans le manuel pédagogique.

     

  • 1er séminaire e-Roma

    Fin mars 2014, le séminaire de lancement du projet eRoma Ressource a été réalisé en Slovénie. Ce séminaire était organisé par notre partenaire slovène RIC dans la ville de Novo Mesto.

    WP_20140328_008

    Le projet eRoma Ressource coordonné par la structure RIC et qui regroupe un consortium de 6 structures européennes (RIC et Kocevje en Slovénie, Mulikultura en Pologne, HZZ en Croatie, TRUNI en Slovaquie et l’ADICE en France) a pour objectif d’échanger, promouvoir et disséminer les pratiques et outils existants dans chacun des pays impliqués pour soutenir et accompagner la communauté Rom afin de favoriser son inclusion sociale et professionnelle. L’échange d’outils, méthodes et pratiques se concrétisera également par la création d’une plateforme en ligne ouverte à tous les acteurs travaillant dans le domaine de l’appui aux communautés Rom. Ce projet se déroulera sur une durée de 3 ans jusque fin 2016.

    WP_20140328_003

    Ainsi, ce séminaire de lancement a permis la rencontre entre tous les partenaires européens investis dans ce projet, le démarrage des premières activités et la définition des perspectives à venir. Plusieurs séminaires seront donc réalisés dans chacun des pays des partenaires de ce projet durant lesquels le consortium travaillera sur la création de la plateforme en ligne et l’échange des outils et pratiques utilisées dans chaque pays.

    llp_logo
    With the support of the Lifelong Learning Programme of the European Union

  • 1ère newsletter e-Roma

    Suite aux premières activités du projet européen eRoma Resource, l’ADICE en collaboration avec les autres partenaires du projet, a réalisé et diffusé largement la première eNewsletter du projet.

    Cette eNewsletter a été traduite en 6 langues (anglais, français, slovaque, slovène, croate et polonais) et diffusée à plus de 1200 contacts.

    Cette Newsletter a été disséminée vers les organisations de chaque pays impliqué dans ce projet (Slovénie, France, Slovaquie, Croatie, Pologne) afin que les structures intéressée par la thématique de l’appui et l’inclusion des communautés Rom puissent prendre connaissance de ce projet et y être également impliquées.

    Vous pouvez retrouver cette eNewsletter n°1 en suivant ce lien: http://us8.forward-to-friend.com/forward/show?u=9bfad7acde6e488bbed54b4fe&id=9f207ea20e

    Bonne lecture !!

  • 2ème newsletter e-Roma

    Le 31 octobre 2014, la deuxième eNewsletter du projet eRoma Resource, comme la première, a été envoyée à plus de 1200 destinataires dans 5 pays d’Europe. Cette deuxième newsletter a été traduite en français, anglais, slovène, slovaque, polonais et croate afin de pouvoir être diffusée largement dans chaque pays impliqué dans le projet.

    Cette 2ème newsletter fait état des activités réalisées dans le projet depuis août dernier mais également des initiatives et des évènements mis en place dans chacun des pays.

    Pour information, si vous travaillez dans le domaine de l’appui aux communautés Roms ou si vous connaissez des organisations travaillant dans ce domaine et que vous souhaitez vous aussi diffuser des actualités et initiatives intéressantes d’appui aux Communautés Roms, n’hésitez pas à contacter l’ADICE pour que nous puissions diffuser ces informations dans notre prochain Newsletter qui devrait être diffusée en Janvier 2015 !!

    Vous pouvez retrouver la deuxième newsletter en français en suivant ce lien : http://bit.ly/1FAgYqI

  • 2ème séminaire e-Roma, Slovaquie

    Dans le cadre du projet eRoma Resource, un deuxième séminaire de travail a eu lieu fin septembre 2014 pendant trois jours regroupant l’ensemble des partenaires.

    Dans le cadre du projet eRoma Resource, un deuxième séminaire de travail a eu lieu fin septembre pendant trois jours regroupant l’ensemble des partenaires. Ce séminaire a été l’occasion pour les partenaires de travailler sur des thématiques très précises. En effet, les chercheurs de chaque pays ont pu échanger sur différents aspects importants pour la bonne mise en œuvre de la plateforme en ligne. Cette plateforme vise à partager et disséminer les outils, méthodes et ressources d’appui aux communautés Roms en Europe.DSC_0104

    Ainsi, une session a porté sur les démarches pour la recherche auprès de professionnels de ce secteur dans chacun des pays. Cette étude vise à identifier leurs besoins et les obstacles qu’ils peuvent rencontrer dans leur travail (notamment au niveau de l’accès à des ressources dans différentes thématiques…). Une autre session a porté sur la structuration de la plateforme (les différentes pages, les thématiques sur le site internet…).

    Dans le même temps, les managers ont pu échanger sur les aspects administratifs, financiers et sur la planification des activités. Ce séminaire a permis d’avancer de manière efficace sur l’ensemble des activités prévues pour le projet eRoma Resource !!Project team in Trnava_September 2014

     

  • 3ème séminaire e-Roma, Pologne

    Dans le cadre du projet e-Roma Resource qui vise à créer une plateforme en ligne pour capitaliser les outils, documents ressources, bonnes pratiques et projets réalisés par des professionnels travaillant auprès des Roms dans toute l’Europe, un nouveau séminaire a été réalisé en Pologne, du 18 au 20 février 2015 à Cracovie accueilli par le partenaire polonais Multikultura.

    L’ADICE a participé à ce séminaire où furent présent Djamel BENIA, directeur de l’ADICE et Eudes BASTID, coordinateur du pôle mobilité. Ce temps de rencontre entre les 6 partenaires impliqués dans ce projet a permis d’avancer sur différents volets.

    e-RR project_Group photo_20. 2. 2015_3

    Tout d’abord, chaque partenaire a pu présenter les activités réalisées durant la première année du projet. L’ADICE, en tant que leader sur le volet « Dissémination » a pu présenter les résultats des activités de dissémination faites par l’ensemble des partenaires durant l’année 2014.

    Puis, deux groupes ont été constitués :
    –          un premier groupe composé des coordinateurs de chaque organisation a pu travailler sur la gestion globale du projet (planification des activités, identification d’activités supplémentaires, suivi budgétaire…).

    –          Un deuxième groupe composé des « chercheurs » a pu travailler de manière approfondie sur la construction de la plateforme e-RR en ligne. Ainsi plusieurs aspects ont été décidés (type de ressources, format de présentation de celles-ci, description des parties consacrées à la situation des Roms dans chaque pays, traductions de la plateforme…)

    Ainsi, ce séminaire très constructif a donné l’opportunité à chaque partenaire d’avancer de manière conséquente sur les activités dans le cadre très agréable de la ville de Cracovie.

    En attendant la version finale de la plateforme en ligne e-RR, vous pouvez retrouver une première version temporaire en suivant ce lien : http://project-err.splet.arnes.si/

  • 3ème newsletter e-Roma

    Pour tout savoir sur l’évolution des activités du projet e-Roma Resource ces derniers mois,

    Pour connaitre des dernières initiatives innovantes et des projets réalisés aux quatre coins de l’Europe (France, Pologne, Croatie, Slovénie, Slovaquie) pour favoriser l’inclusion des Roms,

    Pour avoir une première idée de la plateforme en ligne e-RR qui sera créée cette année et qui permettra à tous les acteurs travaillant avec les Roms de découvrir et partager des outils et bonnes pratiques…

    …n’hésitez pas à consulter la nouvelle e-Newsletter publiée en ce début d’année 2015 en suivant ce lien : http://urlz.fr/1CZf

  • Formation internationale à la plateforme e-Roma

    Parmi les organisations et associations présentes à cette réunion, on recense le Centre Régional de Documentation et d’Information pour le Développement et la Solidarité Internationale (CRDTM), La Ligue des Droits de l’Homme (LDH) et le Collectif Roms de Tourcoing. Quatre étudiants en journalisme à l’Université Catholique de Lille ont assisté également à la formation dans le cadre d’un reportage sur la situation des communautés roms.

    Eudes Bastid, le coordinateur du Pôle Mobilité de l’ADICE, a animé cette formation à la plateforme en cohérence avec le calendrier du projet « e-Roma Resource » pour une meilleure inclusion et intégration des communautés roms dans nos sociétés qui prévoit le déploiement prochain, courant 2015, de cette interface.

    Présentation de la plateforme e-Roma
    Cette plateforme est un outil novateur qui a pour objectif de faire partager les méthodes et outils de travail de diverses associations locales dans chacun des pays partenaires au projet e-Roma Resource : la France, la Slovénie, la Slovaquie, la Pologne et la Croatie.

    Elle sera consultable par tous. Elle constituera  une source d’informations inépuisable avec l’ajout constant de nouvelles ressources. Cette plateforme représente un levier de promotion inédit des actions et activités des diverses organisations, institutions et autres structures impliquées sur les questions relatives aux Roms. Elle offrira de plus une compréhension utile sur le paysage local associatif parfois inintelligible en raison de la multiplicité et diversité des acteurs. Le détail des missions et projets de chaque organisme local travaillant sur ou avec les communautés roms figurera ainsi sur cette future plateforme. Cela pourrait conduire à une harmonisation des initiatives locales portant sur les Roms.

    La plateforme entend également favoriser l’échange de meilleures pratiques voire même encourager le développement de partenariats transnationaux des activités en faveur des communautés roms. En outre, elle offrira une visibilité inédite sur les projets réalisés et les prochaines activités en cours de réalisation. Cette plateforme permettra la diffusion de tout type de support : conférences, expositions, supports audio et vidéo, supports pédagogiques, rapports, articles, etc. L’ADICE assurera le rôle de médiateur avant toute diffusion publique de toute nouvelle information sur la plateforme.

    Au vu de ces objectifs de diffusion et d’information, l’implication d’acteurs locaux dans le fonctionnement de la plateforme est indispensable afin d’assurer sa pérennité et son efficience sur le long terme.

    Bilan de la formation

    – Au-delà de la teneur pédagogique de la formation, celle-ci visait également à recueillir les commentaires des futurs utilisateurs et bénéficiaires de cette plateforme.

    Parmi les remarques qui sont remontées figuraient celle de l’importance d’inclure les liens des sites des diverses associations locales sur la plateforme.

    De plus, les personnes participantes ont indiqué qu’elles relaieraient toutes les informations sur cette plateforme à leur réseau de contacts.

    En raison de ce rôle important de dissémination, l’ADICE a présenté la newsletter du projet e-Roma Resource qui promeut régulièrement les nouvelles activités menées au niveau local dans chacun des pays partenaires. Actuellement, nous recensons plus de 1000 abonnés à cette newsletter. Cette newsletter est traduite dans les cinq langues des partenaires au projet.

    [1] Vous pouvez retrouver un résumé succinct du projet en cliquant sur le lien suivant : http://www.adice.asso.fr/?p=3524

    Pour plus d’informations, vous pouvez également vous rendre sur le site officiel du projet (en anglais) : http://project-err.splet.arnes.si/news/

  • 4ème newsletter e-Roma

    Au mois de mai 2015, l’ADICE et l’ensemble des partenaires du projet e-Roma Resource ont créé et publié la 4ème e-Newsletter du projet.

    Ainsi,

    Pour tout savoir sur l’évolution des activités du projet e-Roma Resource ces derniers mois,

    Pour connaitre des dernières initiatives innovantes et des projets réalisés aux quatre coins de l’Europe (France, Pologne, Croatie, Slovénie, Slovaquie) pour favoriser l’inclusion des Roms,

    Pour avoir une première idée de la plateforme en ligne e-RR qui sera créée cette année et qui permettra à tous les acteurs travaillant avec les Roms de découvrir et partager des outils et bonnes pratiques,

    Pour en savoir plus sur la Célébration Internationale de la Journée des Roms à Paris,

    Pour en savoir plus sur l’inclusion des roms dans le système éducatif en Slovénie, et les outils innovants en Croatie…

    …n’hésitez pas à consulter la nouvelle e-Newsletter publiée en ce mois de mai 2015 en suivant ce lien : http://bit.ly/1SBCjJx

  • 4ème séminaire e-Roma, Roubaix

    Ce séminaire européen de mai 2015 avait une saveur particulière au vu des échéances fixées, le projet e-Roma se terminant fin décembre 2015. Chaque partenaire avait bien conscience des enjeux de ces deux journées de coopération et de concertation pour planifier au mieux les activités des tout derniers mois mais également pour prévoir le suivi de l’activité de la plateforme après la fin officielle du projet. L’objectif de pérennisation de l’outil développé dans le cadre d’e-Roma, la plateforme, est indéniable. Il doit servir de manière durable et efficiente aux professionnels engagés auprès des communautés roms que ce soit au niveau local, régional, national voire européen.

    eRR group picture

    Le séminaire a été divisé en deux temps :

    Dans un premier temps, les partenaires se sont retrouvés pour dresser un bilan des activités accomplies et revenir sur le rapport intermédiaire d’évaluation de la Commission européenne, par ailleurs très positif, afin de préparer au mieux le lancement prochain de la plateforme. Chaque partenaire a également présenté les pages relatives à la situation des Roms sur son territoire. Cette présentation thématique aborde plusieurs thèmes tels que l’éducation, la culture, l’histoire, les institutions (organisations internationales et organisations non gouvernementales), la santé, l’emploi, etc. Le but de cet exercice était d’harmoniser la topographie et l’architecture de la plateforme.

    Dans un second temps, les partenaires se sont réunis pour établir un plan de dissémination et de durabilité. Il a été question de réaliser plusieurs ateliers ainsi que d’animer des « world café » dans le dessein de faire connaître la plateforme au plus grand nombre de professionnels et d’organismes spécialisés sur la thématique des Roms.

    A la suite de ce séminaire, chaque partenaire travaille actuellement à la construction et au renforcement de ses contacts avec les divers acteurs locaux, régionaux et nationaux présents sur son territoire afin de promouvoir les projets mis en œuvre (ou en cours d’exécution) sur les Roms. Cela permet à la plateforme de se positionner en tant que base de données incontournable pour les personnes travaillant avec/sur les Roms, qui pourront par la suite échanger et élaborer de nouvelles activités en commun.

    L’ADICE a ainsi présenté le 29 mai lors d’une réunion d’information avec des acteurs locaux du secteur de la jeunesse et de la mobilité internationale (Direction Jeunesse de la ville de Tourcoing, Centre Social Imagine Mons en Baroeul, Mission locale Métropole Est, France Nord Transparence) la plateforme transnationale en ligne eRoma.

  • Présentation du projet e-Roma, Palerme

    Dans le cadre de nos programmes européens, l’ADICE coordonne un projet visant à créer une plateforme en ligne auprès d’acteurs européens de la mobilité et de l’inclusion.

    Au sein de ce programme, plusieurs séminaires se déroulent en France, Pologne, Italie, Pays – Bas et Espagne.

    Ainsi, dans le cadre du 3ème séminaire de ce projet qui s’est déroulé les 29 et 30 juin 2015 à Palerme, Italie, l’ADICE a eu l’occasion de présenter ce projet pour lequel elle est partenaire : le projet e-Roma Resource.

    En effet, Eudes BASTID, coordinateur du pôle mobilité pour l’association ADICE a eu l’opportunité durant ce séminaire de présenter le projet ainsi que la plateforme en ligne e-RR.

    Cet outil a donc pu être présenté à des représentants de 5 structures européennes en explicitant les différentes informations et ressources disponibles sur la plateforme e-RR, l’utilisation de cet outil et les objectifs du projet.

    Les personnes ayant assisté à cette présentation ont semblé très intéressées par la forme et le contenu de cette plateforme qui semble être un outil pertinent et facile d’utilisation dans le cadre des activités de soutien aux communautés roms.

    La plateforme e-RR est désormais accessible à tous en suivant ce lien : www.eromaresource.com

  • Plateforme e-Roma ouverte

    Dans le cadre du projet e-Roma Resource, les partenaires du projet ont pu travailler depuis plus d’un an et demi à l’analyse des besoins puis la création d’une plateforme en ligne (format site internet) permettant de capitaliser et partager les outils et méthodes visant à soutenir l’inclusion des communautés roms.

    Après différents séminaires de travail pour créer et inclure toutes les informations nécessaires sur cette plateforme e-RR, celle-ci a pu être mise en ligne et ouverte au public début Juillet.

    Vous pouvez avoir accès à cette plateforme en suivant ce lien : http://www.eromaresource.com

    Cette plateforme est constituée de différentes parties :

    Une partie expliquant la situation des Roms (au niveau de l’éducation, la situation économique, la santé, la culture…) en Europe.

    D’autres pages de cette plateforme e-RR sont consacrées à la présentation de la situation des roms dans chacun des pays européens impliquée dans ce programme (en Slovénie, Slovaquie, Pologne, Croatie et en France).

    A noter que l’ensemble de ces pages peuvent être accessible en anglais et dans la langue locale de chaque pays.

    De plus, pour chaque pays, un onglet est destiné à la mise en ligne de projets réalisés en lien avec les communautés roms. Cet espace est ouvert à tous. Ainsi, toutes les structures ayant réalisé des projets de soutien avec les roms peuvent les présenter sur cette page afin qu’ils soient publiés sur le site et partager avec d’autres organisations.

    Une autre partie de cette plateforme est consacrée au partage de ressources permettant d’accompagner les communautés roms. Cette partie est présentée sous la forme d’une « bibliothèque en ligne » ainsi les ressources peuvent être retrouvées selon différents filtres (niveau géographique, domaines, mots clés…). Les ressources disponibles sont issues de plusieurs pays européens.

    Enfin, une dernière partie est dédiées aux actualités du projet e-Roma Resource mais aussi d’autres activités menées par différents acteurs agissant toujours dans le soutien des communautés roms.

  • Migrants: Agir et réflechir à son échelle

    Il s’agit de faire une sélection de publications sur la question des migrants et des frontières dans l’Union européenne. En parallèle, l’Adice agit dans l’intégration des populations en tant qu’association engagée. Elle participe dans ce cadre à deux projets européens visant à une meilleure intégration des femmes issues de l’immigration et des populations roms.

    Intégration
    L’Adice est impliquée dans deux projets ayant pour objectif d’intégrer les réfugiés de première ou de deuxième génération:
    I’m Active
    Ce projet a pour objectif d’augmenter l’employabilité des femmes issues de l’immigration entre 20 et 64 ans en Europe. Il cherche à améliorer leur niveau de compétences, les rendant ainsi plus compatibles aux besoins du marché du travail et de la société en général.
    e-Roma Resource
    Le but principal du projet e-RR est de promouvoir, disséminer et échanger le travail réalisé dans le domaine de l’inclusion des Roms depuis différentes sources. Il s’agit de se fonder sur l’expérience et les bonnes pratiques déjà existantes.

    En outre, voici des sites internet et une publication qui peuvent vous permettre de mieux cerner la question de l’intégration:
    Le portail européen sur l’intégration
    Un portail recensant de très nombreuses informations sur l’intégration en général en Europe.
    Statistiques sur l’intégration des migrants (en anglais) en ligne
    Une publication sur les chiffres liés à l’intégration des migrants dans l’Union européenne.
    Site du Haut Commissariat aux réfugiés
    Pas européen, mais une source d’information essentielle pour comprendre l’ensemble les enjeux liés aux réfugiés

    Frontières
    La question des frontières est extrèmement sensible, voici quelques documents pour s’informer:
    Frontex: 12 seconds to decide (en anglais) – Consultable sur place à Roubaix ou en ligne
    Une publication qui a pour vocation à expliquer comment Frontex, l’agence européenne de protection des frontières, cherche à atteindre ses objectifs. La publication est particulièrement intéressante pour sa documentation riche agrémentée d’infographies et de photos.
    Les droits fondamentaux aux frontières terrestres (en anglais, résumé en français) (publication intégrale) (résumé)
    Une publication dotée d’une variété impressionnante d’informations de l’Agence européenne des Droits fondamentaux. Elle fait un état des lieux des conditions d’accueil des migrants aux frontières et du respect ou non de leurs droits.

    L’Europe a en outre débloqué 2,4 milliards d’euros pour gérer les migrations: http://europa.eu/rapid/press-release_IP-15-5483_fr.htm

    L’Aide extérieure de l’Union européenne
    Les flux migratoires sont avant tout liés au problèmes que rencontrent les populations dans leurs pays. L’Union européenne agit en tant que premier acteur d’aide au développement mondial:
    L’aide humanitaire en un coup d’oeil – en ligne et dans votre centre Europe Direct à Roubaix

  • Atelier: « intégration des roms en France »

    L’ADICE a décidé d’organiser un atelier sur les « Moyens d’intégration des Roms en France et en Europe » afin de réunir plusieurs acteurs associatifs œuvrant à l’intégration des Roms pour leur introduire un outil de travail créé spécialement à leur intention : la plateforme en ligne eRoma développée dans le cadre du projet européen eRoma Resource et officiellement lancée cet été.

    Parmi les participants, se trouvaient un chef de projet du Réseau Romá, une chargée de projets  d’Habitat Cité spécialisée dans l’accès aux droits du public roumanophone, le Directeur du dispositif Aréas et de La Sauvegarde du Nord, le Directeur (et également animateur) de l’association francolombienne MENEGUA, le Directeur de SOLIHA Douaisis ainsi qu’un étudiant en sociologie.

    Ce panel hétéroclite d’associations était délibérément recherché afin de favoriser les échanges entre des acteurs intervenant dans divers secteurs d’activités avec les communautés roms : l’accès au logement, l’insertion économique et sociale, l’organisation d’activités pédagogiques et ludiques auprès d’enfants roms, etc. En effet, l’intégration des Roms englobe plusieurs aspects qui requièrent un partage de connaissances et d’expériences entre des personnes possédant des expertises spécifiques et complémentaires.

    Cet atelier a également favorisé le partage de projets développés auprès d’un public rom. La présentation de certains projets a suscité l’intérêt d’autres intervenants qui ont manifesté leur désir de collaborer pour organiser des activités conjointes.

    Le dialogue entre les professionnels impliqués sur l’intégration des Roms est l’une des priorités du projet eRoma Resource et de fait, de la plateforme eRoma qui cherche à sensibiliser sur l’importance de collaborer et d’échanger des bonnes pratiques pour soutenir les activités et projets auprès des communautés roms.

    La valeur ajoutée de la plateforme eRoma

    Cette plateforme a pour objectifs de favoriser les échanges et transferts de meilleures pratiques entre professionnels du secteur par l’utilisation de différents outils, documents, pratiques déjà existantes et d’en promouvoir les résultats. Conformément à ce dessein, elle est ouverte à tous et rassemble des informations actualisées sur la situation des Roms pour permettre la construction de projets plus efficients.

    Elle décline les informations par pays avec une organisation thématique sur la situation des Roms (santé, logement, emploi, éducation, culture, histoire, etc.). Sur la plateforme, vous pouvez trouver des documents écrits et vidéos sur les Roms : règlements, articles de recherche, expositions, outils pédagogiques et autres.

    Vous pouvez accéder à toutes les ressources de la plateforme en vous rendant sur le site Internet suivant :   http://www.eromaresource.com/?language=fr

    La plateforme permet de combler le manque de visibilité sur le tissu associatif et institutionnel des organisations et organismes actifs sur la thématique des Roms au niveau local, national et européen qui entraîne une absence de coordination des acteurs et par conséquent des projets menés en faveur de l’intégration de ces communautés.

    La plateforme est un outil vivant car constamment alimenté et actualisé par ses utilisateurs qui peuvent ainsi ajouter des sources et des projets en ligne. Ceux-ci sont bien évidemment validés par les administrateurs (qui sont les organisations partenaires du projet eRoma Resource) avant leur publication sur la plateforme.

    La plateforme est disponible en français, anglais, croate, slovaque, slovène et polonais.

    Elle est donc un outil de travail et de promotion important pour toute personne active dans l’intégration des communautés roms.

    Cet aspect n’est d’ailleurs pas passé inaperçu par les participants à l’atelier « Moyens d’intégration des Roms en France et en Europe » qui ont exprimé lors de leur évaluation de la plateforme eRoma la volonté d’utiliser ce nouvel outil dans leur travail quotidien auprès des Roms.

    Vous retrouverez l’invitation au format PDF à l’adresse suivante : Invitation à l’Atelier Moyens d’intégration des Roms en France et en Europe

     

  • Meeting: Experiences for successful Roma inclusion

    Les 26 et 27 novembre, les coordinateurs du projet eRoma Resource, le Centre de Formation et d’Education Novo mesto, ont organisé une conférence internationale intitulée « Broaden Horizons-Networks and Experiences for successful Roma inclusion » (Elargissez vos horizons-Réseaux et expériences pour une intégration réussie des Roms) en Slovénie à Dolenjske Toplice. Au total, plus de 200 acteurs associatifs et représentants d’organes institutionnels et gouvernementaux ont participé à cet évènement de grande envergure.

    La conférence avait pour objectif de renforcer la coopération entre les diverses personnes engagées dans des actions d’intégration des communautés roms en Europe. En effet, plusieurs intervenants ont souligné le problème du manque d’informations sur le travail et les actions menées avec les Roms que ce soit au niveau local, national et international. Aussi la conférence était-elle structurée de telle manière à multiplier et faciliter les échanges et la rencontre de nouveaux acteurs voire de potentiels partenaires grâce à la mise en place d’activités telles que le marché aux projets.

    Parmi les invités français à la conférence (vous pouvez retrouver une courte biographie de chacun d’entre eux en cliquant sur le lien suivant : http://www.adice.asso.fr/?p=5855), la majorité d’entre eux ont pris part au marché aux projets afin de présenter leurs activités et de partager leurs outils de travail. Par ailleurs, leur rencontre les a conduits à considérer les points forts et les points faibles de leurs activités : communication dans les médias, constitution de partenariats, relations avec les offices gouvernementaux et institutionnels, recherche de financements, etc.

    Outre la création de nouveaux contacts et le développement des réseaux partenariaux, les organisateurs ont favorisé la présentation des résultats de différents projets menés dans les Etats membres de l’Union européenne afin de faire ressortir les meilleures pratiques et ainsi pouvoir in fine impacter sur les politiques mises en place sur les communautés roms. Cela émane du constat des disparités entre les mesures fixées par les politiques étatiqueset leur mise en œuvre concrète sur le terrain.

    La présentation de projets a permis de souligner la similarité des problèmes et enjeux identifiés par chacun malgré un contexte et une situation géographique différente. Si le développement et la généralisation de mesures d’intégration des Roms n’est ni envisageable ni même souhaitable, ces analogies incitent cependant au partage et à l’échange des meilleures pratiques afin d’assurer la durabilité des projets mis en place avec les communautés roms.

    Parmi les projets présentés, le projet européen eRoma Resource a bien évidemment été abordé avec une démonstration du principal produit : la plateforme transnationale en ligne eRoma Resource.  Cet outil répond au manque d’informations et de coopération entre les divers acteurs. On peut ainsi retrouver sur cette plateforme plus de 270 projets menés en Europe et plus de 1400 ressources écrites et audiovisuelles (législations, travaux de recherche, outils pédagogiques, etc.). Interactive, elle est autant un espace d’échanges entre professionnels et intéressés qu’un espace d’informations d’une ampleur inédite.

    Nous vous invitons à vous rendre sur cette plateforme en cliquant sur le lien suivant :  http://www.eromaresource.com/?language=fr

    Lors de cette conférence, le rôle de l’Union européenne a également été abordé avec le détail des programmes ouverts au financement de projets menés en lien avec les communautés roms. Il a été précisé qu’il n’existe plus de projets spécifiques sur les Roms pour éviter toute discrimination positive. Toutefois, il est toujours possible de proposer des projets visant à l’intégration des Roms. C’est notamment envisageable dans le cadre du nouvel appel à projets de décembre 2015 du programme Erasmus+ sur la mise en œuvre de la Déclaration de Paris sur la promotion de la citoyenneté.

    Bien que l’Union européenne ne soit pas l’acteur le plus pertinent dans le domaine de l’intégration des Roms, elle n’en est pas moins un acteur important avec un fort pouvoir d’incitation vis-à-vis des Etats membres (on peut notamment citer le cadre européen commun pour l’élaboration des stratégies nationales d’intégration des Roms). Cependant, il est reconnu que les meilleurs niveaux d’intégration des Roms se font à l’échelon local ou national. L’association des acteurs de la société civile est donc primordiale. Rassembler ces mêmes acteurs semble alors être un instrument d’influence sur les politiques mises en œuvre dans le domaine de l’intégration des Roms.

    Un recueil avec les descriptifs des projets et les contacts des personnes responsables sera ainsi prochainement constitué et diffusé par les organisateurs de la conférence.

  • Invités français e-Roma, Slovénie

    Les 26 et 27 novembre, les coordinateurs du projet eRoma Resource, le Centre de Formation et d’Education Novo mesto, ont organisé une conférence internationale intitulée « Broaden Horizons-Networks and Experiences for successful Roma inclusion » (Elargissez vos horizons-Réseaux et expériences pour une intégration réussie des Roms) en Slovénie à Dolenjske Toplice. Au total, plus de 200 acteurs associatifs et représentants d’organes institutionnels et gouvernementaux ont participé à cet évènement de grande envergure.

    La conférence avait pour objectif de renforcer la coopération entre les diverses personnes engagées dans des actions d’intégration des communautés roms en Europe. En effet, plusieurs intervenants ont souligné le problème du manque d’informations sur le travail et les actions menées avec les Roms que ce soit au niveau local, national et international. Aussi la conférence était-elle structurée de telle manière à multiplier et faciliter les échanges et la rencontre de nouveaux acteurs voire de potentiels partenaires grâce à la mise en place d’activités telles que le marché aux projets.

    Parmi les invités français à la conférence (vous pouvez retrouver une courte biographie de chacun d’entre eux en cliquant sur le lien suivant : http://www.adice.asso.fr/?p=5855), la majorité d’entre eux ont pris part au marché aux projets afin de présenter leurs activités et de partager leurs outils de travail. Par ailleurs, leur rencontre les a conduits à considérer les points forts et les points faibles de leurs activités : communication dans les médias, constitution de partenariats, relations avec les offices gouvernementaux et institutionnels, recherche de financements, etc.

    Outre la création de nouveaux contacts et le développement des réseaux partenariaux, les organisateurs ont favorisé la présentation des résultats de différents projets menés dans les Etats membres de l’Union européenne afin de faire ressortir les meilleures pratiques et ainsi pouvoir in fine impacter sur les politiques mises en place sur les communautés roms. Cela émane du constat des disparités entre les mesures fixées par les politiques étatiqueset leur mise en œuvre concrète sur le terrain.

    La présentation de projets a permis de souligner la similarité des problèmes et enjeux identifiés par chacun malgré un contexte et une situation géographique différente. Si le développement et la généralisation de mesures d’intégration des Roms n’est ni envisageable ni même souhaitable, ces analogies incitent cependant au partage et à l’échange des meilleures pratiques afin d’assurer la durabilité des projets mis en place avec les communautés roms.

    Parmi les projets présentés, le projet européen eRoma Resource a bien évidemment été abordé avec une démonstration du principal produit : la plateforme transnationale en ligne eRoma Resource.  Cet outil répond au manque d’informations et de coopération entre les divers acteurs. On peut ainsi retrouver sur cette plateforme plus de 270 projets menés en Europe et plus de 1400 ressources écrites et audiovisuelles (législations, travaux de recherche, outils pédagogiques, etc.). Interactive, elle est autant un espace d’échanges entre professionnels et intéressés qu’un espace d’informations d’une ampleur inédite.

    Nous vous invitons à vous rendre sur cette plateforme en cliquant sur le lien suivant :  http://www.eromaresource.com/?language=fr

    Lors de cette conférence, le rôle de l’Union européenne a également été abordé avec le détail des programmes ouverts au financement de projets menés en lien avec les communautés roms. Il a été précisé qu’il n’existe plus de projets spécifiques sur les Roms pour éviter toute discrimination positive. Toutefois, il est toujours possible de proposer des projets visant à l’intégration des Roms. C’est notamment envisageable dans le cadre du nouvel appel à projets de décembre 2015 du programme Erasmus+ sur la mise en œuvre de la Déclaration de Paris sur la promotion de la citoyenneté.

    Bien que l’Union européenne ne soit pas l’acteur le plus pertinent dans le domaine de l’intégration des Roms, elle n’en est pas moins un acteur important avec un fort pouvoir d’incitation vis-à-vis des Etats membres (on peut notamment citer le cadre européen commun pour l’élaboration des stratégies nationales d’intégration des Roms). Cependant, il est reconnu que les meilleurs niveaux d’intégration des Roms se font à l’échelon local ou national. L’association des acteurs de la société civile est donc primordiale. Rassembler ces mêmes acteurs semble alors être un instrument d’influence sur les politiques mises en œuvre dans le domaine de l’intégration des Roms.

    Un recueil avec les descriptifs des projets et les contacts des personnes responsables sera ainsi prochainement constitué et diffusé par les organisateurs de la conférence.

  • Conférence finale E-Roma, Slovénie

    Les 26 et 27 novembre, les coordinateurs du projet eRoma Resource, le Centre de Formation et d’Education Novo mesto, ont organisé une conférence internationale intitulée « Broaden Horizons-Networks and Experiences for successful Roma inclusion » (Elargissez vos horizons-Réseaux et expériences pour une intégration réussie des Roms) en Slovénie à Dolenjske Toplice. Au total, plus de 200 acteurs associatifs et représentants d’organes institutionnels et gouvernementaux ont participé à cet évènement de grande envergure.

    La conférence avait pour objectif de renforcer la coopération entre les diverses personnes engagées dans des actions d’intégration des communautés roms en Europe. En effet, plusieurs intervenants ont souligné le problème du manque d’informations sur le travail et les actions menées avec les Roms que ce soit au niveau local, national et international. Aussi la conférence était-elle structurée de telle manière à multiplier et faciliter les échanges et la rencontre de nouveaux acteurs voire de potentiels partenaires grâce à la mise en place d’activités telles que le marché aux projets.

    Parmi les invités français à la conférence (vous pouvez retrouver une courte biographie de chacun d’entre eux en cliquant sur le lien suivant : http://www.adice.asso.fr/?p=5855), la majorité d’entre eux ont pris part au marché aux projets afin de présenter leurs activités et de partager leurs outils de travail. Par ailleurs, leur rencontre les a conduits à considérer les points forts et les points faibles de leurs activités : communication dans les médias, constitution de partenariats, relations avec les offices gouvernementaux et institutionnels, recherche de financements, etc.

    Outre la création de nouveaux contacts et le développement des réseaux partenariaux, les organisateurs ont favorisé la présentation des résultats de différents projets menés dans les Etats membres de l’Union européenne afin de faire ressortir les meilleures pratiques et ainsi pouvoir in fine impacter sur les politiques mises en place sur les communautés roms. Cela émane du constat des disparités entre les mesures fixées par les politiques étatiqueset leur mise en œuvre concrète sur le terrain.

    La présentation de projets a permis de souligner la similarité des problèmes et enjeux identifiés par chacun malgré un contexte et une situation géographique différente. Si le développement et la généralisation de mesures d’intégration des Roms n’est ni envisageable ni même souhaitable, ces analogies incitent cependant au partage et à l’échange des meilleures pratiques afin d’assurer la durabilité des projets mis en place avec les communautés roms.

    Parmi les projets présentés, le projet européen eRoma Resource a bien évidemment été abordé avec une démonstration du principal produit : la plateforme transnationale en ligne eRoma Resource.  Cet outil répond au manque d’informations et de coopération entre les divers acteurs. On peut ainsi retrouver sur cette plateforme plus de 270 projets menés en Europe et plus de 1400 ressources écrites et audiovisuelles (législations, travaux de recherche, outils pédagogiques, etc.). Interactive, elle est autant un espace d’échanges entre professionnels et intéressés qu’un espace d’informations d’une ampleur inédite.

    Nous vous invitons à vous rendre sur cette plateforme en cliquant sur le lien suivant :  http://www.eromaresource.com/?language=fr

    Lors de cette conférence, le rôle de l’Union européenne a également été abordé avec le détail des programmes ouverts au financement de projets menés en lien avec les communautés roms. Il a été précisé qu’il n’existe plus de projets spécifiques sur les Roms pour éviter toute discrimination positive. Toutefois, il est toujours possible de proposer des projets visant à l’intégration des Roms. C’est notamment envisageable dans le cadre du nouvel appel à projets de décembre 2015 du programme Erasmus+ sur la mise en œuvre de la Déclaration de Paris sur la promotion de la citoyenneté.

    Bien que l’Union européenne ne soit pas l’acteur le plus pertinent dans le domaine de l’intégration des Roms, elle n’en est pas moins un acteur important avec un fort pouvoir d’incitation vis-à-vis des Etats membres (on peut notamment citer le cadre européen commun pour l’élaboration des stratégies nationales d’intégration des Roms). Cependant, il est reconnu que les meilleurs niveaux d’intégration des Roms se font à l’échelon local ou national. L’association des acteurs de la société civile est donc primordiale. Rassembler ces mêmes acteurs semble alors être un instrument d’influence sur les politiques mises en œuvre dans le domaine de l’intégration des Roms.

    Un recueil avec les descriptifs des projets et les contacts des personnes responsables sera ainsi prochainement constitué et diffusé par les organisateurs de la conférence.

  • Présentation du projet E-Roma

    logo

    L’objectif principal du projet e-RR est de promouvoir, diffuser et échanger des travaux et pratiques réalisées dans le domaine de l’intégration des Roms provenant de sources différentes. Le partenaire du consortium veut s’appuyer sur l’expérience et les bonnes pratiques existantes qui ont été entreprises par de nombreuses organisations, institutions, autorités et autres parties prenantes.

    Le résultat du projet sera une plate-forme en ligne transnationale d’éducation et d’information, destinée aux éducateurs,  promoteurs de projets, les professionnels, les décideurs, les parties prenantes et les communautés roms, en fonction de leurs besoins.

    Les objectifs du projet sont:

    – Sensibiliser sur l’importance de la collaboration et l’échange des bonnes pratiques dans le domaine,
    – Construire une plate-forme en ligne destinée à informer les personnes et organisations d’Europe intéressées par les projets éducatifs, les politiques et actions dans le domaine de l’éducation et de la formation des Roms,
    – Améliorer l’utilisation des différents outils déjà conçus, collecter ces outils, les présenter et les via la plate-forme en ligne,
    – Présenter les bonnes pratiques d’éducation et de formation, les politiques et autres documents pertinents dans le domaine de l’éducation et de la formation des Roms,
    – Diffuser et évaluer les bonnes pratiques de l’éducation,
    – Transférer les bonnes pratiques entre les différents partenaires de l’UE.

    Le consortium de ce projet e-RR se compose de 6 partenaires, chaque partenaire coordonne une activité précise. Les partenaires du projet e-RR sont:
    Razvojno izobraževalni centre Novo mesto, en Slovénie (partenaire coordinateur principal du projet, le chef de l’activité 1: Gestion et coordination; http://www.ric-nm.si/si/),
    Trnavska univerzita, Slovaquie (leader de l’activité 2: identification et analyse de la situation; http://www.truni.sk/),
    – L’Union des associations Multikultura, Pologne (leader de l’activité 3: mise en œuvre de la plate-forme en ligne; http://multikultura.manifo.com/),
    ADICE – Association pour le Développement des initiatives citoyennes et Européennes, la France (leader de l’activité 4: Diffusion; http://www.adice.asso.fr/),
    Ljudska Univerza Kočevje, Slovénie (leader de l’activité 5: Exploitation; http://www.lu-kocevje.si/),
    Hrvatski zavod za zapošljavanje, Podružni ureD Karlovac, Croatie (leader de l’activité 6: l’assurance de la qualité et de l’évaluation; http://www.hzz.hr/default.aspx?id=10372).

    llp_logo

    Le projet E-RR est co-financé par le programme Lifelong Learning pour un montant de 398 639€, la part de co-financement par l’Union européenne est de 75%. Le programme durera de Janvier 2014 à Décembre 2015.

  • « Train the trainers’ course », Slovénie

    Dans le cadre du projet I’m active + dont l’objectif est d’augmenter l’employabilité des femmes entre 20 et 64 ans issues de l’immigration, une semaine de formation à destination des formateurs a eu lieu du 12 au 18 avril à Nova Gorica en Slovénie, organisée par le partenaire LUNG.

    photo de groupe

    L’ADICE a pris part à cette semaine de formation, où étaient présentes Laureline TAN, chargée de projets à l’ADICE, Capucine DEL MEDICO et Betty FRADIN, toutes deux volontaires en Service Civique au sein de l’ADICE. Les 5 partenaires ont pu prendre part à cette semaine de formation afin d’améliorer leurs compétences en accompagnement, formation et conseil.

    Après une première journée consacrée à la présentation du programme et des participants, de nombreux ateliers ont été mis en place tout au long de la semaine, articulés autour de plusieurs modules clés : l’apprentissage linguistique, la présentation de l’Union Européenne, identification et validation de l’apprentissage non-formel et informel et l’interculturalité.

    aspects positifs de l'europe

    Cette semaine de formation a permis à tous les partenaires présents d’apprendre de nouvelles méthodes d’apprentissage et d’animation d’ateliers.

    méthode nlp

    L’objectif de cette formation est que chaque partenaire puisse mettre en place à partir de septembre une formation de 80 heures dans leur pays, destinée aux femmes issues de l’immigration, afin d’améliorer leur employabilité.

     

    logoImactive

  • Agenda Générations en mouvement

    Dans le cadre du projet Citoyenneté « Générations en Mouvement », l’ADICE a réalisé un agenda 2014 regroupant toutes les initiatives citoyennes et européennes mises en place par les trois partenaires du projet.

    L’agenda a ainsi été traduit en trois langues et imprimés en France, en Angleterre et en Slovénie.

    Vous trouverez ci-dessous le lien vers l’agenda: Agenda-Adice-2014-EN-

    Capture2